Huile essentielle de pin de Patagonie

pin patagonie.png

Publié dans plantes aromatiques | 3 commentaires

Le NOYER l’arbre aux multiples ressources

Une belle découverte :

Lors de mon périple sur le chemin de Compostelle, en 2010, j’ai découvert Le moulin à eau de Chanaz  (Savoie-France). www.moulindechanaz.com

J’y ai dégusté des huiles et des moutardes et fait le plein de friandises de noix et de noisettes. Elles se sont avérées très énergisantes et grandement appréciées pendant mon pèlerinage! En prime, la plaisanterie du meunier a accompagné ma bonne humeur une partie du parcours. Ce loustic éclectique, appâtait son hameçon avec ces friandises de noix et de noisettes. « Des poissons …gros comme ça, mâ p’tite Dâme !!!Vrai comme chû là !!! »huile de noix

Historique

  • C’est en Perse (Iran actuel) qu’on aurait commencé à cultiver les noyers actuels.
  • Jusqu’à la Renaissance, on lançait des noix aux jeunes mariés après les noces, car on leurs attribuaient le don de discernement pour l’amour vrai.
  • Dans les Vosges (France) le vin de noix est offert à chaque visiteur, en signe de bienvenue.
  • Le bois de noyer est prisé pour fabriquer des meubles de luxe.
  • C’est avec le bois de cet arbre que l’on fabrique les meilleurs sabots.

Botanique

Le noyer (Juglans Regia) de la famille des Juglandaceae

Arbre originaire de l’hémisphère nord, à tronc élancé qui peut atteindre 50 mètre de haut et 300 ans d’âge.

Sa couronne est étendue et son écorce adulte est grise et crevassée. Ses feuilles sont caduques lisses, très épaisses et enduites d’une résine collante et aromatique. Ses fruits sont ovales et constituées d’un épais péricarpe vert clair nommé brou, qui enrobe une coquille brun clair contenant elle-même une amande bilobée faite de deux cerneaux blond doré oléagineux.

Les fleurs sont séparées, les mâles se présentent comme des chatons pendants, les femelles réduites à leur plus simple expression, sont formées du pistil en forme de deux cornes charnues et brillantes pour accueillir le pollen.

fleur male

Parties utilisées

Les feuilles doivent être cueillies avant la mi-juillet. Cueillez celles qui sont à portées de main

Les noix : doivent être cueillis de fin août au début novembre. Ramassez les fruits tombés au sol ou gaulez-les à l’aide d’un bâton très long.

Les noix séchées sont plus riches en gras essentiels quand elles ont vieillies trois mois et sont renommées pour favoriser la production d’hormones sexuelles, pour stimuler la repousse des cheveux et le fonctionnement du cerveau en général.

Vous pouvez donner des noix broyées à un enfant de 18 mois, mais attendez qu’il ait 3 ans pour lui donner des noix entières.

L’huile : Très utilisée en cuisine pour son goût raffiné dans la sauce à salade mais aussi sur les brûlures et la peau en général pour son action hydratante. Il faut conserver l’huile au frais et l’utiliser au cours de l’année.noix

Propriétés médicinales :

Dépuratif, stomatique, antirhumatismal, digestif, fortifiant, anti diarrhéiqu

Principes actifs :

Feuilles et brous : acides organiques, flavonoïdes, huiles essentielles, vitamines C et E, tanins.

Noix : Acides gras essentiels polyinsaturés de types oméga 3 et oméga 6. Lipides, vitamines du complexe B, E, phytostérols et protéines.

Posologie :

Feuilles : En cas de problèmes de digestion, de mauvaise circulation sanguine et comme dépurative. Buvez 2 à 3 tasses de ce breuvage au cours des repas : macérer dans 1litre d’eau froide pendant 2 heures, 50 gr de feuilles séchées. Ensuite chauffer lentement jusqu’à ébullition environ 5 minutes. Laissez infuser pendant 15 min. Filtrez et aromatisez avec du miel.

Utiliser les feuilles comme fortifiant et pour faciliter la digestion difficile: mélanger en quantités égales, des feuilles de noyer et des fleurs de sureau et des boutons de ronce. Ces trois plantes doivent être cueillies à la Saint-Jean et séchées à la noirceur. Mélangez le tout à des feuilles de tilleul et des fleurs de reine des prés. Confectionner une infusion et la boire trois matins d’affilés, une fois par mois au début de l’été.

