Le Mimosa

Bonjour à tous, 

J’ai décidé de faire comme Jean Claude du site Spotjardin de continuer à vous faire partager des articles de Cathy afin de faire vivre ses écrits en son souvenir.

Voici un peu de soleil avec le Mimosa , une fleur d’hiver éblouissante et étonnante pour ses propriétés cachées.

Laurence 

mimosa

 

Le mimosa est la fleur d’hiver qui ensoleille les jours tristes et qui est liée à Mr Carnaval.

Le mimosa a plusieurs propriétés : sédatives et sensitives.

Appelé lajjalu en médecine Ayurvédique, il est utilisé pour ses propriétés antiasthmatiques, aphrodisiaques, analgésiques et antidépressives.

Le mimosa est la plante qui a de la mémoire !! Touchez-la et vous verrez.

lire la suite de l’article

 

 

 

Publié dans parfum, plantes aromatiques, plantes médicinales | Tagué , , , | 5 commentaires

Voyage au cœur des huiles essentielles

Je vous invite à assister la semaine prochaine à une conférence de Sophie sur l’Aromathérapie .

Laurence

Conférence Sophie

 

Publié dans plantes aromatiques | Laisser un commentaire

LE BOULEAU : UN ARBRE INDISPENSABLE

 

Le Bouleau blanc : Betula alba. Linné 

canoe

Fabrication d’un canot en écorce de bouleau. Réserve amérindienne de Métabitchuan (QC

Historique

  • Son origine remonte à plus de 30 millions d’années
  • Il été utilisé de tout temps pour les besoins des hommes : Nourriture végétale d’abord puis emploi technique ensuite; sabotiers, charrons, couvreurs, charpentiers, teinturier, tanneurs, parfumeurs du monde occidentale ont façonnés son bois et son écorce.
  • Pour les Amérindiens, c’est l’arbre sacré indispensable au quotidien : canot, récipient de cuisine, torche, parchemin, papier pour allumer le feu
  • La carbonisation de son bois et de son écorce produit un goudron qui permettait d’imperméabiliser les chaussures.
  • Les sabotiers fabriquaient 150 sabots avec 1 m³ de bois
  • Vénéré par tous les peuples nordiques, il symbolise les « piliers du monde » pour les shamans sibériens et une fête lui est consacrée au printemps
  • Ses ramures servent à la fabrication des verges avec lesquelles se flagellent les amateurs de sauna.

Botanique :

Arbre de 20 à 30 m de haut, au feuillage léger, aux chatons frémissants et doux qui aime les terrains frais et sablonneux.

On le reconnaît facilement à son écorce blanche, lisse et si fine qu’elle a été utilisée parfois pour fabriquer du papier. Après 20 ans, son écorce se gerce et se détache en lanière.

Ses feuilles sont petites et irrégulièrement dentelées, et triangulées. Les fleurs mâles et femelles sont séparées sur un même arbre. Les premières sont groupées en chatons pendants, les secondes forment à maturité de petits fruits ailés avec une graine centrale.

feuilles de bouleauPremier cours de botanique pour Joël avec grand-papa

Parties utilisées :

Bourgeon, écorce, sève, chaton et feuille doivent être récoltés au

printemps.

Propriétés médicinalesbouleau

Antiseptique pour les voies urinaires et rénales, anti-inflammatoire,

dépuratif et sudorifique.

Principes actifs :

Sève : eau, sucres (dont le xylitol), potassium et sodium.

Bourgeons et chatons : hormones prohypophysaires.

Feuilles : chlorophylle, saponines, vitamines A, C et E et bioflavonoïdes.

Écorce et goudron : créosol, phénols, protéines, salicylate de méthyle, calcium, potassium et silice, sucres simples et complexes.

