La detox avec la sève de bouleau et le romarin

Pour continuer sur thème  de la  DETOX , voici comme promis un article sur la sève de bouleau  : la sève de bouleau coule à flots  au printemps .

Seve_bouleau

Une  petite astuce DETOX  de Printemps

Pour stimuler et décongestionner le foie et la vésicule biliaire après un hiver un peu trop long.

  • Prendre chaque matin 2 gouttes  d’huile essentielle de romarin à verbenone sur un  comprimé neutre ou avec un peu de miel, pendant 21 jours maximum.

Précautions d’emploi : Les huiles essentielles de romarin  sont interdites aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 6 ans.

huile essentielle de romarin

Bon printemps  à tous

 

Laurence

 

Publié dans detox, Huiles essenteilles, phytohérapie, plantes aromatiques, plantes médicinales | 1 commentaire

Vers un terrain propre Stratégie minceur raisonnée !

BETTY

Les hommes aiment que les femmes soient minces mais ils n’aiment pas qu’elles soient au régime. (Anne Roumanoff)

Etre belle et svelte pour l’été ?

Avec une silhouette mince et ferme ?

Une affaire d’élimination des déchets, de nettoyage et de stimulation des émonctoires

Il faut mettre en place une stratégie minceur raisonnée

Construction = anabolisme = synthèse de molécules organiques complexes à partir de molécules simples.

Déconstruction = catabolisme = destruction de molécules complexes pour donner des molécules simples.

Action minceur = favoriser l’élimination de l’eau qui stagne dans les tissus, en entraînant les déchets sans douleur et sans fatigue grâce à l’apport de plantes à effets physiologiques sur la perte de poids, mais assurant en parallèle une action durable et une structuration fermeté pour les tissus.

Le syndicat national des compléments alimentaires SYNADIET a proposé l’emploi de trois plantes à effet minceur et de deux plantes à effet élimination.

Mais il ne faut pas oublier qu’une bonne hygiène de vie, du sport ou de la marche à pieds réguliers, pas d’excès dans l’alimentation (trop sucrée ou trop grasse), être bien dans sa tête pour être bien dans son corps … et une simple détox en intersaison sera suffisante pour enfiler le maillot de bain.

Effet physiologique avec impact sur la minceur :

  • GUARANA : Paullinia cupana Kunth ex HBK var. sorbilis

 GUARANA

Il est cité en premier, mais personnellement, je le déconseille au vu du nombre de contre-indications … pour perdre un peu de poids ? Cela n’en vaut peut-être pas la peine !

Axe d’utilisation En complément d’une stratégie minceur
Effet physiologique Agit sur le métabolisme des lipides
Principe actif concernant la lipolyse Caféine
Action physiologique Renforcement de la structure en collagène.

Diminution de l’incorporation d’oléate musculaire

Ancienneté de l’usage traditionnel Depuis 1900 au Brésil …

En France depuis les années 60

Avantages Booster d’énergie et acteur contre la fatigue et les somnolences.

Mange graisse, diminution du taux de cholestérol.

Diminution des migraines grâce à la caféine … mais phénomène d’accoutumance dur à éliminer

Précautions d’emploi Peut être dangereux pour les patients atteints de pathologies cardiaques, de tension artérielle trop élevée, d’insomnie et de déficit de concentration, pour les sportifs peut être classé comme dopant.

Interagit avec les médicaments prescrits pour traiter les ulcères gastro-intestinaux, avec des médicaments pour la dépression, l’épilepsie.

Il ne faut pas l’associer avec l’éphédra.

Partie de la plante Graine sèche
Forme utilisée Extrait aqueux sec

Comprimés … souvent en association avec d’autres plantes (ex : ginseng, ginkgo bilioba, maté) – 1 à 2g jour

Boissons énergisantes

Doses journalières 400-800 mg d’extrait aqueux sec

  • Maté – Ilex paraguariensis St Hilaire
Axe d’utilisation En complément d’une stratégie minceur
Effet physiologique Agit sur le métabolisme des lipides
Principe actif concernant la lipolyse Caféine
Action physiologique Baisse de l’adiposité

Effet modulateur sur le génome obésité

Ancienneté de l’usage traditionnel Au 17ème siècle par les indiens d’Amazonie.

Depuis les années 1900 en Amérique du Sud

Depuis une vingtaine d’années en France.

Avantages L’usage de la « yerba maté » a été reconnu comme positif par l’Agence du médicament en 1998, comme adjuvant dans un traitement amincissant.

Cette boisson traditionnelle en Amérique du sud est significative d’un état amélioré sur la fatigue à la fois physique et mentale.

L’effet coupe faim entraîne une alimentation moins riche en lipides et par voie de conséquence une diminution de la cholestérolémie.

Des données signalent également des effets sur la mémorisation, l’augmentation de la mobilité …

Précautions d’emploi Les contre-indications afférentes à la caféine (cf le guarana).
Partie de la plante Feuille
Forme utilisée Extrait aqueux (infusion)
Doses journalières 2,5-5g de feuilles sèches en infusion

 

Thé vert – Camellia sinensis (L.) KuntzeTHE

Axe d’utilisation En complément d’une stratégie minceur
Effet physiologique Favorise la minceur

Favorise l’élimination rénale de l’eau

Principe actif Catéchines et Caféine
Action physiologique Baisse de l’adiposité

Effet modulateur sur le génome obésité

Ancienneté de l’usage traditionnel Deuxième boisson la plus consommée au monde.

Connaissance dans le monde chinois il y a des milliers d’années. Transporté par les marins hollandais en Europe, il devint le fameux « tea time » en Angleterre.

Avantages Avant d’être employée pour une boisson de détente, la feuille de thé vert était une plante médicinale. Les polyphénols de sa composition en font un protecteur contre les radicaux libres. Pas de mauvaise oxydation des corps gras, donc moins de cholestérol, moins de dérive sur les dégénérescences cellulaires pré-tumorales, meilleure mémorisation …
Précautions d’emploi En premier lieu, les précautions liées à la présence de la caféine. En deuxième point : attention pour tous les « pauvres en fer et globules rouges », le thé les fait fuir.
Partie de la plante Feuille
Forme utilisée Extrait aqueux (infusion), extrait aqueux sec
Doses journalières 3-5g de feuilles sèches en infusion ou quantités équivalentes de feuilles en infusion


En résumé : éliminer l’eau stagnante de l’organisme et freiner le grignotage c’est une bonne action vers la durabilité de l’action.

