Le safran, l’or rouge

 

Le safran (Crocus sativus L.) est une des plus vieilles épices dont on peut dater l’apparition au Cachemire et en Perse à plus de 5000 ans.

safran

Cet « or rouge » est principalement utilisé pour son pouvoir colorant et ses principes actifs, les caroténoïdes.

Depuis l’Antiquité des vertus thérapeutiques ont été attribuées au safran, principalement pour calmer les spasmes, stimuler les digestions difficiles, calmer les fatigues nerveuses. L’homéopathie l’utilise pour soigner les troubles circulatoires, les chercheurs se penchent sur un effet anti carcinogène et antitumoral possible.

A-t-il un effet inhibiteur sur la libération en chaîne des radicaux libres ?

Cela semble réel grâce à sa composition exceptionnelle en caroténoïdes (crocine, pinocrocine …), en safranal, molécules qui lui confèrent une grande activité antioxydante.

La médecine traditionnelle chinoise l’utilise pour traiter les troubles du système nerveux central, les Japonais se penchent sur l’effet des extraits de safran sur les maladies neurodégénératives affectant la mémoire, des études cliniques à l’international mettent en évidence une action positive sur le traitement des troubles sanguins et oculaires (rétinopathie et macula) grâce à la conversion métabolique naturelle des caroténoïdes en rétinoïdes.

La principale qualité du safran est son pouvoir colorant, car il peut colorer jusqu’à cent mille fois son volume d’eau.

Pour obtenir 1 kg de safran sec, 160 000 fleurs sont émondées, c’est-à-dire 300 kg de matière végétale à l’odeur miellée très intense.

Des études en valorisation de coproduits tels que les fleurs, les feuilles et les bulbes montrent une richesse en composés phénoliques, en amidon, en colorants hydrosolubles et liposolubles, en composés aromatiques à l’odeur de type fortement « miellée », en huile essentielle, eau florale et concrète (en très faible rendement).

or rouge

L’épice, connue d’abord pour sa saveur subtile, s’accorde avec une variété de mets allant des poissons et coquillages aux desserts, boissons et liqueurs.

Le safran n’est pas douillet, il adore les contrastes entre des étés secs et chauds et des hivers bien vivifiants.

Le safran est malheureusement très souvent adultéré par des fleurons de carthame, de souci, d’arnica, de cynarées, de curcuma …, il peut être imprégné d’eau, de sucre, de miel, d’huile … il est désormais soumis à une norme internationale de qualité stricte, réactualisée tous les trois ans.

Cathy

 

Publié dans plantes aromatiques | 1 commentaire

Le myrte vert espèce endémique du bassin méditerranéen

Bravo à ceux qui ont trouvé  le Myrte vert (Myrtus communis) , seule espèce endémique de la famille des Myrtacées présente sur le pourtour de la Méditerranée.

myrte fleurs

Le Myrte Vert  est un petit arbrisseau de 2 à 3 mètres de haut.

Son feuillage persistant est composé de feuilles ovales, pointues, d’un vert foncé.
Les fleurs blanches reconnaissables à leur nombre élevé d’étamines ont une odeur aromatique poivrée.

Les fruits, sont des baies comestibles de forme ovale bleu noirâtre, elles sont  récoltées à l’automne et recherchées par les oiseaux (grives, merles). Leur saveur  est âpre et résineuse.

Dans la mythologie grecque, le myrte est consacré à Vénus et symbolise l’amour, la beauté et la chasteté. Une très ancienne coutume  veut que les invitées d’une noce portent à leur vêtement un rameau de myrte et que la mariée soit couronnée de myrte.

Toutes les parties de cet arbuste sont utilisés par l’homme :

Les feuilles fraîches ou séchées, les boutons floraux, les fleurs, les fruits frais ou séchés sont comestibles et médicinaux

L’écorce et les racines servent à tanner les cuirs.
Le bois lorsqu’il est brûlé, dégage une odeur d’encens.

La distillation des feuilles et des fleurs servait à obtenir une eau célèbre « l’eau d’ange » qui était utilisé comme lotion et  à parfumer les savons et shampooings.

En herboristerie 

Le myrte est employé pour ses propriétés antiseptiques, anti diarrhéiques, astringentes, balsamiques et émollientes.
–  En usage externe, les feuilles écrasées ont un effet cicatrisant et désinfectant si elles sont appliquées sur des plaies, des éruptions et des irritations.
En usage interne , les feuilles en infusion aident à lutter contre la diarrhée, la dysenterie.
– Le jus de ses baies soigne les troubles gastriques, digestifs, les hémorroïdes.