Posologie :

  • Sève : Boire 100ml de sève fraîche avant chaque repas pour drainer les reins et contrer les maladies chroniques de la peau (eczéma)
  • Feuilles : 1 c à soupe jeté dans 1 tasse d’eau avec 1 gramme de bicarbonate de soude. Laissé infuser 5 min. À prendre 1 x / jour / 10 jours
  • Écorces : Prendre de l’écorce qui c’est détachée et en faire des semelles anti-sudorifiques pour l’intérieur de nos chaussures à notre pointure…

 

Contre indication

Aucune

écorce de bouleau

Récipient pour la cueillette fabriqué en écorce de bouleau

Utilisations  commerciales :

Son bois débité en lamelles sert encore pour recouvrir les toits (bardeaux).

Son écorce contient une huile qui assouplit le cuir

Inflammation des voies urinaires :

Décoction : mettez à bouillir 2 c à soupe de feuilles séchées pour ½ litre d’eau pendant 2 minutes. Lorsque la température est redescendue à 40°C, ajoutez une pincée de bicarbonate de soude pour dissoudre les principes actifs des feuilles.

Prenez dans la journée avant les repas.

Croûtes de lait des bébés :

Lotion : laissez infuser 4 c à soupe de feuilles séchées pour ½ litre d’eau pendant 10 minutes.

Laissez refroidir et filtrez.

Lavez 2 à 3 fois par jour le cuir chevelu avec ce mélange.

Mélusiane

Publié dans plantes aromatiques | 4 commentaires

Huile d’Encens Oliban

Les trois cadeaux des Rois Mages à l’enfant roi  étaient l’or, l’encens, la myrrhe.

Pour bien commencer l’année 2018 , je vous partage la fiche de l’ huile essentielle  d’Encens Oliban.

Une huile essentielle à découvrir !

encens

Sophie

 

Publié dans Aromathérapie, huiles essentielles, plantes aromatiques, système immunitaire | Tagué , , , , , | 4 commentaires

L’irlandaise , un dernier clin d’œil de Cathy

J’ai encore du mal à réaliser que Cathy n’écrira plus sur le blog .

J’ai promis à  sa fille Laureen que je mettrais en ligne ce poème qu’elle avait écrit .

Elle était aussi poète à ses heures perdues.

Elle nous fait un dernier clin d’oeil pour finir 2017, elle nous offre la beauté de ses vers fleuris et parfumés .

Merci 🙂

Laurence

 

CATHY2

L’irlandaise

Une origine très lointaine

D’irlandaise aux yeux verts verts

Frêle, forte et sereine

Elle prends les problèmes en vers

Rêvant d’une maison ancienne

Aux meubles lisses et polis

Des fenêtres sans persiennes

Du jardin, un éclat fleuri

Souhait profond de calme

Insouciance toute envolée

Rire, vite, chasse les larmes

Réapparaît en feu follet

Irlande, ma belle contrée

Que je ne connais point

Des balades enchantées

La tête enfouie dans le foin

Je souhaite, un jour deviner

Sur le vert aride des terres

Des images sans cesse collées

Vertige d’imaginer tes pierres

Pays que l’on aime chanter

Ton accueil devenu légende

J’aimerais pouvoir te raconter

Me souvenir de l’odeur des lavandes

 

Cathy

Publié dans autres, plantes aromatiques | Tagué , | 12 commentaires

Huile du Dattier du désert

Comme promis  nous continuons notre découverte exotique d’arbre tropicaux.

Voilà un arbre africain qui n’est pas un palmier même s’il s’appelle le Dattier du Désert !!!!