Mais, il faut aider l’élimination !

KARCHERViser un terrain propre avec un draineur général.

 

 

 

 

  • Bouleau – Betula pendula Roth ; Betula pubescens Ehrh.BOULEAU

Pour toutes les informations concernant la sève de bouleau, et la détoxication cf l’article de Laurence Lebrun … à venir

Axe d’utilisation Favoriser l’élimination rénale de l’eau
Effet physiologique Favorise la diurèse
Principe actif Forte teneur en potassium et en flavonoïdes

Renferme des huiles essentielles riches en salicylate de m éthyle, de caractéristique anti-inflammatoire

Action physiologique Action dépurative sur l’ensemble des émonctoires
Ancienneté de l’usage traditionnel Tradition estonienne pour augmenter la diurèse. Utilisé en Europe depuis une centaine d’années
Avantages Accélère l’élimination des déchets organiques par la voie rénale

Aide à éliminer les calculs rénaux et biliaires

Aide à améliorer la mobilité des rhumatisants par l’effet détoxifiant

Précautions d’emploi Très allergène (pollen) pour les personnes sensibles.
Partie de la plante Feuilles
Forme utilisée Extrait aqueux infusé, décoction de jeunes feuilles
Doses journalières 3-12g de feuilles sèches en infusion

  • Orthosiphon – Orthosiphon aristatus (Blume) Miq.ORTHOSIPHON
Axe d’utilisation Favoriser l’élimination rénale de l’eau
Effet physiologique Favorise la diurèse
Principe actif Composés phénoliques

Esters caféiques

Acide  lithospermique = polyphénol

Action physiologique Favorise l’élimination rénale, action cholagogue et cholérétique

Il organise un drainage complet de toutes les toxines polluants l’organisme

Ancienneté de l’usage traditionnel Tradition ancestrale chez les orientaux, est utilisé en France depuis environ 1930
Avantages Drainage des voies urinaires lors d’inflammations ou d’infections.

Excrétion des chlorures et de l’urée

Excrétion du sodium et du potassium

Précautions d’emploi Attention pour les maladies cardiaques, excrétion du potassium

Ne pas prendre pendant une crise de coliques néphrétiques, ni conjointement avec un diurétique médicamenteux

Partie de la plante Feuilles
Forme utilisée Extrait aqueux infusé
Doses journalières 5-12g de feuilles sèches en infusion


Reine des prés – Filipendula ulmaria (L.) Maxim.

Axe d’utilisation Favoriser l’élimination rénale de l’eau
Effet physiologique Favorise la diurèse
Principe actif Flavonoïdes et dérivés salicylés

Glucosides

Action physiologique Dépollution de l’organisme

Facilite la disparition des œdèmes, l’élimination de la cellulite et de l’obésité graisseuse

Apte à éliminer certaines toxines comme le benzopyrène.

Ancienneté de l’usage traditionnel Connue depuis l’Antiquité, elle fut surtout exploitée en France dès le 18ème siècle
Avantages Augmente le volume urinaire

Anti-inflammatoire et antalgique

Lutte contre le surpoids et la cellulite

Améliore les brûlures gastriques

Précautions d’emploi Contient de l’acide salicylique, précurseur de l’aspirine donc attention nécessaire à toutes les contre-indications de l’aspirine comme la prise d’anticoagulants par exemple
Partie de la plante Sommités fleuries sèches
Forme utilisée Extrait aqueux infusé, décoction, gélules, produits en topique
Doses journalières 2-6g de sommités fleuries en infusion


Vive la DETOX printanière … 

Cathy

 

Publié dans plantes aromatiques | 2 commentaires

Prédiction santé : la chlorella est-elle l’immunostimulant du futur ?

Qui est la chlorella ?

C’est une microalgue verte, appartenant à la classe des chlorophycées, qui se développe en eau douce. Elle possède une grande valeur nutritionnelle. Elle est largement utilisée comme complément alimentaire au Japon où elle a été décrétée « aliment d’intérêt national », et dans de nombreux pays d’Asie.

Cet organisme photosynthétique tient un rôle important dans la phytoremédiation des métaux lourds.

Il n’existe en France que 3 espèces de phytoplancton autorisées pour la consommation humaine, sans transformation : une microalgue : la chlorella, une cyanobactérie : la spiruline, une diatomée : l’odontella.

Attention : la chlorella est une « microalgue verte » et non pas une « algue verte ». ces algues, qui sur les Côtes d’Armor ont été incriminées de produire par putréfaction de l’hydrogène sulfureux et …  de provoquer la mort d’un cheval !!!

Intérêt des microalgues ?

Les microalgues utilisent l’énergie solaire et l’eau pour la production de biomasse et d’oxygène, par le biais de la photosynthèse.

Ce sont des microorganismes qui permettent de maintenir un équilibre de la composition atmosphérique dont la fixation de dioxyde de carbone et le rejet d’oxygène et qui ainsi contribuent à la continuité de la vie animale et végétale.

Les microalgues constituent une biomasse valorisable : chimie fine et pharmaceutique, nutrition humaine et animale, compléments alimentaires et cosmétique décontamination des eaux polluées par des métaux lourds, biocarburants de troisième génération.

Mais qu’apporte donc cette microalgue « fantastique » ?

Un peu comme une plante médicinale, mais en plus complet. Des protéines avec des acides aminés essentiels, des lipides en particulier des acides gras insaturés tels que l’acide oléique, des vitamines dont la B12 sous forme bio assimilable, des pigments : la chlorophylle bien sûr, la lutéine et le β-carotène pour jouer dans la cour des antioxydants puissants … mais surtout, un facteur de croissance, complexe d’acides nucléiques, d’acides aminés, de vitamines, de minéraux …

Le facteur de croissance permet à la chlorella de se diviser très rapidement (en moins de 24 heures, une cellule mère se divise en deux à quatre cellules filles) … selon le mode de culture.

L’autre particularité de la chlorella, c’est son habilité à chélater les métaux lourds grâce à la Sporopollénine contenue dans sa paroi cellulaire.  Eliminer les toxines, détoxifier l’organisme en captant les métaux lourds, les polluants de type pesticides, l’excès de médicaments ? C’est la seule candidate à ce travail !