Comme toujours vous trouverez une mine d’information dans l’article de Gilles sur son blog « Booksofdante »  sur le myrte vert.

myrte_feuilles_baies

En cuisine

Les feuilles assaisonnent le mouton, le bœuf, les volailles, poissons gras (hareng, maquereau). Leur saveur rappelle celle du romarin et du genièvre.
Les fruits peuvent compléter les salades de fruits, les tartes.

En Corse et en Sardaigne, une liqueur est fabriquée « myrtéi » avec le jus macéré des fruits.
Les boutons floraux et les jeunes bourgeons séchés sont utilisés comme du poivre. Ils relèvent les farces, charcuteries, sauces, légumes.

En aromathérapie

Ce sont les rameaux feuillés du myrte que l’on distille pour obtenir l’huile essentielle.

On distingue  deux qualités d’huile essentielle de myrte : le myrte vert  et le myrte rouge
Ces deux myrtes ne sont pas des espèces botaniques distinctes. La seule chose qui les distingue c’est leur chémotype, et leur origine géographique.

C’est le pays  dans lequel pousse le myrte qui détermine cette  différence de  composition biochimique:

  • Le myrte vert a un chémotype a forte concentration en  1,8 cinéole : monoterpènes (50 à 60 %), oxydes (30 %), esters (3 %)).
  • Le myrte rouge  a un chemotype à forte concentration en  acétate de myrtényle : monoterpènes (30 %), oxydes (30 %), esters (15 à 20 %)
  • Le myrte vert : France, Corse Sardaigne
  • Le myrte rouge : Tunisie, Maroc

Propriétés  de l’huile essentielle de myrte

  • Décongestionnante respiratoire, veineuse, lymphatique et prostatique
  • Antispasmodique
  • Expectorante et mucolytique

Attention : L’huile essentielle de myrte est contre-indiquée chez la femme enceinte.

Mon coup de cœur de l’été : l’hydrolat de myrte vert !

En cosmétique 

Il s’utilise comme une lotion tonique , dès le matin, une cascade de fraîcheur pour réveiller et revitaliser votre peau. Il est astringent, revitalisant et rafraîchissant.

On peut aussi  l’utiliser par voie orale (voir « l’Hydrolathérapie » de BESSON) : problèmes de toux, rhume, mais aussi problèmes digestifs à raison de 2 cuillères à soupe dans un verre d’eau pendant environ 3 semaines.

Propriétés médicinales de l’hydrolat par voie interne

  • Mycolytique, expectorant, antiviral, antiseptique : affectations du bien-être respiratoire, refroidissement.
  • Astringent, purifiant, anti-fongique, décongestionnant : rhume des foins, irritations des yeux, inflammations des gencives.

Propriétés énergétiques et psycho-émotionnelles de l’hydrolat

L’hydrolat de myrte a des propriétés purifiantes et équilibrantes pour aider à lutter contre les dépendances et à harmoniser les émotions extrêmes, la nervosité et l’agitation. Il dissout l’obstination et permet l’ouverture de l’esprit. Il favorise le renforcement du système immunitaire physique et énergétique.

 

Bonne lecture

Laurence

sources

https://booksofdante.wordpress.com/tag/myrte-vert/

http://www.supertoinette.com/fiche-cuisine/253/myrte.html

http://www.vitalba.com

 

Publié dans Aromathérapie, comestible, herboristerie, Huiles essenteilles, plantes aromatiques | 2 commentaires

Une plante qui vaut de l’or !

Qui suis-je ?

Une petite fleur mauve qui fleurit à l’approche des frimas !

Une plante cultivée car je suis stérile.

Une épice fascinante aux origines « divines », un bulbe ensorcelant au puissant arôme, à l’éclat ensoleillé qu’il confère à ses supports.

Une plante qui adore des latitudes différentes : Perse, Iran, Maroc, Espagne et régions du Quercy et du Rouergue dans le Sud de la France.

Une plante aux multiples usages, avec une forte connotation symbolique de lumière et de chaleur. Une plante tinctoriale, une plante aromatique, une plante médicinale.

Une plante qui vaut de l’or !!!!
Cathy

plante qui vaut de l'or

Publié dans cuisine santé, herboristerie, plantes aromatiques, plantes comestibles, plantes utiles | 6 commentaires

Je pousse à côté de mon ami le pistachier lentisque

Qui suis-je ?

GIF-20160630_220016-MMT [254845]

Publié dans plantes aromatiques | 9 commentaires

Un camaïeu de lauriers roses !

