Après 30 jours au soleil, je suis rouge comme le sang…

Qui suis je ?

Publié dans plantes aromatiques | 4 commentaires

L’Asclépiade , l’herbe aux perruches , une plante aux milles vertues, la fibre du futur : le soyer du Québec

IMG_5850

L’herbe aux perruches ( Asclepias syriaca, synonyme : Asclepias cornuti), elle appartient à la famille botanique des Asclépiadacées.

IMG_5847Cette plante vivace indigène d’Amérique du Nord est connue aussi sous le nom d’asclépiade commune , elle peut atteindre 1,50 m de hauteur.

Elle forme une tige simple à feuilles amples qui se garnit en juillet de fleurs roses, orange, rouges ou blanches.

Celles-ci produisent un fruit allongé et renflé  qui ressemblent à s’y méprendre à une perruche, d’où son appellation d’herbe aux perruches. 

 

 

Les fruits peuvent servir à la décoration florale et on les pose souvent sur le bord d’un verre pour simuler un oiseau perché.
perruche herbe

L’asclépiade commune est une plante possédant plusieurs caractéristiques surprenantes. Le monarque, un papillon migrateur désigné en péril au Canada, dépend de cette plante pour survivre.

Les œufs et les chenilles du monarque se développent sur la plante, qui représente leur unique source de nourriture.

C’est d’ailleurs le latex toxique de l’asclépiade qui confère au monarque son mauvais goût lui évitant d’être consommé par les oiseaux.

Usages traditionnels

Cette plante a été ainsi nommée en l’honneur d’Asclépios. Les Grecs utilisaient autrefois une espèce voisine de l’asclépiade commune contre les morsures de serpent; reconnaissant ses vertus thérapeutiques, ils la dédièrent à Asclépios, dieu grec de la médecine».

Les Iroquois utilisaient les fibres de l’asclépiade pour fabriquer des cordes, des filets, des courroies et des ceintures.

Les Amérindiens l’utilisaient aussi en infusion dans l’eau du bain pour reposer le corps et la tisane était utilisée pour expulser les vers intestinaux et comme contraceptif.

Usages culinaires

L’Asclépiade offre trois légumes différents dans l’année :

Les jeunes pousses en juin ressemblent à des asperges ; en juillet les épis floraux non encore ouverts rappellent le brocoli, et puis les jeunes fruits qui ressemblent à de petits cornichons.

Toutes les parties de la plante doivent être consommés cuites. Il est préférable de les faire bouillir à deux reprises, en changeant l’eau, pour enlever l’amertume du latex qui augmente avec la maturité de la plante.

Il est donc recommandé de les récolter assez tôt, de la mi-mai à la fin juin. Les fruits se récoltent en juillet.
Attention la majorité d’asclépiades contiennent un glucoside  (la cardénolide) qui agit sur le cœur et qui est potentiellement toxique pour le bétail et les humains.

Il faut donc les consommer avec modération et toujours les faire cuire.

Usages cosmétiques

L’huile contenue dans les  graines est très riche en omega 3,  elle pourrait devenir un ingrédient incontournable en cosmétique dans le futur.

Usages industriels

Longtemps considérée uniquement comme une mauvaise herbe en agriculture, l’asclépiade commune  connaît un regain d’intérêt en raison des qualités de sa fibre, laquelle est produite à partir de l’aigrette soyeuse de la graine.

asclepiade5

On la surnomme « soyer du Québec » ou « soie d’Amérique », car elle produit une fibre souple, résistante et hydrophobe qui offre d’excellentes qualités comme isolant acoustique et surtout thermique.

Aujourd’hui, la soie de l’asclépiade cultivée commercialement est utilisée pour le rembourrage des douillettes et des oreillers, dans l’industrie textile pour la confection de vêtements chauds qui repoussent l’humidité, dans l’élaboration d’isolants thermiques et acoustiques, et même comme matière absorbante dans le cas de déversements pétrolier.

Laurence

 

Publié dans comestible, herboristerie, plantes comestibles, plantes utiles, Québec | Tagué , , , , | 4 commentaires

J’adore les monarques et mes fruits ressemblent à un oiseau …..

Qui suis je ?

Encore une devinette, mais je crois que vous aimez cela , alors  bonne chance. 🍀

Laurence

perruche herbe

Publié dans comestible, ethnobotanique, plantes comestibles, plantes utiles, Québec | 4 commentaires

Le Bouillon blanc, la Molène, plante adoucissante et émolliente par excellence !