Bonne découverte et encore merci à Françoise d’Africajou

Un petit clin d’œil à Amalia qui a écrit un bel article sur cette huile

L’huile de dattier du desert

Laurence

Publié dans arbres utiles, ethnobotanique, huile cosmétique, huiles végétales, plantes aromatiques | Tagué , , , | 3 commentaires

Huile essentielle d’Oranger doux

He oranger doux fiche

« Ces indications, modes d’utilisation et propriétés, sont tirés d’ouvrages de référence en aromathérapie et hydrolathérapie.Toutefois, Sophie Mastrantuono attire votre attention sur ces informations qui ne sont données qu’à titre informatif. Elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager ma responsabilité. Pour tout usage des huiles essentielles, des huiles végétales et des hydrolats dans un but thérapeutique, veuillez consultez un médecin. »

 

« Certains composés naturels contenus dans cette huile essentielle peuvent présenter un risque d’allergie chez certaines personnes sensibles lorsque l’huile essentielle est incorporée dans une composition cosmétique (selon le 7ème Amendement de la Directive Européenne relative aux produits cosmétiques (2003/15/CE)) : eugénol et, dans une moindre mesure, limonène, linalol. »

Sophie

 

Publié dans Aromathérapie, essences, huiles essentielles, plantes aromatiques | 4 commentaires

Le Noisetier l’arbuste sacré des Druides

Laurence m’a proposé il y a un mois de collaborer au blog en vous faisant partager un peu de mon savoir d’herboriste. Je vous invite à mieux me connaitre en allant voir mon histoire  sur la page des auteurs: Mélusiane Herboriste

Le temps des fêtes est arrivé et pour cette première collaboration à ce blog je vous propose d’explorer les possibilités qu’offre le noisetier.

Cet arbuste que l’on croise à l’orée des forêts, symbolise la sagesse et ses branches peuvent être utilisées pour confectionner en vannerie une claie afin d’ériger une terrasse.

La recette de biscuits aux noisettes, que je  partage avec vous, fait partie de mon patrimoine familial. De mère en fille depuis six générations, cette recette nous parvient originellement du terroir du Locle (Suisse). Adoptez-la et vous serez l’amphitryon la plus populaire de la période des fêtes !

Je vous souhaite de joyeuses fêtes et au plaisir de lire vos commentaires

Le Noisetier  (Corylus avellana)

Historique :

Cet arbuste ce classe parmi les arbustes à noix les plus ancien de la planète. Cet arbuste a été retrouvé dans les sites de fouilles postérieures à la dernière glaciation.

Pour les grecs, cet arbuste est dédié à Hermès, Dieu qui aidait à développer le discernement.

La fameuse baguette des sourciers est en fait un rameau de noisetier, en forme de « Y »

Les tribus amérindiennes en faisaient plusieurs usages médicaux : Les Têtes-de-Boule utilisaient les extrémités de ses rameaux pour faire une tisane contre les maladies cardiaques. Les Abénaquis infusaient son écorce avec celle du cornouiller rouge et du saule pour soigner les maux d’yeux et les Iroquois enfilaient en collier des fragments de sa tige pour soulager les douleurs de la dentition chez les jeunes enfants.

Le noisetier était l’un des sept arbres sacrés du bosquet des druides. Une ancienne coutume bretonne voulait que l’on place une corbeille remplie de noisettes sous le lit des jeunes mariés afin que leur union soit féconde.

En vannerie, les branches de noisetier sont utilisées pour construire des « plessis » afin de fabriquer des « boîtes surélevées » ou pour retenir un talus. Au Québec, où dans les contrées froides et neigeuses, ces constructions ne tiennent que deux hivers.

plessisnoisetier

Jardin de petits fruits dans un plessis en branches de noisetier. Morillon (Fr) octobre 2016plessis noisetier

15 mètres x 0,50 cm.  Conceptualisé et réalisé par « Mélusiane «herboristerie »

Cet arbuste d’environ 3 m de haut forme des buissons. Ses feuilles : alternes, ovales, en forme de cœur à la base et pointues au sommet, ont un contour doublement denté. Ses fleurs sont de deux types: les fleurs mâles forment des chatons pendants, les fleurs femelles, solitaires et très petites, sont rouges. Son fruit sec est une noix contenue dans une enveloppe épineuse terminée par un long bec. La meilleure façon de décortiquer ces fruits secs reste celle des Amérindiens: il suffit de placer les noisettes mûres dans une poche que l’on frappe contre une surface dure. L’arbuste n’atteint sa maturité sexuelle qu’au bout de 5 à 7 ans.