Juste pour le plaisir des  yeux et la beauté de ces fleurs …..

wp-1468497137283.gif

Publié dans plantes aromatiques | 2 commentaires

Le fenouil marin ou criste marine

Bravo à tous ceux qui ont deviné cette belle plante des bords de mer.

LA CRISTE MARINE

La Criste marine (Crithmum maritimum), appelée également Fenouil marin ou Perce-pierre est une plante vivace  appartenant à la famille des Apiacées (Ombellifères).

Dans son habitat naturel, elle pousse sur les falaises et les rochers du bord de mer de la façade atlantique comme de la méditerranée. Cette plante halophyte  ( plante vivant sur des sols salés) est également très résistante à la sécheresse, elle est capable de résister aux vagues,  et pousse dans les endroits ou les autres plantes du bord de mer ne peuvent survivre.

Elle possède un port buissonnant et peut atteindre une hauteur de 20 à 50 cm de hauteur.

En Cuisine 

Ses feuilles sont charnues et comestibles, elles ont une saveur légèrement iodée et rappelant le goût de la carotte. Elle est utilisée comme condiment, le plus souvent préparée au vinaigre blanc comme les cornichons. Les tiges, les feuilles et les gousses peuvent également être décapé à chaud, salé, vinaigre épicé, ou les feuilles utilisées fraîches dans les salades. Les feuilles sont charnues et remplies d’un jus à la fois salé, sucré et piquant, à saveur aromatique. Crues, elles relèvent de façon remarquable les salades ou d’autres plats. La récolte se déroule à partir du mois de mai jusqu’en juillet avant la floraison. Ses feuilles peuvent aussi se conserver durant plusieurs jours au réfrigérateur et plusieurs semaines dans le congélateur.

En Phytothérapie 

La criste marine est riche en iode, en oligo-éléments, en sels minéraux, en béta-carotène et en vitamine C. Elle est reconnue depuis très longtemps pour ses vertus antiscorbutiques, dépuratives, digestives, diurétiques et stimulantes.

En Aromathérapie

L’huile essentielle de criste marine est obtenue par distillation des parties aériennes de la plante, et a l’aspect d’un liquide mobile et limpide incolore à l’odeur iodée prononcée. Les principes actifs de l’huile essentielle de criste marine sont le gamma-terpinène (40%), le thymol-méthyl ether (9,3 %), Béta-phellandrène : 20%, Paracymène : 6%

 L’huile essentielle a des propriétés dépuratives et diurétiques. Elle est recommandée aux personnes souffrantes d’affection des glandes endocriniennes et de la thyroïde, ainsi que les problèmes rénaux mineurs.

En usage externe, elle est anti-cellulitique, elle réduit considérablement les cellules adipocytes (la cellulite) et agit au niveau  la rétention d’eau, qui sont à l’origine de la cellulite.

De même, l’huile essentielle de criste marine est un vermifuge efficace en cas de parasitose.

En cosmétique, on utilisera pour ses propriétés  raffermissantes et la régénératrices de la peau.

Attention si vous utilisez l’huile essentielle de criste marine en application locale ou par voie orale, elle doit être doit être de courte durée. Son utilisation est formellement interdite aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 6 ans. Tenir hors de portée des enfants.

Pour un drainage et une élimination  en douceur lors d’une cure amaigrissement  , je vous conseille d’utiliser l’hydrolat de criste marine.

Mode d’emploi : Prendre 2 cuillères à soupe dans un litre d’eau à boire pendant la journée. Faire une cure de 3 semaines, arrêt une semaine et reprise pendant 3 semaines.
Pour faciliter cette action drainante vous pouvez l’utiliser en synergie avec l’ hydrolat de pistachier lentisque et hydrolat de romarin à verbénone.

Laurence

Sources :

La Criste marine, une plante au goût de carotte !

http://www.vitalba.fr/hydrolats-bio/104-hydrolat-de-criste-marine-bio.html

http://www.huiles-essentielles.pro/huile-essentielle-de-criste-marine.html

Publié dans Aromathérapie, comestible, Huiles essenteilles, phytohérapie, plantes aromatiques, plantes comestibles | 6 commentaires

J’aime les bords de mer ensoleillés

Je suis de la famille de la carotte, j’adore le soleil et le sel des bords de la mer méditerranée.
Qui suis je?

image

Publié dans plantes aromatiques | 7 commentaires

L’Argousier une cure de santé et vitaminée pour l’été

L’ Argousier – Hippophae rhamnoïdes L. ARGOUSIER ARBRE

 

 

 

L’argousier, plante adaptogène, fait naturellement proliférer ses petits buissons dans les régions froides, mais ces dernières décennies il a été implanté avec succès dans une trentaine de pays dont la France.