Savez-vous pourquoi la chlorella, cette microalgue verte, va permettre de colorer les carapaces des crevettes en rouge ? Tout simplement parce que c’est une source de caroténoïdes rapidement assimilables.

Que sait-elle faire pour le bien-être santé, la chlorella ?

Ø  Améliorer le fonctionnement du système immunitaire

Ø  Prévenir, aider les soins concernant les problèmes physiques et psychiques

Ø  Détoxifier et énergiser le fonctionnement de l’organisme

Ø  Améliore les fonctions de digestion et d’élimination

Ø  Accélérer cicatrisation et renouvellement cellulaire

Ø  Protéger contre les problèmes dégénératifs et chroniques de santé

Ø  Ralentir le vieillissement cellulaire

Quelles sont les sources potentielles des actions de la chlorella ?

Le bénéfice potentiel sur la santé apporté par la chlorella, serait d’après les différentes études scientifiques dues à 4 propriétés importantes : le fort contenu en chlorophylle, le facteur de croissance spécifique, la membrane fibreuse chélatrice, et la grande concentration nutritionnelle.

On pourrait citer :

Ø  L’inhibition des médiateurs de l’inflammation et des fractions de cytokines avec stimulation des défenses du système immunitaire – vis-à-vis par exemple des problèmes d’arthrose, des infections bactériennes (Escherichia Coli), infection des voies respiratoires, tumeurs et prolifération de cellules cancéreuses (poumon, colon), infections dues au virus d’Epstein-Barr, dermatites …

Ø  La détoxication qui inclue aussi bien le captage des métaux lourds et autres toxines, mais aussi la surcharge alcoolique et médicamenteuse hépatique, le nettoyage des « tuyaux », avec un rôle de prébiotique pour drainer les toxines et autres pathogènes de l’intestin tout en protégeant contre la constipation.

Ø  L’alimentation du cerveau en protégeant les capacités intellectuelles, en limitant les troubles cognitifs liés au vieillissement cellulaire mais aussi au stress oxydatif, en limitant la progression des « trous » de mémoire de l’Alzheimer …

Ø  La prévention santé et l’amélioration de l’état général dans certaines maladies telles que la fibromyalgie, le diabète de type II, l’hypertension. En résumé les pathologies présentant une multitude de signes cliniques inflammatoires ou chroniques, pathologies parfois difficiles  cerner dans leurs débuts comme la fibromyalgie.

Comment les approches vers cette microalgues sont-elles rentables en Europe ?

Actuellement, il faut pouvoir rentabiliser la filière et multiplier les sites de production. Les photobioréacteurs, production intensive, permettent de contrôler des produits bio dont on a optimisé les conditions de culture. Les développements en nutrition humaine et animale, en compléments alimentaires, en cosmétique et en pharmaceutique sont aux prémices de leurs possibilités, car la mise en place est onéreuse.

D’un autre côté, la culture extensive en milieu ouvert fait l’objet d’un grand intérêt chez les industriels qui se sont regroupés en plates-formes d’exploitation.

Ce n’est pourtant pas avant une dizaine d’année que l’on pourra vraiment valoriser cette chaîne de production en créant un biocarburant de troisième génération issu de cette biomasse algale.

En cours de route, nombreux seront les nutritionnistes qui remplaceront une armoire complète de compléments alimentaires végétaux, minéraux et vitaminiques par une petite algue, un peu amère, très verte et très active.

Elle est par contre déconseillée aux allergiques, aux patients sous anticoagulants, aux femmes enceintes … par manque de recul clinique.

Et … pour en savoir plus, vous pouvez lire l’ouvrage suivant

Et oui je fais ma pub !

Cathy

 

Publié dans algues, detox | 9 commentaires

L’ élixir du suédois, ma découverte du mois de mars pour une DETOX réussie

Connaissez vous la recette ancestrale de Maria TREBEN, célèbre herboriste autrichienne  devenue célèbre grâce à son livre La Santé par la pharmacie du bon Dieu ?

 

L’élixir du Suédois d’où vient-il ?

Maria Treben raconte qu’après la guerre, alors qu’elle souffrait du typhus, une femme qu’elle ne connaissait pas lui apporta une fiole remplie d’un liquide odorant avec la copie d’un manuscrit antique où en 46 points il était montré comment ces herbes guérissaient de nombreuses affections.
Les fameuses « herbes du Suédois » et le manuscrit antique provenait de la succession d’un médecin suédois du XVIIème siècle qui mourut accidentellement d’une chute de cheval à l’âge de 104 ans.
L’histoire de cet élixir se confond avec celui plus ancien de élixir de Longue Vie.

Là, chose étrange, il faut remonter à l’Antiquité, par exemple Babylone ou l’Egypte où l’on sait que des récits circulaient à propos d’un remède mystérieux qui était censé apporter aux rois et aux prêtres une véritable vie éternelle.

Au Moyen Age, une recette circula et on la garda jalousement secrète dans le cadre d’une initiation sévère pour ceux qui la fabriquaient.

Les herboristes italiens, quant à eux, savaient parfaitement élaborer des thériaques à partir d’une multitude d’herbes censées apporter force et longévité.

L’élixir est riche en racines amères ; en aloès, myrrhe et safran. Ainsi, on retrouve divers ingrédients un peu similaires dans de nombreuses recettes d’élixirs de longue vie dans toute l’Europe jusqu’au XVII siècle.

Cependant, si l’on en croit Maria Treben, c’est le docteur Samst qui rédigea et fixa définitivement la composition de l’élixir de longue vie.formule2

Une expérience qui changea tout !

Au début, Maria Treben ne croyait pas aux vertus salvatrices de ce qu’on lui avait offert, d’autant plus que tous les traitements médicaux qu’elle avait suivi avaient échoué.

Pourtant, alors qu’elle subissait les assauts d’une crise particulièrement violente de typhus doublée d’une forme d’occlusion intestinale, elle se dit « pourquoi ne pas essayer de faire un cataplasme avec de l’ouate humectée de cet élixir » c’est ce qu’elle fit.

Elle garda cela toute la journée et en quelques heures la douleur disparut laissant place à une douceur et un bien être qu’elle ne connaissait plus depuis bien longtemps.

En fin de compte, elle réussit à guérir totalement cette maladie invalidante et devint « l’apôtre de l’élixir de vie qu’elle baptisa Élixir du suédois en hommage à celui à qui elle devait d’être sauvée. »

Tout est dans l’amertume des plantes

Comme tous les élixirs de « longue vie », c’est aux plantes amères qu’il doit ses vertus. Est-ce un signe ?