Habitat, distribution

Il est fréquent et abondant dans la plupart de nos forêts. Il vit également dans les groupements arbustifs humides ou marécageux. On le trouve dans les régions des forêts de feuillus, des forêts mixtes et de la forêt boréale

Parties utilisées 

Bois, bourgeons, chatons, fruits

Propriétés médicinales 

Permet de lutter contre le vieillissement des cellules, contre le mauvais cholestérol et contre certaines dermatoses. Il contribue également à apaiser le stress et la fatigue mentale.

Certains éléments du noisetier possèdent des propriétés amaigrissantes. Les fibres contenues dans la noisette aident à normaliser le transit intestinal. La plante permet aussi de soulager les états fiévreux.

Ce sont les composés antioxydants qui réduisent ces maladies. Le noisetier a également une action contre le diabète et contre le mauvais cholestérol.

Principes actifs

Les principaux actifs du noisetier sont les flavonoïdes et les tanins. Mais il est également riche en cuivre, en fibres et en acides gras.

La noisette dispose également de zinc, qui participe à la cicatrisation des plaies, aux actions immunitaires ou encore au bon développement du foetus.

La noisette contient plusieurs vitamines, et notamment de la vitamine E qui agit contre le vieillissement cellulaire. La noisette est également riche en acides pantothéniques (vitamine B5).

Mode d’emploi et posologie

  • Tisane de chaton : – Les chatons peuvent être aussi préparés en décoction : 50 g par litre d’eau. Il faut les faire bouillir durant trois minutes, puis les laisser reposer durant quinze minutes avant de filtrer. Boire une tasse à la fin de chaque repas pour obtenir un effet amincissant.
  • Cataplasme de feuilles : 25gr / 1 litre d’eau. A appliquer sur les varices et les ulcères variqueux et pour apaiser les affections de la peau.
  • Fruits : Très calorique : 633 pour 100 gr Excellent pour les sportifs !
  • Huile : Très hydratant sur les peaux sèches et employée dans les vinaigrettes pour son goût délicieux.
  • Noisette crue :
    • Entière, on peut la croquer à partir de l’âge de 2 ans et demi : pilée, elle peut être consommée dès 18 mois. Attention aux foies fragiles, car la noisette est très riche en corps gras.
    • Les noisettes dans leur coue se conserve au moins une année dans un endroit sec.
    • Les noisettes décortiquées se conservent quelques mois.

Contre-indications

Les personnes allergiques aux fruits à écale et aux oléagineux ne doivent pas consommer de noisettes. La noisette peut provoquer le syndrome d’allergie orale ou syndrome pollen-aliment. En général, ce sont les individus déjà sensibles aux pollens qui développent cette autre forme d’allergie.

En cuisine un régal

Voici une recette de biscuits de Noel aux Noisettes de grand maman Amélie

biscuits de noel aux noisettes

Ingrédients :

  • 250 gr de farine tout usage
  • 200 gr de sucre
  • 200 gr de noisette moulue
  • 200 gr de beurre
  • 2 œufs

Déroulement :

  • Mélanger tous les ingrédients secs avec le beurre ramolli.
  • Façonner une boule, mettre une lingette mouillée dessus et laisser reposer une heure au réfrigérateur.
  • Abaisser la pâte sur le plan de travail enfariné, jusqu’à une épaisseur d’un demi-centimètre. Découper des formes avec un couteau ou des emporte-pièces.
  • Mettre sur une plaque enfarinée, puis badigeonner les biscuits avec un jeune d’œuf.
  • Cuire au four à 375° F ou à 200° C pendant 10 minutes maximum.
  • Garder les biscuits dans une boite hermétique.

