Sachez ménager ou récupérer votre odorat naturellement

La voix du Grand Esprit s’entend dans le gazouillement des oiseaux, le clapotis de l’eau, et la douce respiration des fleurs. » Pierre Dagenais Le feu sacré.

À cause du froid ou de l’humidité durables, de la sécheresse des appartements l’hiver, sinon des acariens, des moisissures, des pollens, de la poussière et du smog, une personne sur dix souffre de sinusite aigue, parfois conséquente à une grippe ou un coronavirus (!) mal soignés, et devient parfois chronique.

Dans certains cas, une déviation de la cloison nasale, congénitale ou suite à un traumatisme, peut favoriser l’inflammation chronique des sinus.

Les sinus, au nombre de quatre paires, sont des cavités semi osseuses situées derrière le front, le bord des fosses nasales, le haut des maxillaires et d’autres plus en profondeur, qui filtrent et stockent les mucus pour protéger et hydrater le nez et le pharynx.

Si l’infection et la fièvre se prolongent au-delà d’une semaine, investiguez par un médecin ou un ORL car il existe des bactéries potentiellement plus dangereuses pour le cerveau que le virus de l’influenza par ex : une méningite.

Aussi, parfois, des végétations ou des infections dentaires peuvent être la cause d’une sinusite ou rhinite prolongées.

D’abord ne pas se nuire …

Éviter tous ces irritants :  les extrêmes de chaud et froid, surtout en saison de transition, où il faut protéger nos « portes des vents « comme disent les Chinois, bonnets et cache-nez plus ou moins épais sont de rigueur jusqu’en mai.

L’excès de sécheresse de nos appartements surchauffés à l’électricité ou parfois pire, au bois, assèche les muqueuses et laissent entrer les intrus comme les virus ou bactéries.

Aussi, la sinusite ou rhinite chronique provoque des ronflements, peut affecter le goût autre délicieux sens connexe, voire le souffle et même le timbre de la voix.

Il faut bien sûr éviter ces aliments générateurs de mauvais mucus trop collants : le blé, les produits laitiers gras, les bananes, le blé et le beurre d’arachides.

Supprimer tous les faux sent-bon, fragrances et produits chimiques dans l’air, détergents et tous les allergènes, sans oublier les poils d’animaux, ces pauvres chats en tête.

Attention aux antihistaminiques, souvent prescrits contre les rhinites et sinusites, surtout ceux qui contiennent de l’éphédrine ou de la pseudo éphédrine, car ils font monter la pression sanguine des hypertendus.

Autres précautions simples :

Soigner le colon avec des mucilages et des probiotiques adaptés à notre âge, notre terrain etc. La santé intestinale et notre microbiote sont en lien direct avec notre système immunitaire, faut-il le rappeler?

Prendre des suppléments : de vitamines A, C et des acides gras essentiels issus de bonnes huiles certifiées biologiques (canola, carthame, lin). Sinon du Zinc assimilable.

Coté mucilages : l’aloès, les graines de lin, l’okra, la guimauve et mauve sont de bons éléments pour régénérer nos muqueuses

mauve

L’hygiène nasale, pas agréable mais évite bien des complications (Même chez les jeunes enfants, avec une pompe aspirante) Comme adulte à risque, se rincer régulièrement le nez avec une petite poire ou un petit pot Neti avec ce sérum physiologique maison

Pot Neti


Recette du sérum physiologique nasal
 : 


– 0,5 litre d’eau bouillie

– 4 grammes de gros sel de mer gris (ne pas utiliser de sel de table qui contient de l’iode ajouté, potentiellement irritant)

– 1/2 cuillère à café de bicarbonate de soude alimentaire

Veillez à ce que la solution soit tiède pour éviter le choc thermique, ce que les sinus détestent !

Se garde une semaine au réfrigérateur

Pratiquer le matin de préférence sinon si on ronfle beaucoup, avant le coucher.

Les huiles essentielles alliées du nez

Les inhalations d’huiles essentielles dans de l’eau chaude avec de l’eucalyptus radié (50%), du niaouli (25%) et (25%) de menthe poivrée. (20 gouttes maximum de ce mélange par adulte pour 3 litres d’eau bouillie dans une simple casserole, la tête couverte d’une serviette.