 

Cet agent promoteur de santé a été repéré en Grèce antique car les chevaux allaient manger ses feuillages et ses racines. De belles robes brillantes, du tonus, les étalons avaient choisi leur remède.

chevaux

Les médecins tibétains, mongols utilisent les baies depuis un millier d’années pour traiter les troubles respiratoires, circulatoires et digestifs.

En Inde, en Chine, en Russie et en Europe ce sont aussi les baies et les produits d’extraction (huiles de graines et de pulpe et jus) qui sont l’objet de toutes les recherches concernant les problèmes de peau et les syndromes inflammatoires.

FRUIT ARGOUSIER

De la diète des astronautes aux crèmes anti-radicaux libres, en comptant les compléments nutritionnels pour hommes et chevaux, depuis les années 40 l’argousier connaît ses heures de gloire.

 

 

 

Cette plante « miracle » présente une composition nutritionnelle unique.

 

Les baies d’argousier sont les fruits les plus riches en apport vitaminique (plus de 10 vitamines différentes) à des taux physiologiquement performants, la teneur en vitamines C, A, B2 est supérieure à celle des fruits classiques tels que l’orange, la tomate ou la carotte.

FRUIT

Exemple pour la vitamine C le taux moyen est de 150-200 mg/100g.

Les caroténoïdes que l’on ne peut oublier au vu de la belle couleur orangée des baies ont une teneur moyenne de 150 mg/100g.

 

Aider la peau, ces petites baies sont bien fournies pour y contribuer, elles apportent également des tocophérols et des tocotriénols (environ 100 mg/100g) pour faire fuir les candidats radicaux libres oxygénés et leurs méfaits de stress oxydatif.

argo

Les baies et les graines fournissent des huiles caractérisées par des teneurs élevées en acides gras insaturés (+ de 85%) parmi lesquels l’acide linoléique (n-6) et l’acide alpha-linolénique (n-3), mais aussi l’acide palmitoléique (n-7) très rare dans le règne végétal.

 

 

Et pour finir, une série de polyphénols apportant leurs force antioxydante.

Ainsi si on compile les actifs qui constituent les parties exploitables de cet arbuste, on comprend pourquoi les médecines de tous les pays ont suivi les chinois en élisant ce petit arbuste au rang de protecteur antiinflammatoire et cutané, de stimulateur des fonctions immunes et même d’acteur efficace dans le combat contre les cellules cancéreuses.

 

Les extraits des différentes parties d’intérêt de l’argousier sont également vendus dans le nouveau monde avec des indications diverses et multiples :  pour réduire l’anxiété, le stress, augmenter le tonus cérébral, soutenir le métabolisme, entretenir le tonus, rester alerte, soigner ses rides …

Alors n’attendez plus, dès que l’été voudra bien se montrer, faites une cure de santé à l’argousier

Catherine Bonnafous

Publié dans plantes aromatiques | 2 commentaires

Le Pistachier lentisque , L’Arbre à mastic

La réponse à ma devinette de la semaine dernière

LE PISTACHER

L’Arbre au mastic, ou Pistachier lentisque  (Pistacia lentiscus ) est un arbuste poussant dans les garrigues et les maquis des climats méditerranéens ( très commun en Corse et Sardaigne).

Attention ne pas confondre avec la pistache consommée en apéritif est issue d’un autre arbuste de climat méditerranéen, le pistachier vrai (Pistacia vera L.) .

Le genre Pistacia compte 9 espèces d’arbres et d’arbustes, caducs ou persistants, de l’hémisphère nord, appartenant à la famille des Anacardiacées. Dans cette famille botanique  des Anacardiacées on va retrouver d’autres plantes comestibles ou aromatiques comme les sumacs (Rhus), les manguiers (Mangifera) ou encore  les noix de cajou (Anacardium).

Pistacia vient des mots grec pistakê ou persan posta qui désignent « cet arbrisseau ».  Lentiscus vient du latin lentus qui signifie « visqueux ».

Le pistachier lentisque est un arbre aux usages multiples, il est essentiellement exploité pour la résine qu’il secrète dans ses tiges et son huile essentielle qui est distillé à partir de ses parties aériennes. On se sert également de ses feuilles, de son bois et de ses fruits pour des usages alimentaires, cosmétiques ou médicinaux.

La résine ou « mastic »

Elle est obtenue, en été, par l’incision répétée des tiges.  De couleur jaune clair, ce produit résineux transparent émet une odeur balsamique relativement forte.