Les noix fraîches, sèches ou grillées, sont utilisées dans des gâteaux, tartes, sucreries et dans des salades.

Pour déguster l’amande comestible de la noix appelée « cerneau », enlevez le fruit de son brou (épaisse écorce verte, brune à l’automne) qui laisse sur les mains des traces brun-roux tenaces. La coquille apparaît alors. Il faut la casser délicatement avec un caillou ou sous les pieds et à l’intérieur, le fruit évoque les deux hémisphères d’un drôle de cerveau.

Attention : si vous avez des noix fraîches, enlevez l’enveloppe jaune qui recouvrent les cerveaux ; elle est amère et favorise quelques fois l’apparition d’aphtes dans la bouche

Comment conserver les noix :

Les noix dans leur coquille : dans un local sec et pas plus de un an

Les noix décortiquées : quelques mois dans une boîte hermétique.

Savez-vous quoi ?

Mélangez des feuilles fraîches de noyer à la litière de vos animaux domestiques pour les préserver des puces.

Dans les caves ou les celliers, les feuilles éloignent les insectes ravageurs

Contre indication

Personnes allergiques aux noix.

Si vous voulez planter des noyers :fiche botanique

Les noyers aiment les terres riches en azote, bien drainées,

avec un pH relativement acide.

Comme ils sont dépendants de la pollinisation croisée

(à cause du décalage des floraisons mâles et femelles),

il faut planter plusieurs spécimens en rangées espacées de 15 mètres.

 

 

En Europe, les variétés les plus populaires sont :

la « Bijou », la « Franquette », la « Mayette » et la « Parisienne ».

En Amérique du Nord, privilégier les variétés suivantes :

« Juglans cinerea » et «Jj. Nogra ».

Le noyer est vulnérable à plusieurs maladies : l’encre, le pourridié et le ver à noix.

Recettes :

Vin de Noix des Hautes-Alpes (boisson apéritive et boisson digestive)

Traditionnellement le vin de noix fait figure de symbole de vie sociale dans les campagnes européennes, en tissant des liens de la cueillette à la dégustation !

Ingrédients :

  • 5 litres de vin rouge à 11°
  • 40 noix de Grenoble
  • 1bâton ½ de vanille de Madagascar fendu
  • 1 kg de sucre fin
  • 1 litre d’eau de vie ou d’alcool pour fruits

Déroulement :

Ramasser 40 noix quand elles sont encore vertes. Les aplatir avec un marteau et les mettre dans le vin rouge. Laisser macérer 40 jours à l’abri de la lumière.

Après ce délai, on rajoute le « sirop », fabriqué avec le sucre fondu dans un peu d’eau dans 1 litre d’eau de vie à 40°

Remuer une fois par semaine

Couler dans une bouteille stérilisée.

Consommer modérément, selon les régions comme fortifiant pour adulte ( !), contre les dérangements et inflammations intestinales, contre le mal de cœur….

Goûter minute

Ingrédients :

  • 1 bol de fromage blanc
  • 4 noix
  • Sirop d’érable.

Déroulement :

Hachez quatre cerneaux de noix.

Versez-les dans un bol de fromage blanc, sucrez avec du sirop d’érable (ou du miel).

Mélangez et dégustez ce goûter d’automne

Goûter salé

Ingrédients :

  • Pain de mie
  • Tranche de fromage Roquefort
  • 1 c à café de crème fraîche
  • Cerneaux de noix

Déroulement :

Tartinez sur une tranche de pain de mie le fromage, puis coupez en quatre.

Garnissez chaque canapé d’un cerneau de noix

Dégustez.

Mélusiane herboriste

 

Publié dans antioxydant, arbres utiles, cuisine santé, herboristerie, huiles végétales, plantes comestibles, plantes utiles, Québec | Tagué , | 2 commentaires

Extraits: du film « Lavanderos » et du débat sur la lavande lors des rencontres Ecologie au Quotidien de Die

Lavanderos est le premier documentaire de Nikita Gouëzel, un jeune cueilleur de lavande et aujourd’hui, un réalisateur en herbe.

 

C’est un bel hommage au métier de cueilleur de lavande sauvage dans la Drôme, auquel il nous invite.

Un retour à la plante, la nature, la vraie vie.

Spontanée et authentique, laissez-vous transporter par cette belle histoire.