Certains utilisent du Vicks ou du baume du tigre dissous dans l’eau, mais la gelée de pétrole du premier ou parfois la cannelle du second peuvent être plus irritants qu’aidants.

On peut aussi diluer ce mélange dans 80% d’huile de jojoba ou de chanvre et l’appliquer sur les sinus pour diminuer la douleur et la pression.

Nos bons conifères assainissent et aussi dégagent bien les sinus.

De se promener dans leur habitat favori, même au froid, la tête bien couverte, est une bonne idée.

Plantes sternutatoires : Qui font éternuer.

Autrefois, comme avec le tabac à priser, on réduisait les plantes séchées en poudre et on les inspirait, une narine à la fois, pour se faire éternuer et décongestionner les sinus de l’excès de mucus.

L’euphraise, le lierre terrestre, la pétasite, le jus d’oignon, et pourquoi pas, avec une pincée de moutarde, de raifort ou de poivre pour activer l’effet?

Lierre terrestre

En interne, pour aider à assainir les sinus et fluidifier les mucus, les plantes suivantes sont bénéfiques :

L’ortie, comme anti-allergène, diurétique et tonique immunitaire.

En tisane ou en Teinture-mère dans du jus, de préférence.

Raifort

Raifort : pour ses effets décongestionnants : en purée dans la nourriture, ou en teinture-mère. Sinon en mâcher régulièrement une petite tranche fraîche?

Marrube : Son amertume excessive rebute, mais est acceptable en teinture-mère dans du jus d’ananas ou de de papaye, riches en enzymes protéolytiques, pas facile à trouver en Teinture-mère néanmoins au Québec. Cultivez-là, côté sud elle s’adapte bien !

Comment souvent avec les suites de l’influenza, l’appétit manque, surtout dans la phase aigüe, alors outre les tisanes précitées, consommer des potages ou des soupes assaisonnées de ces légumes et aromates bactéricides et fluidifiants des mucus : carotte, choux, courges, gingembre, oignons, poireaux…

Il est reconnu aussi que la consommation régulière d’acides gras essentiels, particulièrement ceux de l’huile de nigelle, surtout en cas de causes allergiques aideront nos sinus à remplir leurs fonctions de filtres de protection et de réservoir pour la première porte d’entrée vers le système respiratoire.

Il est prouvé que la lécithine de soya également aide à générer des bons mucus, agissant comme protecteurs de toutes les voies respiratoires, des narines au poumons.

Prendre des suppléments : A, C et des AGE facilitent également l’auto-régénération de muqueuses saines. Et le zinc qui aide à l ’acuité et la régénération des nerfs olfactifs

Parfois des manipulations ostéopatiques de la nuque règlent une partie du problème.

Essayez ce qui vous semble le plus accessible et simple, dans tous les cas, avec quelques changements et efforts appropriés, votre condition s’améliorera.

Comme dirait mon ami Mikaël Zayat : « The nose knows what you really need and like! « 

Gardez le vôtre bien dégagé et votre vie goûtera bien meilleur !

Références :

Phyllis A Bach Prescriptions for nutritional healing 5th Édition James and Phyllis Bach 868 pages Penguin Books 2006

Murray Michael ND et Joseph Pizzorno Encyclopedia of Natural Medicine Third edition 2012, 622 pages Simon and Schuster books USA

Sinusite : passeport santé.net

Et les quarante ans d’expérience d’Anny Schneider, herboriste-thérapeute accréditée.

Publié dans plantes aromatiques | Laisser un commentaire

La fête des plantes 🪴 à Bize

Publié dans Aromathérapie, plantes aromatiques, plantes comestibles, plantes médicinales, plantes utiles | Laisser un commentaire

Les meilleurs végétaux pour retrouver une belle peau

Anny Schneider, Herboriste-thérapeute, aînée et accréditée, Waterloo, Québec, Canada.