Bravo à toutes ceux et celles qui m’ont démasqué avec mes feuilles duveteuses et douces.

Je suis reconnaissable  aussi grâce à mes fleurs jaunes d’or

Verbascumthapsus_4624

Le bouillon blanc, la molène (le terme molène vient du vieux français mol et signifie mou),  on l’appelle également  cierge de Notre-Dame ou  fleur du grand chandelier.

Il existe plusieurs espèces de molènes. Celle qui nous intéresse içi c’est  Verbascum thapsus L.

Un peu de botanique

La molène fait partie de la famille des Scrofulariacées, sa tige qui pousse après la deuxième année peut atteindre 2 mètres de haut. Verbascumthapsus_4167

Ses feuilles sont larges et longues, assez duveteuses.
Elles forment en premier lieu une espèce de rosace au ras du sol.

Lorsque la tige s’élève, d’autres feuilles alternes viennent la ponctuer, moins longues et moins larges ceci-dit.
Sur le haut de la tige, se développent, en épi, des fleurs d’un jaune vif. Elles génèrent ensuite une capsule qui contient des graines noires.  Attention les graines sont toxiques.

Un peu d’histoire

Déjà utilisée pendant l’Antiquité, la molène était conseillée par Hippocrate, qui voyait chez elle un potentiel « vulnéraire » (soigne et cicatrise les blessures). D’autres savants du même acabit confèreront à la molène la particularité de calmer les maux qui affectent les poumons. Ainsi, Dioscoride et Pline l’Ancien la considéreront ainsi.

Un peu plus tard, durant l’époque médiévale, Hildegarde von Bingen conseillera également la molène, comme ses homologues, pour soigner le « mal dans la poitrine ».

Plus récemment, c’est le Dr Henri Leclerc qui déclarera qui a « vu plus d’un vieil asthmatique soulagé par l’usage de son infusion qui paraît exercer une légère action narcotique ».

Jean Valnet quant à lui, intègrera la molène dans une tisane pectorale aux côtés de la violette et de la mauve, pour soulager les poumons.

Ses usages médicinaux traditionnels

La plupart des usages médicinaux de la molène sont attribués à sa feuille dont la saveur est rafraichissante et sucrée, avec un peu d’amertume et d’astringence. On utilise aussi les fleurs et la racine .

Système respiratoire

En herboristerie, la molène est particulièrement prisée pour dégager et régénérer les alvéoles pulmonaires. On la considère non seulement comme tonique mais aussi comme régénératrice des poumons et broncho-dilatatrice. De plus, elle possède un composé agissant sur le système nerveux central et qui stimule l’expectoration du mucus.

Elle équilibre les muqueuses en asséchant le mucus excédentaire ou alors en humidifiant les muqueuses desséchées. Elle est aussi adoucissante et anti-inflammatoire. On l’utilise en prévention pour se prémunir contre les bronchites, les rhumes et la toux ou alors pour soigner l’insuffisance pulmonaire, l’asthme et toute forme de congestion respiratoire.

Système lymphatique

La molène à la propriété de faire circuler la lymphe en la rendant plus fluide et plus liquide, ce qui contribue à réduire les congestions tel l’œdème, les inflammations aux ganglions lymphatiques et les mastites, par exemple. On peut aussi bien tremper les feuilles de molène entières et les appliquer sur les parties du corps affectées qu’en consommer à l’interne pour obtenir ses effets.

Un remède traditionnel pour les otites encore en usage aujourd’hui consiste à appliquer une huile infusée des fleurs de molène autour des oreilles afin de décongestionner les canaux auditifs et de diminuer l’inflammation, ce qui en général vient à bout de la douleur. Cette huile peut également servir à tempérer les inflammations aux nerfs et la douleur qui en découle en cas de névralgie, de spasmes musculaires, de paralysie ou pour le syndrome du tunnel carpien.

Système urinaire

Pour le système urinaire, on emploie la racine de molène pour augmenter la rétention d’urine et tonifier le sphincter de la vessie. Les feuilles épaississent aussi l’urine, facilitant sa rétention. Les effets anti-inflammatoire et humidifiant de la feuille de molène se font aussi sentir au niveau des muqueuses urinaires, soulageant ainsi les sensations de brûlures et de sécheresse.

D’autres usages traditionnels

En Europe, au moyen-âge, on fabriquait des torches pour les cérémonies religieuses à l’aide de la tige de la molène en la trempant dans la graisse de bœuf. Pour confectionner une mèche de bougie, on se servait de la queue de ses feuilles.