 

Voici également un extrait  audio de mon intervention sur les usages de la lavande qui a été enregistré lors du débat durant des rencontres Ecologie au quotidien qui se sont déroulées à Die sous le thème « Osons la fraternité pour mieux vivre ensemble« .

IMG_1955

 

Merci à Diane pour l’enregistrement et le montage audio.

Ne pas oublier que l’enregistrement s’est déroulé en direct en pleine salle communautaire à Die….

En espérant que l’essentiel du message est clair.

Bonne écoute.

Laurence

Claire Montesinos, Nikita Gouëzel, Laurence Lebrun
Publié dans Aromathérapie, huiles essentielles, plantes aromatiques | Tagué , , , | 8 commentaires

Marie Roubieu la dernière Herboriste diplômée en France nous a quittée….

Triste nouvelle cette semaine ,  Il n’y a plus d’Herboriste diplômé en France. 

La France reste le seul pays Européen à ne pas reconnaître le metier d’herboriste. Gardons espoir et croyons encore au renouveau de l’Herboristerie …..

Voici un très bel article de Christine Legrand  du journal La Croix pour lui rendre hommage.

Bonne lecture

Laurence

Il n’y a plus d’herboriste diplômé en France

Marie Roubieu vient de décéder à l’âge de 97 ans. Elle était la dernière survivante des herboristes titulaire du diplôme supprimé en 1941. Il n’a jamais été rétabli depuis.

La France est le seul pays d’Europe à ne pas reconnaître l’herboristerie.

 

La France est le seul pays d’Europe à ne pas reconnaître l’herboristerie. 

Son nom est inconnu du grand public. Seul un petit cercle de spécialistes des plantes médicinales la connaissait. Marie Roubieu avait obtenu son diplôme officiel d’herboriste avant que le régime de Vichy ne l’abolisse en 1941, au profit des pharmaciens.

« Elle apprenait aux autres à reconnaître les plantes, les sentir, les goûter, les cueillir, avec une rigueur très scientifique. On faisait des sorties sur le terrain et des voyages botaniques aux Caraïbes pour trouver des arbres à épices », raconte Clotilde Boisvert, botaniste, qui a fondé en 1980 « L’École des Plantes CB » à Paris.

En dépit des promesses des gouvernements successifs, la France reste le seul pays de l’Union européenne à ne pas reconnaître la profession d’herboriste.« L’herboristerie se meurt », regrette Michel Pierre, auteur de nombreux livres sur les bienfaits des plantes (1) et patron de la célèbre Herboristerie du Palais-Royal (à Paris). Car depuis une quinzaine d’années, explique le spécialiste, 143 plantes bénéfiques pour la santé sont en vente libre dans les grandes surfaces. Quant aux autres plantes médicinales, elles ne peuvent être vendues qu’en pharmacie. Un marché qui n’intéresse pas forcément les officines, si bien qu’on a du mal à les trouver.

Une industrialisation de la phytothérapie

Les pharmaciens préfèrent commercialiser des produits confectionnés à partir de molécules de plantes qui occupent moins de place et coûtent plus cher que des sachets de thym ou d’ortie. « On assiste clairement à une industrialisation de la phytothérapie. Environ 500 plantes – et bientôt près d’un millier – peuvent ainsi être utilisées comme compléments alimentaires sous forme de gélules, ampoules ou concentrés. Mais on n’a pas pour autant le droit de les vendre comme plantes pour tisane », déplore Michel Pierre, qui persiste à vendre de la bruyère en tisane, quitte à se mettre hors-la-loi.

À lire aussi

Faut-il rétablir le métier d’herboriste ?

De la passiflore, qui aide à mieux dormir, aux feuilles de cassis, qui soulagent les douleurs articulaires, en passant par celles du noisetier qui stimulent la circulation sanguine, les irréductibles qui continuent à proposer ces remèdes de grand-mère sont de plus en plus rares. Il n’existe plus qu’une cinquantaine d’herboristes en France. Ils se sont récemment regroupés au sein d’un syndicat, Synaplante, pour réclamer que la loi change. Une situation paradoxale, alors que l’engouement pour les plantes n’a jamais été aussi fort.

Christine Legrand

https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Il-dherboriste-diplome-France-2018-01-29-1200909621

Publié dans herboristerie, plantes médicinales | Tagué , | 15 commentaires

Les bienfaits de l’huile essentielle d’arbre à thé

Bonjour à tous,

Il m’arrive parfois de partager des articles d ‘autres blog , quand on me le demande et surtout quand le sujet est intéressant et dans le thème du blog.