La plus célèbre est celle de l’archipel grec Chio qui donne le « mastic en larmes » .
Un savoir-faire inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité UNESCO. Je vous conseille l’article du monde cette résine  » La sève grecque qui parfume le monde »

Cette gomme était consommée comme chewing-gum dans l’Antiquité par les sultans ottomans. Encore aujourd’hui on la trouve dans les pâtisseries (loukoum jaune), les confiseries ou dans la composition de liqueurs comme le mastika bulgare ou le raki pour son effet rafraîchissant.

Elle a été employée dans l’Antiquité comme cosmétique : Dioscoride signale, en effet, que les femmes grecques fixaient des cils postiches sur leurs paupières avec cette résine. Elle aurait également fait partie des substances utilisées pour l’embaumement en Egypte.

Au Maroc cette résine servait de dépilatoire et de parfum. En Orient, la résine est traditionnellement utilisée comme masticatoire parfumé pour protéger les gencives et rafraîchir l’haleine.

Les branches et feuilles

Dans le sud de l’Espagne, des branches de lentisques étaient mises dans l’eau des puits désinfectés par la chaux pour enlever le mauvais goût résultant de ce traitement.

Les feuilles en infusion sont réputées posséder un pouvoir antiparasitaire pour lutter contre les puces.

En Corse (selon mon amie  Brigitte pharmacienne à Ajaccio),  pour ôter le mal de gorge, il suffisait de passer à la flamme une poignée de branches de « linsticu » , les mettre dans un linge et ensuite autour du cou.

En Afrique du Nord, l’infusion de feuilles était utilisée pour chasser la mauvaise haleine ainsi que l’odeur de sueur.

Les fruits

Ils peuvent être consommés crus mais on les emploie plutôt sous forme de préparations alimentaires. Dans les pays arabes, ils servent, par exemple, à confectionner une confiserie appelée masticha ainsi qu’une liqueur connue sous le nom de mastiche.

Dans l’est algérien, les fruits bouillis avec de jeunes fèves, du blé et du pois chiche puis arrosés d’huile d’olive.

En Espagne du sud, les baies étaient utilisées à l’état frais pour blanchir les dents.

Les baies noires à maturité sont essentiellement utilisées pour extraire une huile de couleur verte  ou jaune alimentaire  et cosmétique . Cette huile était traditionnellement produite en Corse et en Sardaigne.

L’huile essentielle

Incontournable pour traiter les affections de la circulation veineuses et le drainage lymphatique et la sensation de jambes lourdes.

L’huile essentielle est produite au Maroc, en Algérie,en  Egypte, en Italie, en France (Corse) et obtenue par distillation à la vapeur d’eau des feuilles ou rameaux feuillés.

Attention, selon l’origine du pays , il existe des variations assez importantes dans les chémotypes (présence ou non de viridiflorol molécule dite « oestrogen-like » molécule biochimique principale de l’HE).

Ceci a une grande importance, car dans ces conditions, une femme ayant eu ou ayant des mastoses, un cancer du sein, de l’utérus ou des ovaires,  évitera  une HE contenant du viridiforol.

D’où l’importance de connaître l’origine géographique des huiles essentielles.

  • Monoterpènes 70%
  • Monoterpénols 8%
  • Sequiterpènes 6/7%
  • Esters /1.5% jusqu’ à 10%

Utilisation :

En application externe dilué dans de l’huile végétale sur les jambes (varices), oedemes, stases veineuses.

Synergies possibles :

– HE de Cyprès : tonique veineux

– HE Helichryse italienne : fluidifiant sanguin

– HE de Niaouli : décongestionnant veineux ( attention HE contenant du viridiflorol)

 

Laurence

 

Source

http://www.lavieepanouie.com/les-vertus-de-lhuile-de-lentisque/

http://www.lemonde.fr/m-gastronomie/article/2015/11/19/la-seve-grecque-qui-parfume-le-monde_4813758_4497540.html

https://www6.sophia.inra.fr/jardin_thuret/Visite-virtuelle/Parcours-Plantes-aromatiques/Phytotherapie/Pistacia-lentiscus

http://www.ipal-formation.com/formation-huiles-essentielles/monographies.php

 

 

 

Publié dans arbres utiles, Aromathérapie, comestible, ethnobotanique, huile cosmétique, Huiles essenteilles, plantes aromatiques | 2 commentaires

Je suis une plante aromatique incontournable du maquis Sarde !

Comme promis je vous fais découvrir quelques plantes aromatiques de Sardaigne.

Qui suis je ?

Laurence:)

LE PISTACHER

Publié dans plantes aromatiques | 7 commentaires