J’aime les haies ensoleillées de l’été….

Mais attention je suis un peu irritante !

Qui suis je ?

Laurence

Publié dans plantes aromatiques | 4 commentaires

Le plantain ou plutôt les plantains : lancéolé ou majeur ?

Vous l’avez reconnu le plantain , mauvaise herbe pour les jardiniers inexpérimentés et  herbe aux ombreuses vertus pour les herboristes.

Sur  la photo c’était le plantain lancéolé (Plantago lanceolata)

Ne  pas à confondre avec le plantain majeur ou herbe à cinq côtes (Plantago major) mais les deux espèces très communes dans les prés s’utilisent de façon identique.

Le plantain appartient à la famille botanique des Plantaginacées  qui compte plus de 200 espèces mais les plus courantes se trouvent sur les chemins et dans les lieux incultes.

Ces deux espèces de plantain renferment des tanins, du mucilage, des flavonoïdes, des acides phénols et des iridoïdes.

Propriétés médicinales

Dans les affections respiratoires, en particulier en cas de bronchite chronique, de toux sèche et d’allergie, le plantain montre des effets anti-inflammatoires, anti-allergiques, antispasmodiques et antimicrobiens particulièrement intéressants.

Il a aussi une action sur les gorges irritées, les amygdales inflammées et les irritations oculaires.

Ce sont les vertus apaisantes, cicatrisantes et astringentes du plantain qui le rendent également intéressant en usage externe sur la peau pour soulager les brûlures ou les piqûres d’insectes, soigner les plaies, resserrer les tissus.

Le plantain se présente et s’utilise de différentes façons :

  • en infusion : 1,5 g environ de plantain séché / 150 ml (3 tasses maximum / jour) pour soulager les voies respiratoires,
  • en extraits fluides : 1 cuillère à café / jour, pour l’appareil respiratoire,
  • en cataplasme de feuilles fraiches broyées pour calmer piqûres, brûlures, coups,
  • en décoction : 50 g de feuilles / 1 l à laisser macérer une nuit puis à faire bouillir 1 mn, pour utiliser sur les yeux par une compresse ou en gargarisme contre l’angine ou en lotion contre l’acné.

Usage culinaire

  • Les feuilles et les jeunes inflorescences ont un bon goût de champignon. On les récolte presque toute l’année mais préférez le printemps : elles sont plus tendres! Dégustez-les crues en salade (les jeunes sont moins amères) ou cuites, en soupe ou accompagnement. On peut aussi les faire lactofermenter et concocter une choucroute originale !
  • Cueillies au printemps, les inflorescences se mangent crues en salade ou rapidement poêlées.
  • Les graines cueillies l’été peuvent servir à épaissir les soupes ou à faire du pain ou des galettes en les mélangeant à de la farine.

Laurence

 

Publié dans comestible, cuisine santé, ethnobotanique, herboristerie, plantes comestibles, plantes médicinales | Tagué , , | 3 commentaires

Mauvaise herbe ou bonne herbe?

Je pousse en bordure des chemins ou sur les terrains incultes.

Je ne suis pas une mauvaise herbe au contraire!!!!

Qui suis je?

Publié dans plantes aromatiques | 9 commentaires

Bleu bleu comme les fleurs de chicorée sauvage !!!!!

Vous avez été nombreux à reconnaitre les fleurs de chicorée sauvage ou amère (Cichorium intybus )

Elle appartient à la famille botanique des Astéracées.

Dans les campagnes françaises, on l’appelle « laideron », la « pôvre  », à cause de son allure rabougrie. Mais, pas grave, pas grave, car l’herboriste Maurice Mességué, qui ne manquait jamais d’assaisonner son discours d’un brin de chauvinisme mâle, a écrit en parlant de la chicorée que « comme les femmes, les plus humbles plantes sont parfois les plus riches en vertus cachées ».

La chicorée sauvage est une plante vivace à belles fleurs bleues. C’est une plante dont on consomme les jeunes pousses et les fleurs en salades, les feuilles cuites à l’eau comme des épinards. Les racines torréfiées d’une sous-espèce de cette chicorée étaient employées pour préparer une boisson proche du café. Il y a un demi-siècle, le café était souvent remplacé par de la chicorée.

Propriétés médicinales 

Très proche du pissenlit dont elle partage l’amertume, la chicorée possède sensiblement les mêmes propriétés. C’est une plante « nettoyante » et ce n’est certainement pas un hasard si elle arrive si tôt au printemps, après qu’on ait passé un long hiver à s’encrasser l’organisme.