Voici un partage  d’un article sur l’huile essentielle d’arbre à thé ou tea tree.

Bonne lecture

Laurence

Quand on parle d’huile dans le domaine de la beauté et de la santé, ce sont immédiatement les huiles végétales comme l’argan ou jojoba qui viennent à l’esprit.

Mais n’oublions pas les huiles essentielles et en particulier celle de l’arbre à thé bien souvent oubliée, alors qu’elle est préconisée dans le traitement de toutes sortes d’infections depuis des siècles.arbre à thé

Pour vous aider à faire connaissance avec cette huile essentielle méconnue, je vous ai concocté une fiche descriptive grâce à laquelle vous allez tout savoir sur ses origines, ses bienfaits et les bonnes manières de s’en servir ! Suivez le guide, et, parole de Nathalie, à la fin de votre lecture vous serez convaincue qu’il vous en faut !

Un peu de culture… pour briller en société !

L’arbre à thé répond au doux nom latin de Melaleuca Alternifolia. C’est un arbre de taille moyenne (4 à 6 mètres de hauteur), toujours vert, que l’on trouve dans les zones marécageuses d’Océanie. C’est le navigateur anglais James Cook qui, lors d’une escale en Australie à l’occasion d’un tour du monde, découvrit que les indigènes faisaient infuser les feuilles de cet arbre et en buvaient la décoction pour se soigner (ou utilisaient les feuilles en cataplasme sur les blessures). British jusqu’au bout des ongles, il assimila cette pratique à celle du thé et baptisa cet arbre « l’arbre à thé » ou Tea Tree. Par la suite, c’est l’huile issue des feuilles de l’arbuste qui s’est révélée avoir des vertus incroyables, trouvant ainsi une bonne place dans la gamme des produits naturels utilisés en phytothérapie.

Une huile aux multiples bienfaits

Je ne sais pas si Mr  Cook s’était rendu compte de l’extraordinaire découverte qu’il avait faite, mais ce qui est certain, c’est qu’il ne devait pas savoir la multitude de pouvoirs qu’avait cette plante !

Elle a des effets bénéfiques sur :

  • Tout ce qui concerne les problèmes de peau tels que l’acné modérée, l’eczéma, la dermatite, les boutons de fièvre ou les pellicules
  • Les champignons et les mycoses (comme le « pied d’athlète », un champignon qui se développe entre les orteils) grâce à ses vertus antimicrobienne. À noter aussi son action contre le candida albicans
  • Les infections de l’hiver, telles que le rhume, la grippe, les maux de gorge, les aphtes et le nez qui coule, ce qui en fait un antiviral naturel très intéressant
  • Les désagréments que peuvent apporter les insectes : son pouvoir répulsif envers les moustiques et les poux en fait un précieux allié de la vie quotidienne
  • La cicatrisation : l’huile de thé va booster le renouvellement cellulaire autour de la cicatrice et permet d’atténuer son aspect visible
  • Les peaux et les cheveux secs, en maintenant la barrière hydrolipidique naturelle, limitant ainsi la déshydratation cutanée ou capillaire

Comment utiliser l’huile essentielle d’arbre à thé et profiter de tous ses bienfaits ?

Suivant le problème que vous désirez traiter, vous n’allez pas vous servir de cette huile de la même façon. Vous l’utiliserez :

  • Directement sur la peau pour soigner les boutons d’acné (1 goutte le soir sur chaque bouton), les boutons de fièvre (2 gouttes 4 fois par jour) en massant jusqu’à pénétration. Vous pouvez également en déposer une goutte sur les épaules, les poignets, la nuque et les genoux pour éloigner les moustiques
  • En gargarismes (diluée avec de l’eau) pour tout ce qui concerne les infections buccales, en prenant bien soin de ne pas avaler la mixture
  • En inhalation, pour dégager et assainir les voies respiratoires. Pour cela, rien de plus simple : versez de l’eau bouillante dans un saladier, ajoutez-y quelques gouttes d’huile de Tea Tree, couvrez-vous la tête d’une serviette et penchez-vous au-dessus du saladier pour en respirer les vapeurs bienfaisantes
  • En bain de pieds pour les champignons plantaires (quelques gouttes diluées dans une bassine d’eau tiède)
  • En shampoing, pour éloigner les poux et soigner les pellicules : quelques gouttes dans votre shampoing habituel feront très bien l’affaire
  • En huile de massage sur la zone du bas-ventre pour atténuer les crampes pendant la période des règles par exemple