Rappel des fonctions de la peau

Merveilleuse enveloppe de chair, miroir et reflet de l’intérieur et de notre environnement, la peau est notre baromètre-récepteur de première ligne, unique filtre semi-perméable, de l’intérieur vers l’extérieur et vice-versa, à entretenir soigneusement.

Protection des organes et tissus, contre les chocs et irritants ambiants, absorbant de plusieurs nutriments, de l’eau aux lipides, climatiseur, thermomètre et capteur de la température ambiante, alarme et récepteur de la douleur et du toucher, des coups aux caresses, notre peau est notre meilleur manteau !

Figurez-vous qu’un seul centimètre-carré de notre peau contient à lui seul 3 vaisseaux sanguins, 12 nerfs, 10 poils(!), 15 glandes sébacées ,100 glandes sudoripares et pas moins de 3 millions de cellules : fascinant microcosme !

Imaginez ce que ça représente, pesant entre 3 et 5 kilos, étalée sur deux mètres carrés pour un adulte de taille moyenne bien emballé : la merveilleuse et soyeuse (et joyeuse?) œuvre d’art que nous sommes, somme toutes!

Priorités pour avoir des résultats durables

  1. Refaire la flore intestinale : bactéries lactiques, kéfir ,yaourt …
  •  Ôter les poisons : bière, sucre, beurre de peanuts (arachides), fritures, fromage, fruits acides…
  • Nettoyer tous les systèmes (voir plantes indiquées plus bas) dans cet ordre : intestins, foie, reins et vessie, sang et lymphe. (2-3 semaines pour chaque duo)

Prendre ces suppléments après le petit déjeuner et le souper:

  • 10 mg par jour de citrate de zinc,
  • 5000 UI d’huile de foie de flétan ( vit D)
  • vit B complexe assimilable de Levure de bière vivante (dosage indiqué sur le flacon)
  • Augmenter les légumes crus : jaunes rouges ou verts à trois-quatre par jour ainsi que les protéines végétales plutôt qu’animales.

Les pires ennemis de la peau

Pour en préserver les précieuses fonctions et l’aspect, il faut avant tout évitez ses pires irritants : l’excès de soleil, de sel et/ou de sucre, l’alcool, le tabac, les mauvais gras et bien sûr les vilains RADICAUX LIBRES qu’ils génèrent.

Le stress aussi acidifie beaucoup la flore intestinale : s’offrir plusieurs plages de petits bonheurs chaque jour : lecture agréable, bons repas, câlins, promenade en nature, créations diverses…

Les antioxydants que sont : le resvératrol des pépins de raisins, la sambucine du sureau, les polyphénols du cassis, la fragarine de la fraise, la myrtilline du bleuet (myrtille), l’acide éllagique des framboises rouges, noires et des mûres, en constituent les sources les plus concentrées, assainissantes et vivifiantes.

Attention! Pour faire peau nette : nécessité absolue de calmer ses nerfs mais aussi d’assainir vos filtres majeurs, donc une cure de détoxication saisonnière est nécessaire, toujours salutaire.

En cas de problème chronique de peau (acné sévère, furoncles, eczéma, psoriasis…), il est absolument crucial de nettoyer tous les émonctoires pour mieux réparer la peau, à raison de deux semaines de cure de chaque en tisane (minimum : 250m; avant chaque repas…)

Dans l’ordre habituel : colon (son d’avoine, lin, psyllium), foie (artichaut, chardon marie, romarin, menthe), reins (chiendent, genévrier, barbe de maïs, prêle), sang (ortie, pensée sauvage, trèfle).

Le printemps et l’automne sont les meilleures saisons pour ce faire.

Aussi, pour désacidifier notre océan intérieur, lubrifier les tissus, la solution la plus simple c’est l’eau ou H2O pure à gogo, idéalement l’estomac vide!

Buvez de l’eau, encore de l’eau!

Choisir l’eau la plus pur possible mais avec quelques électrolytes tout de même, (pas distillée, mais au charbon activé ou par  osmose inverse par ex.), au moins 2 litres par jour, dont la moitié pure et l’autre sous forme de tisane avec  les plantes  indiquées suivantes

Prendre du soleil direct entre 9 et 11h, 15 et 17 heures est bénéfique 2-3 X par semaine car les UV assainissent la peau et génèrent le bon cholestérol plus la vit D.