 Si vous voulez planter des noisetiers voici des conseils utiles:

IMPORTANT!

Lorsque vous commandez vos plants, achetez au moins deux variétés différentes pour assurer votre production de noisettes. Ceci favorise la pollinisation et la formation de graines et de fruits. Dans le cas où une seule variété est plantée sur un site, le fait que ce soit des clones peut empêcher la production de noisettes. Informez-vous auprès de la personne qui vous vend les plants.

Sous quelle forme se procurer les plants?

Les noisetiers peuvent être commandés sous différentes formes telles que des graines ou des boutures.

Les plants à racines nues (issus de boutures) ont déjà un certain âge, une certaine hauteur permettant de les différencier de la compétition et ont déjà des racines, ce qui peut faciliter leur implantation.

Plantation des noisetiers :

Si vous commandez des plants à racines nues, il faut s’assurer de les recevoir entre la mi avril et la fin avril (France-Suisse) et mi-mai et la fin mai (Québec) afin de les planter le plus rapidement possible ou à l’automne.

Protection des cultures :

Au cours des premières années suivant l’établissement d’une plantation de noisetiers, il est nécessaire de protéger les plants contre la végétation herbacée. De plus, plusieurs animaux tels que les rongeurs, les ruminants et certains oiseaux peuvent s’en prendre aux plants (écorce, rameaux) ou aux noisettes lors de la période de production.

Les meilleurs moyens de prévention et de protection contre ces problèmes sont l’utilisation de : spirales de plastique (gaines), tubes rigides perforés ou de tubes de grillage métallique. Ceux-ci peuvent avoir une hauteur allant de 1 à 1,5 m, ce qui permet une protection physique individuelle des arbres.

Fertilisation

Les noisetiers sont naturellement peu exigeants en ce qui concerne la qualité et le type de sol.

Taille des noisetiers

Naturellement, le noisetier pousse en touffe. Généralement, lorsqu’une production de noisettes est visée, le noisetier est taillé de façon à obtenir un tronc unique.

Quand : si les arbres sont accessibles, généralement pendant la période de dormance (fin de l’automne, hiver) ou tôt au printemps.

Taille de formation (1ère à 4e année) : objectif : obtenir un arbuste en forme de « gobelet », avec 3 à 5 branches principales

1ère année : étêter la tige à 0,8 m de hauteur, ce qui permettra de provoquer l’apparition d’une couronne (cime fournie)

2e à 4e années : sélectionner les branches charpentières en fonction de ces critères :

  • choisir les branches charpentières bien orientées, pointant vers des directions opposées
  • éliminer les branches qui ont un angle fermé (par rapport au tronc) inférieur à 35°
  • laisser un espacement d’environ 15 cm entre chacune des branches charpentières
  • s’assurer qu’il n’y a qu’une seule tête ou tige centrale
  • couper les branches basses de l’arbre sur environ 60 cm à partir du sol

Taille d’entretien (à partir de la 5e année) : objectif : maintenir la vigueur et le rendement de l’arbre

  • couper les branches basses de l’arbre sur environ 60 cm à partir du sol
  • couper les branches brisées ou attaquées par des insectes ou des maladies

Insectes et maladies

Il existe différents agents pouvant affecter les noisetiers :

  • Le ver de la noisette (ou balanin) (Balaninus nucum) : insecte qui perce la coquille de la noisette et y pond ses oeufs ; ensuite, les larves s’y développent et se nourrissent de la noisette,
  • le charançon du noisetier (Curculio uniformis),
  • Le phytopte du noisetier (Phytocoptella avellanae)
  • La  punaise des noisettes et punaise verte des bois (Palomena prasina)
  • Le  grand puceron du noisetier (Corylobium avellanae)

Une liste non exhaustive est proposée ici. En cas de problèmes, vous pouvez consulter ces sites internet, afin de mieux connaître ces agents et les moyens pour lutter contre ces insectes ou maladies :