Le goût amer a presque définitivement disparu de nos assiettes et notre corps est ainsi privé d’un des quatre éléments fondamentaux indispensable à la vie.

Notre civilisation pêche par trop de goût sucrés, salés et un peu acides mais n’affectionne pas l’amertume.

Autrefois, les gens connaissaient bien les vertus des plantes amères et s’en servaient pour se soigner.

artichautDe nos jours, seule la chicorée, l’artichaut et le pissenlit trouvent grâce à nos yeux.

La clé de l’efficacité de l’élixir du Suédois bio tient à la réalisation de la base de la préparation : la thériaque vénitienne. Nommée ainsi car elle était réalisée par les maîtres apothicaires une fois par an dans les villes médiévales comme Venise et destinée à servir d’antidote aux poisons et les piqûres venimeuses.

La lente macération de l’élixir du suédois garantit la conservation des principes actifs et la bonne redistribution à l’organisme des « forces bénéfiques » que contiennent les plantes.ELIXIR SUEDOIS

Sa composition détaillée

  • 10g d’aloès, stimule en douceur la digestion
  • 10g de Manne en larmes
  • 0,2g de safran, stimulant et digestif
  • 10g de feuilles de séné, action digestive
  • 5g Myrrhe en larmes
  • 10g de racines de rhubarbe, tonique amer
  • 10g de racines de zédoaire, stimule la digestion
  • 5 g de racine de Carline
  • 10g de racines d’angélique, tonique et reconstituant

Poids total des plantes : 70,2G + 10 g de Thériaque vénitienne+ 10 g de camphre naturel soit 90.2 g au total.

  • 10g de Thériaque vénitienne : préparation célèbre à base de nombreuses plantes, de minéraux, de miel et d’autres ingrédients)
  • 10 g de camphre, action tonique (sauf en cas de tension trop basse)

Les propriétés de l’Élixir du Suédois sont principalement :

  • laxatives (aloès, séné, rhubarbe);
  • hépatiques et/ou des stomachiques, généralement associées à  des propriété toniques (safran, gentiane, angélique, et zédoaire).
  • désinfectantes (myrrhe),  détoxifiantes (thériaque vénitienne), et stimulantes la circulation sanguine (camphre).

L’élixir du Suédois, en stimulant toutes les fonctions hépatobiliaires, prévient et régule la plupart des troubles digestifs ou métaboliques.

C’est un dépuratif, tonique et digestif, il est utilisé pour stimuler les fonctions digestives, encourager l’élimination des toxines et combattre la fatigue générale.

Mode d’utilisation

Par voie orale on l’utilisera en cure de 21 jours, a raison  d’une à deux cuillères à café  pur ou dilué dans un peu d’eau  le matin à jeun.

En usage externe comme anti-inflammatoire et antiseptique, en usage pour soulager des piqûres d’insectes, les irritations, les petites inflammations, les boutons ou l’acné…

Bonne detox de printemps!

Laurence

Voici une petite vidéo  pour mieux  connaître tous les secrets de sa fabrication.

Vous trouverez plus de détails sur le site Olivier Almeras  l’elixir du suédois

Publié dans detox, phytohérapie, plantes aromatiques | 4 commentaires

Detox mentale

C’est le mois DETOX sur le blog de Laurence et sa collaboratrice Cathy et on m’a demandé de contribuer avec un petit article que voici.

Pour moi il est clair que lorsque  nous débarrassons notre corps de toxines, nous favorisons la santé  voire la guérison de certaines parties de notre corps.

J’ajoute qu’il est également indispensable de désintoxiquer régulièrement notre mental.

Tout comme notre corps a besoin de nettoyage, notre cerveau a également besoin de se désintoxiquer du surmenage, du stress, de  l’anxiété et de la négativité qui nous entoure au quotidien en commençant par nos propres pensées.

En effet, les pensées négatives peuvent être aussi toxiques qu’une bouffée de cigarette, qu’un verre d’alcool ou de la malbouffe ingérée quotidiennement.

L’humain a tendance à se concentrer sur les problèmes plutôt que sur les bonnes choses dans la vie.

Les toxines sont non seulement dans l’air que nous respirons, dans les aliments que nous mangeons, mais aussi dans l’environnement mental qui nous entoure.

Prenez conscience de ce que vous entendez aux nouvelles du soir, de ce qui est écrit dans les journaux, qui se répète entre vous, de ce qui se partage sur facebook…

Ecoutez ce qui se dit autour de vous. Le monde parle plus souvent de problèmes que de solutions. Et vous ? quels sont vos pensées prédominantes au cour d’une journée …

merveilleuses-pensees

Nos pensées accompagnées d’une émotion constituent une force magnétique incroyable et elles attirent des pensées du même type ou quelque chose qui est en rapport avec elles.

                                                                                                                                                                 Cause et effet

Penser positivement élève la vibration de notre corps en même temps que celle des gens qui nous entourent et inversement lorsque l’on pense négativement.

Il y a malheureusement encore trop de gens qui vivent la négation sous toutes ses formes. Par le fait de critiquer ou d’éprouver un sentiment de haine, de jalousie, nous attirons à nous de quoi critiquer, de quoi être en colère, jaloux, nous attirons à nous des gens qui nous critique et d’autres qui nous haïssent, nous jalousent etc. Beau cercle vicieux non….

Il y a des personnes qui pensent et parlent négativement au quotidien créant sans s’en rendre compte des catastrophes d’ordres personnelles.

Tout dans l’univers est régi par la loi de la cause à effet. Toute cause a un effet et nous attirons à nous, comme un aimant, le résultat de nos pensées répétitives.

Il serait logique de croire qu’une fois que nous avons pris conscience des conséquences probables de nos ‘mauvaises pensées’ nous n’utiliserions plus jamais de langage  négatif sur quoi que ce soit … et pourtant!

ondulation

Imaginez que vous lancez un caillou dans l’eau d’un lac et observez les ondulations qui se forment…

Réfléchissez aux répercussions de vos pensées,  de la cause à effet que cela provoque sur vous et votre entourage.

 

Désintoxication du langage, ça commence par vos pensées…

Cela ne me plait pas de rappeler une étude dont je ne me souviens plus de l’auteur qui a démontré qu’en moyenne, une femme a près de 23 pensées négatives à propos de son apparence chaque jour !