Fleurs et plantes protectrices et régénératrices de la peau

Outre les bons gras précités, les plantes suivantes, en interne et en externe sous forme de lotion, de masque, d’onguent, hydrolat et ou d’huile essentielle sont les meilleures amies de la peau.

Pardon pour celles que j’oublie, la liste des alliées végétales de la peau étant très longue, la sélection est nécessaire.

Avoine : (Avena sativa) l’avoine fleurie et- ou sa paille est utilisée depuis longtemps en savon, lotion pour le bain et ou poudre calmante, cicatrisante et antiallergique. De se faire des cataplasmes et ou masques avec du gruau réhydraté est une bonne idée, simple et économique pour traiter les démangeaisons, eczéma et autres réactions allergiques. De manger du gruau bio et complet est bénéfique pour les nerfs, la peau les cheveux et les ongles.

Pas étonnant, puisqu’elle contient tout ceci : Amidons, alcaloïdes (aveline, graine, trigonelline), bioflavonoïdes, fibres hydrosolubles, sucres simples, stérols, pectine, protéines, hétéroside (vanilloside), minéraux (phosphore, silice, magnésium, phosphore), vitamine A, B1, B2 et Etc. Il en existe plusieurs sortes de grade alimentaire sans aucun gluten …

Calendule (Calendula officinalis) Aussi appelée souci, cette jolie fleur de soleil jaune ou orange a de multiples vertus : elle soigne les problèmes de foie et de peau et renforce la vue. De ses pétales en tisane, macérées dans l’huile ou sous forme d’onguent, fait de nombreux produits cosmétiques et dermatologiques, émollients et cicatrisants.

Mauve (Malva moschata): Cette autre belle fleur médicinale bien naturalisée au Québec ou sa cousine la guimauve cultivée est une des meilleure plante émolliente et/ou adoucissante. Elle répare les muqueuses en douceur, combat la constipation (grosse cause d’un teint brouillé) et régénère la peau et les poumons. On peut utiliser autant ses feuilles que ses fleurs, même en salade. Elles sont antirides, cicatrisantes, expectorantes et laxatives.

Pensées (Viola tricolor) Cette variété est la plus médicinale. En interne comme en externe, on l’utilise contre les maladies de peau chroniques, crues en salade, en infusion ou en teinture-mère. Elle favorise aussi l’imagination, comme l’indique son nom!

Ortie : (Urtica dioïca) riches sources de protéines et de silice, elle aide à l’élasticité et au tonus de la trame de l’épiderme, surtout en régénérant l’élastine et en équilibrant l’équilibre osmotique nécessaire à l’hydratation et la rétention d’eau dans les tissus cutanés. Il existe même une ligne de produits alcalinisant (et coûteux), riches en silice, essentiellement faits d’ortie.

Roses (Rosa rugosa spp.) Les pétales de roses sont régénérantes, autant contre les ulcères de la bouche que celles des voies inférieures et soignent aussi les colites en douceur. En externe, l’infusion de pétales de roses ou l’hydrolat, aussi appelé eau de rose, soignent la couperose et la peau trop grasse.

Romarin (Rosmarinus officinalis) : Il fallait nommer au moins une lamiacée, et celle-ci est employée contre l’acné, la peau grasse et   la séborrhée du cuir chevelu. En tisane en interne et/ou en lotion, en masque ou ajouté à un cérat ou onguent, le romarin est efficace contre les peaux grasses tout en drainant en douceur les émonctoires importants comme le foie et les reins. En outre, il contient énormément d’acide  rosmarinique aux puissantes vertus anti-oxydantes, à tel point qu’on l’utilise souvent comme conservateur.

Essentiels pour la peau également, les bons gras….