Phyto Ressources : http://www.phyto.qc.ca/

_ Insectes et maladies des forêts du Canada (Ressources Naturelles Canada) :

http://imfc.cfl.scf.rncan.gc.ca/accueil-home-fra.html

Mélusiane Herboriste

 

Publié dans arbres utiles, épices, comestible, cuisine santé, herboristerie, phytohérapie, Québec | Tagué , , , , , | 5 commentaires

Repose en paix Cathy

Cher lecteurs,

C’est à regret que je vous fais part du décès de Cathy Bonnafous, experte collaboratrice de ce blog depuis  mai 2016.

Mon cœur pleure ce petit bout de femme extraordinaire au parcours atypique de scientifique libre.

Elle se qualifiait comme  une « Extra terrestre » de la Recherche  académique et privée.

Pour moi avec son regard vert perçant de chat, elle était une vraie sorcière, elle le disait elle-même avec le sourire. l’herbe des sorcières

Elle aimait les clins d’œil de la nature, une plante amazonienne portait d’ailleurs  un peu son nom « Bonafousia »

La « Bonafousia », est une plante associée au rituel de formation des chamanes, dans la phase de révélation de l’esprit.

« Je n’ai jamais ressenti l’empreinte hallucinogène de mon nom, mais je suis fière d’avoir une correspondante dans la nature. » disait-elle . la-bonafousia-un-petit-clin-doeil-amazonien

En tant que créatrice du blog, je tiens à rendre hommage à sa générosité et à son dévouement, ainsi qu’à la pertinence de ses articles.

Elle adorait écrire, parce que cela fait partie de son être le plus profond.

Elle a écrit  plus de 80 articles pour ce blog.

Son article le plus populaire : Quelle-est-la-signification-d’une-huile-neutre-en-cosmetique-bien-etre

Mon  article préfèré : Vous avez dit Madagascar encore et encore

Cathy aimait les plantes, les odeurs des huiles essentielles, leur chimie, mais elle adorait  aussi l’océan atlantique et son air marin vivifiant chargé d’iode.

Nos chemins se sont croisés à La Drôme Provençale, en travaillant sur des dossiers réglementaires.  Au fil de discussions, une amitié est née, puis Cathy a accepté d’être auteur sur le blog et de vous faire partager ses savoirs sur les plantes et les huiles essentielles.

Cet automne, lors de mon passage chez elle à Toulouse, nous avions évoqué l’idée de faire grandir ce blog, de l’ouvrir à d’autres expertes et professionnelles pour vous offrir des articles de qualités et encore plus d’informations précieuses pour votre santé et votre bien être.

Cathy était une battante, d’abord par son parcours professionnel mais aussi par sa force de caractère qui l’a accompagné jusqu‘au bout de la maladie.

Elle nous laisse plusieurs livres  en voici quelques titres :

  • Traité scientifique Aromathérapie – Aromatologie & aromachologie
  • Cosmétiques bio à faire soi-même
  • La Chlorella – Une microalgue détoxifiante, antioxydante, immunostimulante
  • Huiles essentielles. Le sens des essences

Enfin, c’est avec beaucoup de compassion que j’offre à sa famille mes plus sincères et respectueuses condoléances.

Je pense à vous tous aussi chers lecteurs qui l’ont connu qu’à travers ses articles et qui seront également tristes de ne plus pouvoir la suivre.

Pour ceux/celles qui voudront lire un peu plus sur le parcours de Cathy.

– Cathy Bonnafous, mon histoire de biochimiste atypique : http://wp.me/P5Iyja-1eN

Les semences qu’elle laisse derrière elle produiront des jardins à l’infini….

Repose en paix Cathy, on pense à toi qui marche vers la lumière 

bougie fleur

Laurence

Publié dans Aromathérapie, autres, huiles essentielles, plantes aromatiques | Tagué | 27 commentaires

La griffe du chat, Uña de Gato vous connaissez?