Il y a des gens qui semblent avoir réussi dans la vie, qui semble heureux qui passe pourtant une bonne partie de leur journée à se répéter « silencieusement » des atrocités à propos d’eux même…

Ils arrivent à garder le sourire, à bien paraître tout en se répétant intérieurement   « je suis trop vieux, je suis moche, je suis inintéressant, je suis trop gros, je suis con.

Ces pensées, pourtant bien cachées, sont des pensées qui libèrent des hormones de stress comme le cortisol, qui peut conduire à l’hypertension artérielle.

Une pensée positive produit l’effet inverse. Ces pensées libèrent de la sérotonine, des endorphines et d’autres hormones anti-stress.

travailler-son-cerveau

Remplacez ces commentaires nuisibles par des déclarations plus aimantes et n’hésitez pas à travailler votre mental avec des intentions positives.

 

Pensez-y !

Di…

http://dianeaupaysdesmerveillesdelapensee.blogspot.fr/2012/10/entre-le-point-et-le-point-b.html

A suivre : Mais comment faire pour être positif  quotidiennement ?

Publié dans detox, Pensées positives | 6 commentaires

La belle découverte du Centaure Chiron !

GENTIANELLE

On la nomme petite Centaurée, Gentianelle, Herbe au Centaure, Herbe à la fièvre, Herbe des enchantements, Quinquina français  …

Son petit nom latin : Gentiana Centaurium ou Erythraea Centaurium nous fait comprendre qu’elle appartient à la famille des gentianes, et que cette espèce possède des fleurs de couleur rouge rosé  (érythros).

Elle pousse spontanément dans les prés, les friches, les landes, les sables littoraux. Il est facile de collecter sa partie aérienne pendant sa période de floraison (de mai à septembre). Séchée et enfermée dans des sachets de papier, elle est prête pour de multiples usages. Ses inflorescences florales présentent des corolles allongées disposées en ombrelles.

Son parfum est très discret mais son goût est aussi amer que celui de la gentiane jaune.

DESSIN GENTIANE

Si l’on en croit Pline l’ancien, après sa collecte et un séchage méticuleux, on peut la garder dans toute son activité pendant une dizaine d’années.

La petite centaurée fait partie du pool des plantes médicinales qui furent les plus utilisées par les druides. Les Celtes disaient d’elle, qu’elle était capable de chasser tous les maux par sa vertu évacuante.

 

Composition chimique :

-Glucosides d’iridoïdes, responsables du caractère amer, tonique et fébrifuge de la plante : gentiopicroside, centapicrine, centauroside, érythrocentaurine, gentioflavoside …

-Des composés phénoliques : xanthones, de l’acide phénolique, de l’acide p-coumarinique, des esters d’acide hydroxycinnamique.

-Une iocoumarine, des alcaloïdes (gentianine, gentioflavine),

-Une fraction stéréoïdique : bêta-sitostérol, stigmastérol, campestérol, brassicastérol, delta-7-stigmastérol.

Par hydrodistillation, il est possible d’extraire des parties aériennes supérieures de la petite centaurée, une huile essentielle riche en isomères de néophytalidiène, de carvacrol, de p-camphorène, d’acide hexadécanoïque et de thymol.

Propriétés thérapeutiques :

FLEUR GENTIANEL’ensemble de ces actifs est à l’origine des propriétés anti-inflammatoires, fébrifuges, cholérétiques, stomachiques, toniques digestives, cicatrisantes.

Lors d’une cure de drainage, elle permet de réguler les émonctoires d’élimination (rein et intestin) en équilibrant les évacuations, elle évite les risques d’anémie et combat l’inappétence. La présence des composés phénoliques lui confère une activité antioxydante et un potentiel antimicrobien.

Une application ethno-pharmacologique de longue date en Serbie a entraîné des recherches scientifiques sur les possibilités de régulations de la glycémie et du métabolisme lipidique dans les cas de diabète. Malheureusement, cette étude n’a pas été réalisée chez l’homme mais chez l’animal.

Une étude ethnobotanique portant sur des plantes médicinales, dont la petite centaurée,  utilisées pour traiter diabète et maladies cardiovasculaire a été réalisée auprès de la population dans une région du nord du Maroc, par l’intermédiaire d’infusions absorbées par voie orale..

L’huile essentielle est utilisée dans les Balkans car elle montre un potentiel antimicrobien sur Escherichia Coli, Salmonella enteriditis, Staphylococcus aureus et Bacillus cereus.

Il existe un élixir floral élaboré par le Docteur Bach, à base de fleurs de petite centaurée et destiné aux personnes à faible personnalité, trop malléables et souvent atteintes de maladies psychosomatiques.

Les anciens disaient que la petite centaurée redonnait du tonus aux organes affaiblis, chassait les états de langueur des intestins, fait disparaître les accès de goutte et les fièvres résistantes … Ma grand-mère en prenait toujours aux intersaisons pour purifier l’organisme et fortifier le tonus des organes.

Comment l’utiliser ?

POUDRE

En infusion, en poudre, en gélules, en suc frais, en sirop, en macération vineuse, en teinture mère, en cataplasme (externe) pour traiter les ulcères  et enfin en décoction pour inclure dans les cosmétiques et pour les soins des cheveux et même pour chasser les poux.

L’usage des parties aériennes de la petite centaurée est autorisé dans les compléments alimentaires depuis le 17 juillet 2014.

Elle est  acceptée en tant que « médicament traditionnel » pour soigner l’inappétence, les problèmes digestifs  par l’EMA (agence européenne du médicament), la Commission E (ministère de santé allemand) et l’ESCOP (coordination scientifique européenne en phytothérapie).

Quelques exemples d’utilisations « anciennes » mais !!! toujours simples et d’actualité

  • Des utilisations apéritives et dépuratives

-Infusions pour stimuler les reins, dégorger le foie, aider les intestins : mettre 2 à 3 cuillères à soupe de sommités fleuries séchées dans de l’eau bouillante, laisser infuser quelques minutes, filtrer. En boire 2 à 3 tasses par jour.

C’est amer ? Oui ! Mais pour soigner, il faut si l’on en croit les écrits d’Hippocrate, que la préparation n’ait ni bon goût, ni bonne odeur. Sinon, bien il faut rajouter une petite cuillère de miel.