Précieuses huiles et graines balsamiques 

Toutes nos cellules et plus particulièrement celles de la peau, qui sont enrobées d’une couche de gras l’épiderme d’un film hydro lipidique plus fluide en lieu avec le sébum généré par le derme constitué d’un savant mélange de 60% de triglycérides, acides gras libres et 30 % de cires dont 10 à 15 % de squalènes.

L’hypoderme, situé plus en profondeur sous la peau, est l’assise protectrice et de réserve qui contient des gras plus saturés pour l’effet coussin et protecteur, au propre comme au figuré.

En interne : les huiles de carthame, canola, chanvre, lin ou  tournesol sont les meilleures pour accompagner vos salades ou même ajoutées aux céréales, soupes ou smoothies.

En externe, l’huile d’argan, de chanvre, de jojoba ou de sésame non grillé sont aussi des huiles précieuses dans les sérums hydratants, à utiliser seule ou combinées à 5 % d’huile essentielle spécifiquement indiquées pour votre problème. Consultez nos bonnes herboristes, cosméticiennes ou pharmaciennes naturelles, à ce chapitre, vous êtes gâtées en France métropolitaine!

Par exemple comme réparatrice : l’huile de rose musquée (Rosa rubiginosa) du Chili est issue des graines pressées à froid d’une rose sauvage typique de l’Amérique du sud.  Riche en AGE poly et mono-insaturés, ainsi qu’en vitamines liposolubles, elle est reconnue comme un régénérant efficace de surface pour les cicatrices et lésions acnéiques ou traumatiques.

En interne comme en externe, les bons gras servent à protéger, lubrifier et/ou encore à servir de conducteur pour des nutriments spécifiques et éléments liposolubles (vitamine A et E) et même à générer de la vitamine D et du bon cholestérol grâce au rayons solaires. Les gras de poissons et les graines de lin en contiennent beaucoup.

 Faites ce que vous pouvez, à votre rythme, pas facile de défaire des patterns (mauvais gras, sucres sournois…) et combler les carences de plusieurs décennies mais c’est tout à fait possible!

Bonne régénération! Faites tout ce que vous pouvez pour être bien mieux dans votre peau !

Anny Schneider

Publié dans antioxydant, cosmétiques, cuisine santé, herboristerie, huile cosmétique, peau, plantes utiles, Québec, soins naturels | Tagué , | 3 commentaires

Profiter des fragrances préférées, personnalisables grâce aux huiles essentielles …

Profiter des fragrances préférées, personnalisables grâce aux huiles essentielles si diverses, quel agréable moment !

Pour parfumer, créer une ambiance, aseptiser ou désodoriser votre cocon, vous devrez aussi choisir parmi divers modèles de diffuseurs électriques à HE.

Comment s’y retrouver ?? selon l’utilisation envisagée, la grandeur de votre salle, un petit tour pourra vous aider à y voir plus clair.

Tout d’abord, quelques questions à vous poser avant d’investir dans un diffuseur :

• Dans quelle pièce voulez-vous diffuser ? pour quelle utilisation (thérapeutique, bien être…) quel prix voulez-vous mettre ? avec ou non programmateur?

•Diffuseurs à froid ultrasonique avec eau brumisée ne détériorant ni la fragrance ni HE : vous ajoutez un peu d’eau + environ 10 gtt d’1 HE ou d’un mélange d’HE. Une pastille vibre à très haute fréquence sans aucun danger (attention si eau très calcaire, prendre une eau de source) et transforme l’eau en vapeur entrainant les gouttes d’HE au passage.

Silencieux et idéal pour désodoriser, pour repousser les insectes, diffuser une ambiance chaleureuse, favoriser l’hygrométrie de la pièce aidant ainsi à mieux respirer. Pour une surface de 50 à 60m2 max selon le modèle (type Ceralia, Musilia, etc).

Le choisir à programmateur de façon à gérer confortablement la diffusion. Nouveau : un diffuseur ultrasonique portable et rechargeable fonctionne avec HE ou hydrolats (Mistilia) !

• Diffuseur nébuliseur à froid : HE pures sans eau.

Technologie Venturi nébulisation dans l’air de microgouttelettes par une pompe (léger bruit) et 2 buses, gouttelettes projetées contre la paroi de verre du diffuseur, les plus lourdes retombant sont recyclées, les plus légères se répandent dans l’air de la pièce.