Pour continuer notre voyage exotique du mois de décembre , voici une plante amazonienne que j’ai découvert la première fois  lors de mon travail en Amazonie équatorienne avec Teresa au Parc Omaere à Puyo  .

L’Uña de Gato , connu en français sous le nom de Griffe de chat, liane du Pérou ou encore la plante aux mille vertues.

Le nom « griffe de chat » provient du fait que cette plante grimpante est munie d’épines recourbées.feuilles una del gato

Cette liane appartient à la famille des Rubiacées, c’est-à-dire de la même famille que  le quinquina, le caféier ou encore en Europe la garance des teinturiers, le gaillet ou  l’aspérule odorante.

En Amazonie, deux espèces différentes –Uncaria tomentosa et Uncaria guianensis- sont connues sous le même nom d’Uña de Gato.

C’est un arbuste grimpant, se transformant en liane, une liane qui peut atteindre de 20 à 40 mètres de long.

Les feuilles, opposées, sont grandes, brillantes avec des épines acérées, ce sont d’ailleurs ses épines qui lui valent son nom.

Les fleurs se regroupent en boule à l’extrémité des ramifications, elles sont jaunes.

liane du perou

Ces deux espèces  d’Uncaria ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques dues à leur réputation et aux résultats obtenues depuis très longtemps par les médecins.

Les parties utilisées :

L’écorce interne de la tige , les feuilles, les racines.

Les principes actifs :  

Son écorce elle se compose de plus de 30 constituants connus qui comprennent au moins 17 alcaloïdes (alcaloïdes oxindoles tretracycliques et pentacycliques), ainsi que des glycosides, des tanins, des flavonoïdes (anthocyanines et anthocyanidines) , des phytostérols et d’autres composés.

Les scientifiques ont dans un premier temps attribué tout l’efficacité de la griffe de chat aux alcaloïdes oxindoles, mais plus récemment, des tests sur une solution soluble ont montré qu’elle ne contenait pas de quantités significatives d’alcaloïdes oxindoles, et ce constat a amené les chercheurs à conclure que les esters d’acide quinique étaient les constituants actifs de l’extrait de griffe du chat.

Quelques exemples de son utilisation traditionnelle  par les amérindiens d’Amazonie

Les Shuars d’Amazonie équatorienne selon Teresa Shiki utilisent en décoction l’écorce de KenKuk ( Uncaria tomentosa) pour soigner le diabète,  les  voies urinaires, asthme, inflammation de la prostate, de l’utérus, des reins. 

 

Les Ashaninkas, d’Amazonie péruvienne l’utilisent pour soigner les plaies profondes, atténuer les douleurs articulaires et osseuses, les reins, et traiter les femmes après l’accouchement. Ils considèrent l’uña de gato comme une plante sacrée et lui attribuent une action sur l’esprit autant que sur le corps.

Son utilisation actuellement en médecine moderne 

L’uña de gato est devenue depuis les années 70 très populaire dans le monde occidental. Les phytothérapeutes d’Europe et des États-Unis utilisent l’uña de gato pour traiter une variété de maux comme l’arthrite, les rhumatismes, la gastrite et les ulcères gastriques, les troubles du système immunitaire et comme adjuvant au traitement du cancer et du SIDA.

Modes d’utilisation : traditionnels et actuels
Cette plante est traditionnellement utilisée sous forme de décoction réalisée à partir de l’écorce de la tige.

Mettre 20 ou 30 grammes d’écorce dans un litre d’eau, porter à ébullition et laisser mijoter ensuite pendant 15 minutes.

Prendre ensuite le contenu d’un verre deux à trois fois par jour.

Ainsi, on favorise la libération des principes actifs, leur dissolution dans l’eau et leur disponibilité pour être absorbés par le système digestif.