  • Foie paresseux, insuffisance hépatique, mauvaise digestion

-Vin médicinal : faire macérer dans un litre de vin blanc sec 60 grammes de sommités fleuries de petite centaurée et 15 grammes de baies de genièvre écrasées. Filtrer, en boire un verre taille verre à porto) avant les 2 repas principaux pendant 8 jours. Recommencer la cure au moment des surcharges

  • Applications locales pour purifier le teint et dynamiser la couleur des cheveux clairs

-Décoction : 50 grammes de sommités fleuries en décoction dans 1 litre d’eau.

Drainer en tonifiant, voici le vrai pouvoir magique de la petite centaurée.

Cathy

Publié dans plantes aromatiques | 3 commentaires

Hommage au Docteur Pierre Tubery

Le Docteur Pierre Tubéry est décédé le 25 janvier dernier, à l’âge de 87 ans.

Son nom, connu de milliers de personnes à qui il a rendu espoir et santé est aussi associé à une plante africaine Desmodium adscendens.

En effet, après un diplôme de médecine obtenu à Toulouse, le Dr. Tubery, fidèle à ses engagements et convictions humanistes part en 1960 avec sa femme, médecin également, comme coopérant dans le nord du Cameroun.

Soignant les gens, il devient proche d’eux et constate de remarquables cas de guérison de certaines pathologies, alors et toujours incurables par l’allopathie, en particulier les hépatites et certaines maladies de peau comme le psoriasis. 

Rentrant en contact avec des tradipraticiens, il les regarde traiter les patients avec des plantes et s’émerveille des résultats obtenus.

Fortement convaincu  du pouvoir thérapeutique de ces plantes et de la possibilité de soigner autrement, il ramènera des échantillons en France, et mettant au cœur même de sa démarche l’exigence scientifique il consacrera sa vie, entouré tout d’abord de Mme Jaqueline Ragot docteur en pharmacie, puis de médecins et de scientifiques, à valoriser le potentiel thérapeutique de 3 plantes issues de la pharmacopée africaine en les transformant en phytomédicaments que l’on peut se procurer maintenant en Europe : Gnidia kraussiania (anti-leucémique, hématologie), Securidaca longepedunculata (psoriasis et certaines maladies auto-immunes) et enfin Desmodium adscendens (affections hépatiques et allergies).

desmodium-adscendens
Tous ces travaux, du moins dans leur début se déroulent dans l’illégalité : c’est en effet l’époque où aucun tenant de la médecine officielle n’a envie d’entendre que l’on peut soigner certaines pathologies lourdes avec des plantes, africaines de surcroît.

Des réseaux de distribution s’organisent autour de l’Association Solidarité pour le Soutien aux Malades et petit à petit la notoriété du Dr. Tubery et de ses plantes grandit, d’autant que la personnalité de ce médecin hors du commun, clinicien hors pair alliant chaleur humaine, immense capacité d’écoute, modestie et total désintéressement le rendent vite cher au cœur de ses patients qui le défendront lors de mises en accusations par le conseil de l’ordre, dont il sortira chaque fois innocenté.

Il est à souhaiter que les travaux du Dr.  Pierre Tubery, qui s’inscrivent dans une démarche écologique de ne pas nuire et de faire appel aux forces de la vie, soient connus du plus grand nombre afin de pouvoir continuer à redonner espoir aux personnes qui en ont le plus besoin.

C’est précisément l’objectif de l’association Solidarité pour le Soutien aux Malades qu’il avait lui même créée et qui continue à remplir ses missions dans l’esprit de solidarité qui a été celui de ce médecin exceptionnel. 

Geneviève Bourdy

pour l’Association Solidarité pour le Soutien aux Malades

http://www.solidaritemalades.fr/

Publié dans autres | 6 commentaires

Un article sur la DETOX au naturel dans le magazine VITAL

Comme annoncé par Cathy dans le post précèdent, le mois de mars est sur le thème de la DETOX.

detoo

Une journaliste du magazine  Vital, m’a contacté comme Experte du Laboratoire Ladrôme pour collaborer à  l’écriture de l’article  » la DETOX au NATUREL  »

Je vous laisse donc découvrir cet article qui a paru dans magazine Vital  de Mars / Avril

2017-02-13-1033vital

Bonne lecture

Laurence

Publié dans antioxydant, épices, detox, phytohérapie | 5 commentaires

Protocole printanier de détoxication

Protocole printanier de détoxication

 Le printemps s’annonce : des fleurs parsèment le sol, des bourgeons fleurissent, es oiseaux chantent, le pissenlit fait surgir ses inflorescences couleur soleil … La nature renaît et nous, on se sent raplapla au sortir des journées ternes et froides de l’hiver.

kalanchoe

 « Lorsque l’humeur viciée est abondante, elle entraîne et jette dans un état maladif tout ce qu’il y avait de sain. Toute la substance du corps est attaquée et désorganisée… » Hippocrate

Selon les principes de la médecine traditionnelle chinoise, le printemps est l’intersaison qui offre la meilleure opportunité pour détoxifier en profondeur l’organisme.

Détoxifier ??? C’est éliminer les acides, les toxines, les impuretés nocives stockées durant des mois dans les organes et les tissus et permettre de rééquilibrer les énergies internes.

Le principe de la détoxication inclut nécessairement le drainage et l’élimination avec comme mission principale d’inactiver les molécules toxiques du foie et les excréter dans l’urine.vent

Il ne faut pas oublier qu’avant de s’accumuler dans les tissus, les déchets épaississent et intoxiquent le sang Les déchets sont en général éliminés par le biais des émonctoires.

Qui sont les émonctoires ?

Le foie, les reins, les poumons, l’intestin et la peau.

Il est indispensable que ces émonctoires soient fonctionnels et non encrassés, ce afin de remplir leur rôle de filtre.

Pourquoi détoxifier ? l’organisme absorbe, produit et élimine des acides dans son fonctionnement normal. Lorsque la concentration en acide devient trop importante, cela devient pathologique

Il ne faut jamais oublier cette phrase d’Hippocrate, le père de la médecine :

« Toutes les maladies se guérissent au moyen de quelque évacuation, ou par la bouche, ou par l’anus, ou par la vessie, ou par quelque émonctoire. L’organe de la sueur en est un, qui est commun pour tous les maux. » 

Qui sont les déchets ? 