Idéal pour assainir l’air pendant des épidémies (type Daolia). Pour une surface jusqu’à 120 m2, attention tulipe de verre fragile.

• Diffuseur ventilation à froid quasi silencieux : un courant d’air passe à travers des buvards imprégnés d’HE, préserve les HE mais consommation de buvard ! Facile à entretenir, utilisé en Ehpad pour assainir, désodoriser et parfumer. 60m2 environ.

• Diffuseur à chaleur douce avec programmateur à brancher directement sur la prise électrique, sans eau type Plugiaou sans programmateur comme santessence.

De façon à ne pas détériorer les actifs volatils des HE on n’utilisera pas de diffuseurs chauffant les HE à plus de 40°. 20m2.

• Vous partagez votre bureau, vous voyagez ? Quelques gouttes d’HE sur un galet en céramique, un cube de bois ou le mini diffuseur ultrasonique sur port USB (type Keylia) et vous êtes dans votre bulle olfactive !

• Vous entretiendrez facilement vos diffuseurs simplement avec une compresse seule ou imbibée de quelques gouttes d’alcool ou de vinaigre blanc ou liquide approprié de la marque.

• Quelques précautions à respecter pour profiter de la diffusion en toute sérénité : les bébés, les asthmatiques et insuffisants respiratoires ne seront pas présents dans la pièce le temps de la diffusion ; de même il faudra laisser la possibilité à vos animaux de compagnie de quitter la pièce…

Si vous possédez un aquarium avec une pompe, il faudra prendre la précaution soit de fermer la pompe le temps de la diffusion soit d’éloigner au maximum le diffuseur de la pompe de l’aquarium.

Ne restez pas installé sous le jet de la diffusion ou d’un spray aux HE.

Ne pas dormir avec un diffuseur fonctionnant. 20mn est une bonne durée de diffusion et ce 2 fois par jour.

• Quelques exemples à tester selon votre odorat : faites votre propre mélange :

Pour 1 air pur : HE citron, pin, sapin, eucalyptus radié, ravintsara, romarin, saro, niaouli, thym à linalol,thym à thymol (peu de gouttes)  cèdre, palmarosa…

Pour retrouver votre vitalité :

HE pin sylvestre, sapin, romarin, gingembre, géranium, pamplemousse, menthes(peu de gouttes) …

Pour retrouver la sérénité :

HE bergamote, cèdre, camomille, jasmin, lavande, mandarine, magnolia, myrrhe, néroli, orange douce, petit grain bigaradier, rose, santal, vanille, vétiver, patchouli, ylang-ylang, bois de rose

Pour repousser les insectes :

HE citronnelle, géranium, lavandin, menthes (peu de gouttes), eucalyptus citronné, palmarosa, lemongrass, lavande

Pour apporter une ambiance sensuelle :

HE ylang-ylang, gingembre, rose, jasmin, bergamote, patchouli

A vous de jouer avec l’infini diversité des odeurs aromatiques !

Claudie

Publié dans Aromathérapie, huiles essentielles, plantes aromatiques | Tagué , | 1 commentaire

L’huile essentielle de camomille romaine

Un petit vent de fraicheur et de calme

Publié dans allergies, Aromathérapie, Fleurs, huiles essentielles, plantes aromatiques | Tagué , , | 2 commentaires

L’anémone hépatique

Bravo à ceux ou celles qui ont trouvé cette belle printanière l’anémone hépatique (Hepatica nobilis) . Famille botanique : Ranunculaceae

Avez vous remarqué sa feuille trilobée qui vous fait penser à un foie ?

Ses feuilles sont utilisées en herboristerie traditionnelle depuis le Moyen-âge pour soigner le foie et les reins ( coliques hépatiques et néphrétiques).


C’est aussi une plante diurétique et en usage externe cicatrisante (cicatrisation des plaies).