Précautions d’emploi

Attention tout de même, il y a quelques précautions à prendre :

  • Si votre peau est très sensible, faites d’abord un essai de produit pure dans le creux de votre coude pour voir si vous supporterez cette huile essentielle
  • Sachez que l’huile de Tea Tree est déconseillée aux femmes enceintes, allaitantes et aux enfants de moins de 8 ans
  • Évitez de vous exposer au soleil si vous avez traité votre acné avec l’huile
  • N’inhalez pas les vapeurs de ce produit si vous êtes asthmatique
  • Évitez d’utiliser le produit pur (non dilué) dans le nez, les oreilles ou les parties génitales

Pour finir en beauté !

En plus de tous les bienfaits précédemment cités, sachez que l’huile d’arbre à thé possède également des vertus assainissantes et purificatrices incroyables ! Vous pouvez nettoyer en profondeur une pièce en ajoutant quelques gouttes d’huile d’arbre à thé dans votre eau de lavage (comme dans la chambre d’un enfant après que celui-ci ait été malade). La surface lavée sera débarrassée de toutes les bactéries encore présentes dans la pièce et l’air y sera purifié.

Autre astuce : si vous partez en voyage, préparez un petit vaporisateur d’huile d’arbre à thé dilué avec de l’eau et servez-vous en pour nettoyer la tablette devant vous dans l’avion ou le train avant de poser quelque chose dessus, et pour vaporiser une petite rasade sur le dossier du siège devant vous (la plus grande source de bactérie dans un avion ou un train). Vous pouvez également désinfecter la cuvette des toilettes publiques et vos mains ensuite, s’il n’y a rien de propre à disposition.

Vous l’avez compris, l’huile d’arbre à thé est l’un des produits naturels indispensables non seulement dans une armoire à pharmacie, mais aussi dans un sac à main pour solutionner rapidement un petit bobo du quotidien. Pour vous souvenir de tous les bienfaits de ce produit, j’ai une « astuce de Nathalie » : notez toutes les utilisations de l’huile d’arbre à thé sur un petit papier et collez-le sur votre flacon, pour avoir toujours sous les yeux les possibilités d’utilisation de votre produit ! N’oubliez pas de le « plastifier » avec du scotch pour ne pas qu’il s’efface avec le temps !

Un article du magazine Bonheuretsante.fr

Sources :

Publié dans Aromathérapie, Australie, candida albicans, huiles essentielles, plantes aromatiques | Tagué , | 11 commentaires

La lavande sauvage à l’honneur aux rencontres Ecologie au Quotidien de Die

Bonjour à tous ,

Venez découvrir les secrets de lavande sauvage ramassée à la main par les  » Lavanderos » et surtout venez écouter les professionnels vous parler de ses bienfaits.

Deux rendez-vous possibles

le 24 janvier à NYONS

image1

Le 1 er février à DIE

Belles rencontres en perspective

Laurence

Publié dans huiles essentielles, plantes aromatiques | Tagué , , , | 3 commentaires

Le Mimosa

Bonjour à tous, 

J’ai décidé de faire comme Jean Claude du site Spotjardin de continuer à vous faire partager des articles de Cathy afin de faire vivre ses écrits en son souvenir.

Voici un peu de soleil avec le Mimosa , une fleur d’hiver éblouissante et étonnante pour ses propriétés cachées.

Laurence 

mimosa

 

Le mimosa est la fleur d’hiver qui ensoleille les jours tristes et qui est liée à Mr Carnaval.

Le mimosa a plusieurs propriétés : sédatives et sensitives.

Appelé lajjalu en médecine Ayurvédique, il est utilisé pour ses propriétés antiasthmatiques, aphrodisiaques, analgésiques et antidépressives.

Le mimosa est la plante qui a de la mémoire !! Touchez-la et vous verrez.

lire la suite de l’article

 

 

 

Publié dans parfum, plantes aromatiques, plantes médicinales | Tagué , , , | 8 commentaires

Voyage au cœur des huiles essentielles

Je vous invite à assister la semaine prochaine à une conférence de Sophie sur l’Aromathérapie .

