L’ARBRE À TÊTES D’ANGES : L’ÉRABLE À SUCRE

Vous avez tous vu tomber en tournoyant élégamment les graines d’un érable. Leurs petites ailes lui ont valu d’être appelé en allemand Engelsköpfchenbaum : L’arbre à têtes d’ange.

Au Québec les enfants s’en font des « hélicoptères ».

L’ÉRABLE À SUCRE  Acer saccharumerable

Historique :
Le mot « acer » signifie « pointu », « perçant », d’où l’adjectif « acéré »
(si dit pour une arme pointue garnie de fer).
De nos jours, son bois est utilisé pour la fabrication des planchers, manches
d’outils, de crosses de fusil et différentes pièces de lutherie et en ébénisterie.
Avant de rouler sur des rails en fer, les trains du Québec circulaient sur
des rails fabriqués avec du bois en érable
Les amérindiens en fabriquaient des lances, des piques et des flèches
car le bois d’érable est très dur
Au début de la colonisation au Québec, les amérindiens ont conseillés
aux colons d’amender leurs terres avec la cendre d’érable car elle contient
beaucoup de potassium.
Ses feuilles « à cinq doigts » rappellent, pour les Celtes les liens qui
unissent les arbres et les hommes.
Depuis 1943 la feuille de l’érable à sucre est l’emblème du Canadacanada

Botanique :
Arbre pouvant atteindre 35 mètres de haut en seulement 60 ans. Il possède une écorce lisse chez les sujets jeunes, ravinée de longues crêtes verticales irrégulières chez les sujets âgés.
Le bois des érables des montagnes est blanc et brillant. Il conserve cette blancheur que s’il est débité tout de suite après avoir été abattu en hiver et posé verticalement sur la tête. « Passagère comme la neige d’avril est la blancheur de l’érable » disaient les Celtes.
Ses fleurs hermaphrodites sont disposées en grappes dressées, jaunes verdâtres ; ces fleurs sont terminales et apparaissent après les feuilles. Ses fruits sont des disamares rouges à deux ailes et deux graines dont seulement un sur deux germes au printemps suivant.
On peut tailler les jeunes spécimens pour égaliser la couronne. Les érables craignent les terrains acides et la pollution en générale.

Parties utilisées : Bois, écorce, sève, feuille et graine.

Propriétés médicinales :
Alcalinisant, anti-inflammatoire, fébrifuge, laxatif, nutritif et purgatif.

Principes actifs :
Bois et écorce : amidon, lignine, cellulose, calcium, potassium, magnésium, silice et tannins.
Sève : acides citriques, fumarique, formique et malique, glucose et saccharose
Feuilles : chlorophylle et mucilage, hormones de croissance.
Graines : acide gras et stérols, protéines, hormones : progestérone.

Posologie :
• En hiver, récolter les rameaux et les branches basses qu’on taille pour en faire une décoction alcalinisante et reminéralisante avec 5 gr par tasse d’eau. Consommer trois tasses par jour de cette décoction durant trois semaines.
• Sirop d’érable. Le sucre le plus énergétique qu’il soit ! En prendre à volonté
• Feuilles : Les jeunes et tendres pousses de feuilles se mangent en salade printanière.
• Graines : En automne, vous pouvez décortiquez les graines des fruits et les grignoter telles quelle.
• Bois, écorce : Les cendres sont riches en calcium, potassium, magnésium, silice

Contre indication
Aucune

Recette :
Depuis quatre siècles, au Québec, le « temps des sucres », représente le début de l’activité agricole extérieur. La cueillette de l’eau d’érable se fait au mois de mars généralement. Les troncs sont entaillés avec un vilebrequin et on fixe dans le trou un petit bec verseur en métal avec un crochet auquel on suspend un sceau pour recueillir l’eau d’érable (sève) qui coule abondamment lors du dégel. On réduit une grande quantité l’eau d’érable recueillie dans un évaporateur situé à l’intérieur de la cabane à sucre et positionnée au milieu d’une érablière.
Les jours où l’on fait bouillir cette eau, culmine avec des réjouissances et de copieux repas où le sirop d’érable est à l’honneur. Les acériculteurs fabriquent une grande quantité de sous-produits délicieux à base de sirop d’érable : sucre, tire, beurre, bonbons, liqueurs, vin et vinaigre.

La magie de la tire d’érable sur la neigefabrication tire

Cette recette peut être faite au printemps mais aussi en pleine été….
lors de la fête du « Noël du campeur », où pour épater votre
visite européenne ! (Prévoir de conserver la neige dans le congélateur)

Ingrédients
• 500 ml (2 tasses) de sirop d’érable
(de préférence foncé pour son goût robuste)
• Bonbons de Noël variés (optionnel)

Déroulement :
Verser le sirop d’érable dans une casserole à fond épais et porter
à ébullition à feu moyen élevé. Faire bouillir jusqu’à ce que le
thermomètre à bonbons affiche 115 °C (240 °F).
Retirer la casserole du feu.
Entretemps, remplir un grand contenant de neige bien tassée.
(Vous pouvez l’a cueillir après une tempête et l’a conservé dans le
congélateur.
À l’aide d’une louche, dessiner des lignes de tire sur la neige.
Servir avec des bâtonnets de bois pour enrouler la tire.tire

BON APÉTIT !

Mélusiane

Cet article, publié dans arbres utiles, comestible, herboristerie, plantes comestibles, printemps, Québec, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’ARBRE À TÊTES D’ANGES : L’ÉRABLE À SUCRE

  1. Effectivement l’érables a d’innombrables propriétés. Voici la publication que j’avais mis en ligne sur mon site le 10 août 2017 sur sa culture. https://spotjardinmonsite.com/2017/08/10/lerable/ Merci Melusiane pour ce partage. Bonne après midi !!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s