Déchets par les voies digestives : suralimentation (excès de graisses, protéines, sucres, sel), pollution des aliments (pesticides, engrais, conservateurs, exhausteurs de goût, antibiotiques des animaux, médicaments, vaccins, fermentation).

Déchets par les voies respiratoires : fumées d’usine, gaz d’échappements, cigarettes, pollution atmosphérique, climatisation, émanations chimiques

Déchets par les voies cutanées : produits détergents, produits cosmétiques, pollution de l’air et de l’eau

Quelles sont les étapes d’une cure de DETOX ?

detox

  • Equilibrer l’hygiène de vie et hydrater l’organisme

-Réduire la consommation alimentaire énergétique (graisse, alcool, sodas, sucres, café, cigarettes …)

-Limiter les apports de toxines (pause sur les produits laitiers, les fruits secs, le sel, les additifs, les colorants)

-Utiliser des plantes dépuratives ciblées sur l’émonctoire à privilégier, et éventuellement les synergiser)

-Faire de l’exercice et respirer

  • Drainer, stimuler, éliminer, reminéraliser

-Tisanes pour nourrir le sang, alléger le travail du foie, éliminer les toxines, soulager les organes digestifs (chrysanthème, romarin, aubier de tilleul, prèle, camomille …)

-Gélules de totum de plantes pour éliminer les toxines et les métaux lourds (chardon-marie, spiruline, chlorella, artichaut, fumeterre, orthosiphon, bardane, pissenlit, radis noir …)

-Cure de gemmothérapie pour être en phase avec les jeunes pousses printanières et le renouveau de la sève (cassis, romarin, bouleau, genévrier, châtaignier, frêne…)

-Stimuler le transit intestinal par des tisanes (busserole, bourdaine, ispaghul, mauve …)

-Nettoyer la peau avec des gélules (bardane, reine des prés, achillée, bourrache, souci, onagre …)

Le drainage a une action centrifuge : prise des toxines à l’intérieur et rejet à l’extérieur d’où la nécessité de l’intégrité des émonctoires.

  • Quand, comment, combien de temps ?

Cures très efficace aux changements de saison, pour éliminer stress, fatigue et retrouver une alimentation équilibrée envers les organes digestifs.

Ces cures doivent être menées sur un délai de 21 jours, pour être en phase avec le renouvellement cellulaire.

Elles doivent être associées à une alimentation équilibrée et … savoureuse.

  • Exercice, respiration, massage.

Un exercice physique régulier permet de stimuler la respiration, la circulation sanguine, l’élimination des acides et autres déchets.

Après l’exercice, un massage drainant et énergétique serait conseillé pour raffermir les tissus et éliminer les toxines, par exemple (en bio bien sûr): huile végétale d’amande douce et macérât huileux de carotte, huiles essentielles : de citron jaune, de cèdre de l’Atlas, de baies de genévrier, de romarin CT verbenone, de gingembre, de lédon du Groenland

  • Conseils pour respecter une balance acido-basique équilibrée :balance

« La maladie n’est en réalité que la traduction du travail intérieur de neutralisation et de déblayage toxique qu’accomplit l’organisme dans un but de conservation et de rénovation … »

Paul Carton

Comment identifier les types de déchets et savoir quel est l’émonctoire défaillant afin d’effectuer un drainage spécifique ?

Quand les cristaux sont de nature dure, aux bords acérés, ce sont des résidus de type urate, phosphate, oxalate. Bien que de formes solides, ils sont solubles dans l’eau et peuvent ainsi être transformés en boues.

Une alimentation rééquilibrée, et un drainage rénal sont alors nécessaires.

Si l’organisme élimine des glaires, c’est qu’il y a surcharge donc insuffisance hépatobiliaire, respiratoire, digestive.

Les glaires, matières visqueuses, ne sont pas solubles dans l’eau et il faut impérativement nettoyer les émonctoires en effectuant un drainage spécifique pas à pas (drainage hépatobiliaire, diurétique, confort digestif, confort pulmonaire, drainage minceur et purification du sang, drainage des glandes sébacées et de la peau) ou général, tout en modifiant les habitudes alimentaires.

Il faut donner un coup de pouce aux organes, ne pas abuser des aliments acidifiants (aliments qui se transforment en acides au cours de la digestion, en particulier les aliments d’origine animale (viandes, fromages), les aliments hyper-protéinés (céréales, l légumes secs) et les aliments riches en glucides (sucres, pâtisseries, alcools, sodas). Il vaut mieux privilégier les aliments dits alcalinisants (fruits, légumes, fibres).

Nous sommes maîtres du pH de notre alimentation.

Le printemps doit être le moteur d’un sang fluide et allégé de déchets.

Des exemples de drainage spécifique

Drainage hépatobiliaire : artichaut, romarin, radis noir, chardon-marie, chrysantellum, boldo, aubier de tilleul, olivier, bruyère, petite centaurée, chicorée sauvage, eupatoire, curcuma, trèfle d’eau, pissenlit, thé vert, verge d’or, menthe poivrée, chicorée, fenouil, orthosiphon …

Drainage confort rénal : chou, fenouil, maïs, poireau, oignon, aubier de tilleul, bruyère, bugrane, busserole, cerisier, chiendent, pissenlit, églantier, frêne, genévrier, ortie, piloselle, prêle, reine des prés …

Drainage confort digestif : achillée, angélique, anis vert, aspérule, badiane, bourdaine, camomille romaine, carvi, coriandre, cascara, casse, cumin, eupatoire, fenouil, gaillet, graines de lin, mauve, matricaire, mélisse, menthe, réglisse, ricin, séné, verveine …

Drainage minceur et purification du sang : ispaghul, psyllium, garcinia cambogia (HCA), gymnema sylvestris, fucus, vigne rouge, hamamélis, thé vert, artichaut, aubier de tilleul, radis noir, romarin, genévrier, châtaigner, frêne, cassis, piloselle, pissenlit, queues de cerise, bouleau, ananas, papaye …

Drainage confort pulmonaire : coquelicot, eucalyptus, origan, pin sylvestre, plantain, réglisse, sapin, serpolet, thym, tussilage, bourgeons de noisetier, bourgeons de pin, mauve, hysope, cannelle …

Drainage des glandes sébacées et de la peau : bardane, bourrache, cassis, myrtille, camomille, souci, pensée sauvage, sureau, tilleul, romarin, bouleau, aloe vera, centella asiatica, reine des prés, coffea arabica, douce-amère, noyer, rhubarbe, camomille, achillée

Nous verrons dans les prochains articles certains exemples utilisés avec succès depuis le temps des grands-mères !