D’autre part, la molène est considérée en Inde et en Grèce comme une plante de protection contre la magie et les esprits malins qui éloigne aussi les bêtes sauvages et chasse les cauchemars. Pour se protéger, on la suspend au-dessus des portes et fenêtres ou bien on la porte sur soi dans un petit sachet.

Laurence

Source :

https://chezlapothicaire.wordpress.com/2013/12/22/la-molene-precieuse-pectorale/

http://www.mangersantebio.org/10076/grande-noble-molene-tonifier-syteme-respiratoire

Publié dans Fleurs, herboristerie, phytohérapie, plantes médicinales | 1 commentaire

Je suis adoucissante et émolliente …..

Grâce à mes nombreux poils qui forment un duvet blanchâtre sur mes feuilles. Qui suis je?

Une autre petite devinette pour un peu de douceur dans notre vie

Laurence 😊

Publié dans plantes aromatiques | 6 commentaires

Huile essentielle de COMBAWA

HE COMBAWA

Publié dans Aromathérapie, comestible, essences, huiles essentielles, plantes aromatiques | Tagué , | 2 commentaires

Les réponses des belles aromatiques et alimentaires

Le pistachier lentisque ( Pistacia lentiscus)

IMG_5479

La myrte ( Myrtus communis)

IMG_5580

L’helichryse italienne (Helichrysum italicum)

IMG_5309

Le câprier (Capparis spinosa)

IMG_5015

Le cade ( Juniperus oxycedrus)

IMG_5458

Le thé des bergers ( Sideritis perfoliata)

IMG_5065

Publié dans plantes aromatiques | 1 commentaire

De belles aromatiques et alimentaires

Je voulais vous faire partager mes découvertes aromatiques et alimentaires grecques.

Les reconnaissez vous?

Bonne chance 🍀

Laurence

Publié dans plantes aromatiques | 9 commentaires

Un Super champignon pour vos neurones : Le yamabushitake ou crinière de lion

La Crinière de lion , de son nom scientifique Hericium erinaceus, est un champignon comestible et médicinal.

Il est également connu sous d’autres noms  comme : la barbe de satyre, champignon hérisson, hérisson barbu, pompon et, en japonais, bien sûr, il est appelé yamabushitake (ce qui veut littéralement dire « champignon « prêtre des montagnes » »).

Provenant d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie, il est identifiable par ses longs aiguillons pendants de 3 à 5cm qui tombent en cascade et qui le font ressembler à une crinière de lion.

Hericium erinaceus

Il pousse sur le bois dur, et a tendance à pousser en un seul bouquet de crêtes qui pendent. Il est commun de pouvoir en observer en train de pousser sur les Hêtre d’Amérique, en fin d’été ainsi qu’en automne

Dans l’alimentation moderne, il est souvent utilisé dans la cuisine végétarienne chinoise afin de remplacer le porc ou l’agneau, et on le trouve parfois dans les supermarchés asiatiques, frais ou séché.

La « crinière de lion » est un champignon médicinal qui est utilisé en médicine traditionnelle chinoise comme tonique digestif depuis plus de 2 000 ans.

Il est connu pour son rôle remarquable dans l’amélioration des fonctions digestives et hépatiques .

Les recherches scientifiques modernes appuient également ces affirmations et soulignent les effets particulièrement positifs du champignon sur la santé cérébrale, la mémoire et l’humeur Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ainsi que d’autres troubles neurologiques peuvent assurément bénéficier de l’utilisation du champignon « crinière de lion ».

Des études prouvent que deux groupes substances actives, erinacines et hericiones, sont des facteurs possibles de croissance des nerfs (NGF) ainsi que de leur stimulation. La NGF est une protéine essentielle à la santé des neurones qui régulent l’information du cerveau, comme les perceptions sensorielles, comme le toucher, la température la douleur et surtout la mémoire.

Un potentiel très prometteur sur la prévention et l’accompagnement de la maladie d’Alzheimer. 

Ce champignon  est également un puissant inhibiteur d’Helicobacter pilori, une petite bactérie intra-gastrique à l’origine d’atrophie gastrique, d’ulcères et de cancers. Il agira, dans ce cas, sur la reconstruction de la muqueuse gastrique et participera à la baisse de l’inflammation. Par ce même effet trophique et anti-inflammatoire qui optimise l’absorption digestive et réduit le risque de carences.