Laurence

Conférence Sophie

 

Publié dans plantes aromatiques | Laisser un commentaire

LE BOULEAU : UN ARBRE INDISPENSABLE

 

Le Bouleau blanc : Betula alba. Linné 

canoe

Fabrication d’un canot en écorce de bouleau. Réserve amérindienne de Métabitchuan (QC

Historique

  • Son origine remonte à plus de 30 millions d’années
  • Il été utilisé de tout temps pour les besoins des hommes : Nourriture végétale d’abord puis emploi technique ensuite; sabotiers, charrons, couvreurs, charpentiers, teinturier, tanneurs, parfumeurs du monde occidentale ont façonnés son bois et son écorce.
  • Pour les Amérindiens, c’est l’arbre sacré indispensable au quotidien : canot, récipient de cuisine, torche, parchemin, papier pour allumer le feu
  • La carbonisation de son bois et de son écorce produit un goudron qui permettait d’imperméabiliser les chaussures.
  • Les sabotiers fabriquaient 150 sabots avec 1 m³ de bois
  • Vénéré par tous les peuples nordiques, il symbolise les « piliers du monde » pour les shamans sibériens et une fête lui est consacrée au printemps
  • Ses ramures servent à la fabrication des verges avec lesquelles se flagellent les amateurs de sauna.

Botanique :

Arbre de 20 à 30 m de haut, au feuillage léger, aux chatons frémissants et doux qui aime les terrains frais et sablonneux.

On le reconnaît facilement à son écorce blanche, lisse et si fine qu’elle a été utilisée parfois pour fabriquer du papier. Après 20 ans, son écorce se gerce et se détache en lanière.

Ses feuilles sont petites et irrégulièrement dentelées, et triangulées. Les fleurs mâles et femelles sont séparées sur un même arbre. Les premières sont groupées en chatons pendants, les secondes forment à maturité de petits fruits ailés avec une graine centrale.

feuilles de bouleauPremier cours de botanique pour Joël avec grand-papa

Parties utilisées :

Bourgeon, écorce, sève, chaton et feuille doivent être récoltés au

printemps.

Propriétés médicinalesbouleau

Antiseptique pour les voies urinaires et rénales, anti-inflammatoire,

dépuratif et sudorifique.

Principes actifs :

Sève : eau, sucres (dont le xylitol), potassium et sodium.

Bourgeons et chatons : hormones prohypophysaires.

Feuilles : chlorophylle, saponines, vitamines A, C et E et bioflavonoïdes.

Écorce et goudron : créosol, phénols, protéines, salicylate de méthyle, calcium, potassium et silice, sucres simples et complexes.

Posologie :

  • Sève : Boire 100ml de sève fraîche avant chaque repas pour drainer les reins et contrer les maladies chroniques de la peau (eczéma)
  • Feuilles : 1 c à soupe jeté dans 1 tasse d’eau avec 1 gramme de bicarbonate de soude. Laissé infuser 5 min. À prendre 1 x / jour / 10 jours
  • Écorces : Prendre de l’écorce qui c’est détachée et en faire des semelles anti-sudorifiques pour l’intérieur de nos chaussures à notre pointure…

 

Contre indication

Aucune

écorce de bouleau

Récipient pour la cueillette fabriqué en écorce de bouleau

Utilisations  commerciales :

Son bois débité en lamelles sert encore pour recouvrir les toits (bardeaux).

Son écorce contient une huile qui assouplit le cuir

Inflammation des voies urinaires :

Décoction : mettez à bouillir 2 c à soupe de feuilles séchées pour ½ litre d’eau pendant 2 minutes. Lorsque la température est redescendue à 40°C, ajoutez une pincée de bicarbonate de soude pour dissoudre les principes actifs des feuilles.

Prenez dans la journée avant les repas.

Croûtes de lait des bébés :

Lotion : laissez infuser 4 c à soupe de feuilles séchées pour ½ litre d’eau pendant 10 minutes.

Laissez refroidir et filtrez.

Lavez 2 à 3 fois par jour le cuir chevelu avec ce mélange.

Mélusiane

Publié dans plantes aromatiques | 4 commentaires

Huile d’Encens Oliban

Les trois cadeaux des Rois Mages à l’enfant roi  étaient l’or, l’encens, la myrrhe.

Pour bien commencer l’année 2018 , je vous partage la fiche de l’ huile essentielle  d’Encens Oliban.

Une huile essentielle à découvrir !

encens

Sophie

 

Publié dans Aromathérapie, huiles essentielles, plantes aromatiques, système immunitaire | Tagué , , , , , | 4 commentaires