Cathy

Publié dans plantes aromatiques | 6 commentaires

Vous avez dit Madagascar, encore et encore !!!!

ravensare-arbustes

Je vous rassure de suite, je vais changer de thème en Mars, mais ne trouvez-vous pas qu’il existe plein de trésors naturels, encore méconnus sur cette grande île de l’océan Indien ?

Dans les huiles essentielles traditionnelles de l’île, on trouve … Des huiles encore méconnues comme le Iary, Famonty, Issa, Thé de Gambier , Baies Roses, Ravensare….

 

 L’huile essentielle de IARY : Psiadia altissimaiary

Cette essence aromatique est distillée à partir des sommités fleuries d’un arbuste qui pousse surtout dans les Hautes-Terres de Madagascar.

Elle complète parfaitement le « travail » de chasse aux microbes de l’hiver du ravintsara et du saro.

L’huile essentielle de Iary est appelée Dingadingana, ce qui signifie « franchir pas à pas », en d’autres termes elle était anciennement utilisée pour l’accompagnement des âmes des défunts.

L’arôme terpénique et boisé, proche du patchouli de cette huile essentielle un peu résineuse est apprécié pour son utilisation anti-infectieuse. Des inflammations respiratoires aux irritations cutanées, sa composition riche en bêta-pinène explique ses propriétés antiseptiques, antifongiques et expectorantes.

famontyL’huile essentielle de Famonty : Pluchea grevei

Une distillation des sommités fleuries pour extraire une huile essentielle « trousse de secours ». En accompagnement avec l’huile essentielle d’Issa, le Famonty permet d’intervenir en urgence sur les hématomes, entorses, foulures, luxations, étirements musculaires … et autres maux accidentels. Les recettes de médecine douce l’associent à l’huile essentielle de Katrafay pour atténuer les douleurs musculaires et arthrosiques.

Cette huile essentielle à l’odeur boisée, balsamique est riche en sesquiterpénols, sesquiterpènes et monoterpénols. On lui associe de nombreuses vertus thérapeutiques (surtout en tant que régulateur de la circulation veineuse), mais il est bon de préciser que la richesse en sesquiterpénols est associée à une action hormonale, œstrogène-like.

L’huile essentielle d’Issa : Rhus taratanaissa

Cette huile essentielle dont on distille les feuilles et les tiges, présente une forte odeur de térébenthine. Ses « petits noms malgaches » sont Voretra et Taratana. On pourrait aussi la baptiser : huile essentielle prévention santé.

Plante endémique de Madagascar, aux « pouvoirs magiques », elle est utilisée traditionnellement comme protection contre les sortilèges.

Plus scientifiquement parlé, son actif principal est l’alpha-pinène qui lui confère des vertus décongestionnantes sur les systèmes veineux et lymphatiques. Elle soulage les jambes lourdes et retarde l’apparition des varices.

On peut l’associer au Patchouli, au Famonty, au Vétiver comme stimulation circulatoire.

lantanaL’huile essentielle de Lantana : Lantana camara ou Thé de Gambier

Cette huile essentielle, également nommée Radriaka, est représentée par deux chémotypes : celui à bêta-caryophyllène (qui est riche également en curcumène), à l’odeur douce et épicée ; celui à davanone (cétone toxique) à l’odeur plutôt mentholée.

La distillation des feuilles à l’état frais procure une huile essentielle de couleur jaune pâle à jaune foncé qui ne doit pas être utilisée pure.

Le chémotype bêta-caryophyllène est utilisé par voie topique pour des massages calmants et sédatifs. Antidouleur et anti-inflammatoire, elle est un complément parfait des huiles essentielles de noix de Muscade, de Combava.

Le chémotype davanone est reconnu comme ayant des propriétés antiseptiques, antispasmodiques, anti-inflammatoires. On le préconise pour son action Mucolytique, antimicrobien, régulateur de la pression artérielle et atténuateur des douleurs rhumatismales. On peut l’associer au basilic exotique, à la Ravensara aromatica. Mais attention, peut être neurotoxique par la présence des cétones dont la davanone.

baies-rosesL’huile essentielle de baies roses : Schinus terebinthifolia ou Aroeira

Les grains séchés du faux poivrier sont distillés, donnant une odeur légèrement poivrée, épicée et aromatique. L’huile essentielle est riche en delta-3-carène, en alpha-thujène, bêta-phellandrène. Elle n’est pas endémique à Madagascar, elle est originaire d’Amérique du sud et centrale.

Comme les huiles essentielles décrites précédemment, c’est aussi un décongestionnant veineux, un anti-inflammatoire et un antiseptique. On la recommande également pour adoucir les symptômes des grippes et autres problèmes inflammatoire des voies respiratoires. Elle est aussi utilisée comme arôme alimentaire.

Les huiles essentielles de Ravensares : qui est qui ?

Des confusions au sujet de ces huiles essentielles qui ont été corrigées dans la nomenclature moderne mais qui perdurent dans de nombreux documents que l’on trouve sur Internet.

Un petit résumé sous forme de tableaux

Nom scientifique Nom vernaculaire Partie de la plante distillée et odeur Actifs majoritaires
 

 

Agatophyllum aromatica

Ravensara aromatica ou Havozo manitra feuilles -Distillation des feuilles

-Odeur citronnée

Sabinène, limonène, germacrène
 Ravensara anisata  Ravensare anisé ou Havozo manitra écorce -Distillation de l’écorce

-Odeur anisée

Methylchavicol
Cinnamomum camphora

 

Ravintsara ou Camphrier à cinéole -Distillation des feuilles

-Odeur camphrée

1,8-cinéole

 

Nom vernaculaire Propriétés – objectivations principales
Ravensara aromatica ou Havozo feuilles Antimicrobien, immunostimulant, déstressant
Ravensara anisata ou Havozo écorce Œstrogène-like, antispasmodique, tonifiant
Ravintsara ou camphrier à cinéole Antiviral, immunostimulant, expectorant


Il existe d’autres huiles essentielles sur cette grande île rouge, mais les approvisionnements hors Madagascar sont difficiles à cause des faibles rendements, des coûts élevés pour implanter des distillateurs …

Cathy

Publié dans plantes aromatiques | 4 commentaires