La posologie recommandéeEn comprimés : 250 mg, trois fois par jour, matin, midi et soir, accompagnés d’un grand verre d’eau.

En poudre :  une ou deux cuillerées à café rases, selon les besoins, diluées dans un grand verre d’eau très chaude sont recommandées. Laissez infuser quelques minutes.

Hericium erinaceus 1 - Copie

Sources :

https://www.plantes-et-sante.fr/encyclopedie/hericium-le-champignon-de-la-memoire

https://nootropique.fr/page/article/479/criniere-de-lion-super-champignon/

Publié dans adaptogènes, antioxydant, champignon médicinal, comestible, cuisine santé | Tagué , , , , | 6 commentaires

L’après jeûne, tout simplement…

Ça y est, le jeûne est derrière moi. J’ai terminé il y a 3 semaines maintenant mais j’ai dit que je vous en reparlerais un petit peu, alors voici.

J’ai réussi à jeûner 5 jours complets. Cela a été une très belle expérience que je renouvellerai avec plaisir.

Le jeûne pour moi n’était pas juste une détox alimentaire mais aussi une occasion de me reconnecter spirituellement, de reprendre contact avec mon intérieur, mes émotions.

Pour résumer rapidement cette expérience, eh bien j’ai été surprise de ne jamais avoir ressenti la faim. Je n’ai pas non plus expérimenté de gros malaises, genre mal de tête ou de ventre.

Aujourd’hui je me sens en pleine forme et je n’ai pas regretté ma décision d’arrêter le jeûne après 5 jours  (au lieu de 7). Je commençais à ressentir cette envie de faire une douce reprise alimentaire.

En effet, vaut mieux ne pas trop prolonger un jeûne mais s’assurer que la période qui suit soit bonne.

La reprise alimentaire  est la dernière phase d’un jeûne.

Cette reprise sera aussi bénéfique au corps que la cure en soi parce que le corps continue de bénéficier de ces repas légers de jus de fruits et de légumes…

courgettes crus

*****

Mon premier repas du midi au 6ième jour a été une recette tirée du livre de Thomas Uhl :Tagliatelles de courgettes crus, menthe, huile et citron.

Un vrai délice, les papilles se réveillent tout doucement mais surement 🙂

*****

Puis voici un jus maison avec mon tout nouveau magimix:

jus125

Cette recette perso varie de jour en jour:  (fenouil, épinards, pomme, orange et courgette )

– Le fenouil réduirait l’inflammation notamment lors d’arthrose.

– L’épinard, pour purifier et fluidifier le sang, nettoyer les organes du corps ou lutter contre les radicaux libres.

– La pomme pour sa comptabilité digestive avec les légumes.

– Une courgette parce qu’elle participe à la régulation de la tension artérielle.

Tout seul le jus de courgette n’est pas très bon, mais mélangé à des fruits ou des légumes plus sucrés (comme l’orange) eh bien le résultat est excellent.

Pour terminer ce jus, j’ajoute 2 cuillères à café de graines de chia puis hop au frigo …

***

Cette reprise est une aussi période propice à l’implantation de nouvelles habitudes sur plusieurs plans.

Enfin, le jeûne est un acte guérisseur comme il n’y en a pas d’autres…

Pour chercher un peu de clarté, il faut parfois aller profondément dans l’ombre de soi pour y chercher la lumière.

Savoir s’observer, trier. S’alléger en quelque sorte.

Il y a tant d’obligations et de choix qui ne sont parfois plus en harmonie avec ce que nous devenons au fil du temps.

Quand une remise à jour s’impose. Faut faire un petit scan de nos objectifs, de nos attentes, de nos rêves et s’assurer qu’ils correspondent bien à ce que l’on a vraiment envie de vivre.

Ce tri permet de faire de la place pour du nouveau.  Et surtout apprendre à prendre soin de soi … car personne ne peut le faire aussi bien que soi-même.

Pensez-y 🙂

Di

Vous pouvez aussi écouter un peu plus de détails sur mon « après jeûne » :

Voici aussi le lien  Pensées de Di pour l’ensemble des capsules de pensées positives sur les ondes de Radio Diois (RDWA ) les lundis et mercredis / une nouvelle émission toutes les semaines.

 

 

 

Publié dans allergies, antioxydant, cuisine santé, detox, herboristerie, Pensées positives, phytohérapie, plantes aromatiques, plantes comestibles, plantes médicinales, plantes utiles, système digestif, système immunitaire | Tagué , , , , , , , , , , | 5 commentaires