Tonique, apéritive, dépurative, la racine a servi à soigner la jaunisse, la congestion du foie, les obstructions des viscères, les affections de poitrine et toutes les maladies où il est nécessaire de purifier le sang. Légèrement laxative, elle serait également efficace en cas d’indigestion. Riche en inuline – un sucre complexe qui n’est pas absorbé par l’organisme – elle est utile aux diabétiques.

Bonne pour le foie à des doses raisonnables, elle lui est nocive à doses élevées. Il paraît d’ailleurs que, jadis, lorsque l’on voulait simuler une jaunisse, on en prenait de fortes doses. Le blanc de l’oeil et la peau, prenaient alors une teinte jaunâtre des plus alarmantes, ce qui vous permettait d’obtenir sur-le-champ le congé de maladie tant souhaité.

Autrefois, on préparait un sirop laxatif pour les enfants à base de racine de chicorée et de rhubarbe.

Le jus a été employé à la place des feuilles ou de la racine.

Feuilles et racines se préparent en décoction à raison de 1 ou 2 cuillerées à soupe de plante hachée par tasse d’eau. Amener à ébullition, puis laisser infuser 15 minutes. Prendre 2 ou 3 tasses par jour.

On prend une cuillerée à soupe de jus, dilué dans un demi-verre d’eau, matin et soir.

En voie externe, on appliquait les feuilles froissées sur les enflures, les inflammations en général et celle des yeux en particulier. Les personnes souffrant de larmoiements persistants s’en voyaient grandement soulagées.

Les fleurs de chicorée font parties des 38 élixirs floraux du Dr Bach. C’est la fleur de l’amour sincère. Pour tous ceux qui sont possessifs, protecteurs à l’excès et qui ont besoin de contrôler les autres, la chicorée sauvage vous aidera à aplanir ces rapports trop excessifs. L’élixir de chicorée sauvage (permet de relativiser les rapports humains, si vous avez tendances à être critique avec vos proches, à les diriger vous arriverez plus facilement à leur manifester un amour désintéressé.

Laurence

Source : https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/HerbierMedicinal/Plante.aspx?doc=chicoree_hm

Publié dans comestible, elixir floral, herboristerie, plantes comestibles, plantes médicinales | Tagué , , , | 1 commentaire

Bleu, bleu….

Comme le ciel du mois de juillet !!!!

Qui suis-je ?

Laurence

Publié dans elixir floral, Fleurs, herboristerie, plantes comestibles, plantes médicinales, plantes utiles | Tagué , , | 5 commentaires

L’essence de Cédrat

Un agrume à découvrir, merci Sophie pour cette fiche .

Sophie Mastrantuono

Publié dans Aromathérapie, huiles essentielles, plantes aromatiques | Tagué , , , , | 1 commentaire

Les blanches ombelles de la carotte sauvage

Vous l’avez deviné ce sont bien les ombelles de la carotte sauvage ( Daucus carota L), tellement reconnaissable avec son excroissance noire au centre de l’ombelle.

Attention  de ne pas la confondre pas avec une autre ombellifère (Apiaceae) toxique et mortelle la grande ciguë (Conium maculatum L.). Très toxique, elle était à la base du poison officiel des Athéniens, pour les condamnés à mort. La plus célèbre victime fut le philosophe Socrate.

Pour mieux découvrir la carotte sauvage et son huile essentielle, je vous invite à lire un de mes précédent article sur cette plante:

https://conseilsphytoaroma.com/2015/08/17/la-carotte-sauvage-un-legume-oublie-lami-du-foie-et-lallier-des-peaux-matures/

Bonne lecture

Laurence

Publié dans Aromathérapie, cosmétiques, detox, Draineur hépatique, huiles essentielles, plantes aromatiques, plantes comestibles | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

J’inonde les champs de la blancheur de mes ombelles ?

Qui suis je avec cette excroissance noire au milieu de mon ombelle?

Bonne chance

Laurence

Publié dans plantes aromatiques | Tagué , , , , | 3 commentaires

Le myrte vert en pleine floraison

Les boutons prêts à exploser se sont transformés en jolies fleurs blanches .

Vous avez reconnu le myrte vert ( Myrtus communis)

Je dois aimer cet arbuste méditerranéen car il a déjà été le sujet de plusieurs de mes articles

https://conseilsphytoaroma.com/2016/07/19/le-myrte-vert-espece-endemique-du-bassin-mediterraneen/

https://conseilsphytoaroma.com/2018/11/09/le-myrte-ne-finira-pas-de-metonner/

Laurence

Publié dans Aromathérapie, huiles essentielles, plantes aromatiques | Tagué , , | 5 commentaires

Je suis sur le point d’exploser en mille et une fleurs!!!

Qui suis-je?

Bonne chance

Laurence

Publié dans plantes aromatiques | 1 commentaire