Pour en savoir un peu plus je vous invite à lire ce bel article sur les propriétés de l’anémone hépatique .

https://doctonat.com/anemone-hepatique-hepatica-nobilis/

Bonne lecture

Laurence

Publié dans Draineur hépatique, herboristerie, phytothérapie, plantes médicinales | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Une belle printanière !!!

Me reconnaissez vous? Un bel exemple pour la théorie des signatures.

Laurence

Publié dans ethnobotanique, phytothérapie, plantes médicinales, printemps | Tagué | 5 commentaires

Aujourd’hui le grand jour !!!!

Bienvenue pour cette 1ère journée du Sommet des Plantes Médicinales – 2ème édition !
Je suis très content de vous retrouver pour cette seconde édition du Sommet, vous êtes plus de 15 000 à le suivre. Merci beaucoup pour votre enthousiasme !!

Au programme aujourd’hui :

François PETITET –  docteur en pharmacie, herboriste
-> Être herboriste en France aujourd’hui

Kevin BURDIN – préparateur en pharmacie – phyto-aromathérapeute formateur
-> La toxicité et les plantes médicinales

Claudie BOURRY & Laurence LEBRUN –  docteures en pharmacie, phyto-aromathérapeutes, formatrices
-> Associer les huiles essentielles et leurs alliés naturels

Vous pouvez laisser vos commentaires ou question en bas de chaque intervention. Les experts vous répondent !

Ces entretiens sont disponibles pendant 48h, de 7h30 à 7h30 -heure locale- le surlendemain.

N’oubliez pas de vous inscrire c’est gratuit , voici le lien :

Laurence

Publié dans apithérapie, Aromathérapie, gemmothérapie, huiles essentielles, livre aromathérapie, plantes aromatiques | Tagué | 1 commentaire

Une avant-première du sommet des plantes médicinales

Pour vous donner le goût de regarder le sommet des plantes médicinales du 22 au 28 mars

Voici un extrait de notre interview qui sera diffusé le 22 mars  » Associer les huiles essentielles et leurs alliés naturels.

Le 22 mars 2021

N’oubliez pas de vous inscrire c’est gratuit , voici le lien :

Bon visionnement

Laurence

Publié dans apithérapie, Aromathérapie, gemmothérapie, herboristerie, huiles essentielles, livre aromathérapie, phytothérapie, plantes aromatiques, plantes médicinales | Tagué , , , , | 6 commentaires

Sommet des plantes médicinales du 22 au 28 mars 2021

Bonjour à vous tous!

Je participerai au Sommet de Plantes Médicinales qui aura lieu en mars 2021 avec Claudie Bourry, ma co-auteure du livre L’Aromathérapie et ses alliés naturels

Je vous invite à réserver votre place en vous inscrivant « gratuitement» sur le lien ci-dessous.

Ces rencontres sont une excellente occasion pour tous les passionnés, les professionnels de santé ou même les débutants intéressés par les plantes médicinales de découvrir et d’approfondir l’aromathérapie, la gemmothérapie et la phytothérapie par le biais d’entretiens informels et chaleureux réalisés par Loïc Plisson, lui-même naturopathe et passionné des médecines naturelles.

L’idée du Sommet est simple: réunir en un seul endroit virtuel une vingtaine d’experts dans leurs domaines. Vous aurez l’occasion d’entendre les grands noms de l’aromathérapie « française », ainsi que les femmes herboristes du Québec.

Pour notre part, nous aborderons l’aromathérapie et ses alliés naturels, à savoir comment utiliser les huiles essentielles avec les produits de la ruche, les plantes médicinales et les bourgeons glycérinés efficacement pour votre santé au quotidien.  

Notre interview réalisée pour le Sommet sera diffusé le 22 mars.

En vous inscrivant au Sommet, vous recevrez le programme détaillé des intervenants et les dates et les heures de la diffusion de l’entretien.

Bonne découverte!

Laurence

Pour accéder au Sommet des Plantes Médicinales, inscrivez-vous en cliquant sur le lien suivant:

Publié dans apithérapie, Aromathérapie, gemmothérapie, livre aromathérapie, phytothérapie, plantes aromatiques, plantes médicinales | Tagué , , , | Laisser un commentaire