Ses Bienfaits sur la santé 

Elle renforce le système immunitaire et soulage les douleurs inflammatoires.

Elle est indiquée dans le traitement des tachycardies, des arythmies, des douleurs articulaires (rhumatismes, arthrite), de l’hypertension, des candidoses (infections provoquées par des levures du genre Candida) et des infections urinaires telles que la cystite (inflammation de la vessie).

Elle nettoie l’organisme et l’appareil digestif, permettant de soigner des maladies intestinales (maladie de Crohn, syndrome du côlon irritable) et les troubles digestifs.

De nombreuses études scientifiques  et études cliniques existent sur l’uña de gato  pour démontrer son efficacité.

En voici un petit aperçu  , si vous voulez en savoir plus  je vous invite à aller voir  dans les sources de l’article  celui de Takiwasi.

Propriétés anti douleur en cas d’arthrose

Des études réalisées au Pérou  ont montrée  son efficacité pour soulager la douleur en cas d’arthrose, sans pour autant présenter les effets secondaires d’autres anti- inflammatoires comme le Paracetamol et Ibuprofène.

Propriétés anti-inflammatoires 

  • Il a été démontré dans différents laboratoires dans le monde entier que l’uña de gato diminuait la production in vitro de nombreuses substances pro inflammatoires  dans les cellules de souris.

Propriétés immunostimulantes

  • L’uña de gato stimule la phagocytose chez les macrophages humains. La phagocytose est l’étape initiale et la première ligne de défense immunologique.

Propriétés antioxydantes

  • L’uña de gato atténue la mort cellulaire induite par le stress oxydatif chez les cellules de culture humaines et de souris. Une étude récente a comparé la capacité antioxydante in vitro d’extraits d’uña de gato, avec des extraits d’autres plantes médicinales et d’aliments comme les céréales, fruits et légumes. Dans tous les tests réalisés, c’est l’uña de gato qui a révélé le plus grand pouvoir antioxydant ( c’est sa richesse en pro anthocyanidines, une famille de molécules connues pour leurs propriétés antioxydantes et leur capacité à éliminer les radicaux libres.

Toxicité

  • Aux doses d’utilisation recommandées, il n’a pas été rapporté d’effets de toxicité aigue ou chronique dans les études réalisées sur animaux de laboratoires ou chez l’homme.

Précautions et contre indications

En cas de maladie auto-immune comme la sclérose en plaques ou le lupus, on recommande d’éviter de prendre de la griffe de chat afin d’éviter de stimuler le système immunitaire qui, dans ces maladies, s’en prend à l’organisme qu’il est censé protéger. La griffe de chat est également déconseillée chez les enfants de moins de 3 ans ainsi que, en l’assence d’études portant sur le sujet, chez les femmes qui viennent d’accoucher et celles qui allaitent.

La griffe de chat n’a pas d’effets secondaires, si ce n’est, pour des cas très rares, de légers troubles intestinaux chez les personnes sensibles à cause de sa teneur élevée en tanins.

Traditionnellement, il est recommandé aux femmes enceintes d’éviter la griffe de chat puisqu’elle a été employée comme contraceptif et abortif.

Enfin, la griffe de chat pourrait contrer l’effet des médicaments prescrits aux patients dans le but d’inhiber les réactions immunitaires qui risqueraient de provoquer un phénomène de rejet.

Interactions médicamenteuses : aucune étude n’a été réalisée sur le sujet, cependant il se peut que la plante renforce l’effet des médicaments hypotenseurs ou anticoagulants.

 Laurence

 

Sources :

wikipedia.org/wiki/Uncaria_tomentosa

laboratorio.takiwasi.com

www.medisite.fr

Guide complet de la phytothérapie d’Anne McIntyre.

Publié dans adaptogènes, Amazonie, antioxydant, Equateur, ethnobotanique, système immunitaire | Tagué , , , , , , , | 11 commentaires