Et si une fragrance odorante venue d’ailleurs était apte à soulager les symptômes d’une maladie ?

panneauSelon Georges Halpern, les huiles essentielles de Madagascar nous amènent sur les sentiers de la guérison

Et … il n’y a pas que les huiles essentielles de ravintsara, saro et katrafay qui ont des effets bénéfiques sur la santé !

J’ai une amie qui a une maladie de Crohn résistante à tous les traitements anti-inflammatoire.

Bilan, elle recherche toutes les possibilités naturelles pour aider son organisme à lutter : plantes et huiles essentielles.

Elle a trouvé pas mal de conseils d’utiliser le curcuma, mais qui est cette épice ?

Et on en trouve aussi à Madagascar ?

Dans les conseils concernant cette pathologie auto-immune, on trouve entre-autre, le curcuma sous forme poudre de rhizome ou sur forme d’huile essentielle.

Originaire du sud de l’Asie, probablement de l’Inde, il fut introduit à Madagascar depuis des centaines d’années par des Austronésiens.

curcumaCarte d’identité du curcuma :

  • Curcuma Longa
  • Famille botanique des Zingibéracées.
  • Noms vernaculaires à Madagascar : Tamotamo, curry des Indes
  • Partie exploitée : le rhizome frais.

Histoire du curcuma :

Bien que mentionné par Dioscoride comme rhizome protégeant des infections, utilisé en médecine traditionnelle chinoise et ayurvédique depuis plus de 400 ans, ses propriétés médicinales n’ont été mises en évidence qu’après l’apparition des currys ramenés par les britanniques depuis les Indes.

Utilisations traditionnelles :

Il fut d’abord cultivé pour extraire le colorant jaune-orangé et teindre les textiles, puis comme épice pour la cuisine, enfin pour additionner au curry qui peut contenir jusqu’à 25% de curcuma.

Le rhizome de curcuma avait une place importante dans les soins médicaux-religieux traditionnels car c’est une plante liée à la terre, donc protectrice.

Il était employé dans des produits de beauté en Afrique et en Asie. Le jus du rhizome frais était pressé pour désinfecter les lésions oculaires, mélangé à du lait il permet de soigner les bronches …

Le rhizome de curcuma possédant des propriétés insecticides, fongicides et nématicides, les malgaches mélangent de la poudre de rhizome aux céréales et autres cultures pour les préserver des ravageurs pendant leur entreposage en greniers à grains.

Le curcuma est une plante tinctoriale qui servait à teindre les tissus en jaune et en vert (avec de subtils mélanges contenant du jus de citron, de l’indigo.

Utilisations « modernes » :

L’utilisation principale en occident est représentée par le statut de colorant. Ce colorant alimentaire est inscrit dans la liste des additifs sous le numéro : E100. Il sert principalement à colorer des sauces, des confiseries, des tuniques de gélules de médicaments, mais il est aussi utilisé dans la coloration des textiles. En tant que colorant alimentaire l’huile essentielle de rhizome de curcuma a obtenu le statut GRAS (Generally Recognized As Safe) sous le numéro 3085, et l’oléorésine sous le numéro 3087.

Phytochimie :

curcumineCurcumine

Le rhizome de curcuma contient des curcuminoïdes : curcumine principalement à plus de 50% et des dérivés de curcumine (déméthoxycurcumine, dihydrocurcumine …), actifs naturellement antioxydants. Le rhizome frais contient également deux phénols naturels qui sont responsables des activités antiinflammatoires et antioxydantes, et bien entendu des pigments.

turmeroneTurmerone

On trouve également dans le rhizome de nombreux sesquiterpènes : Germacrone, Turmerone, curcumènes, zingibérène.

L’huile essentielle provenant du rhizome (de 2 à 5% environ en extraction par distillation vapeur d’eau) contient des alpha-phellandrène, sabinène, bornéol, cinéol, zingibérène, turmérones …

Reconnaissance règlementaire :

L’OMS, la Commission E, l’EMEA (European medicines agency), l’RIFM (Research Institute for fragrance materials) … ont établi des monographies pour valider les propriétés médicinales du rhizome de curcuma.

Indications thérapeutiques bien renseignées (EMEA, OMS, Commission E) :

Sous forme orale, solide (poudre) ou liquide (tisane, huile essentielle), le curcuma est considéré comme un médicament traditionnel utilisé pour soulager les douleurs et inflammations digestives, les flatulences et lenteurs digestives, les affections et douleurs hépatiques, il est considéré comme un purificateur sanguin et il permet de fluidifier les sécrétions biliaires.

Ces allégations sont en perpétuelle évolution depuis la naissance d’un intérêt scientifique développé. Des études sont en cours concernant : la limitation de la peroxydation lipidique, d’activités antimicrobiennes avec regard sur les pathologies respiratoires, de la polyarthrite rhumatoïde, des maladies du colon, du traitement de certains cancers. On compare la curcumine à de la cortisone, car on peut observer une augmentation de l’action du cortisol, et une diminution des médiateurs chimiques de l’inflammation.

Attention, contre-indication pour les femmes enceintes et les personnes sous anticoagulant.

Effet attendu :

huile-de-curcumaCette amie fait une cure de curcuma sous forme poudre (épice alimentaire), huile essentielle est additionnée dans les aliments à raison d’une goutte par plat (4 personnes), elle est aussi introduite dans une huile de massage, sur le ventre.

Première action que l’on peut apprécier, elle est positivante et redonne de l’énergie pour se battre.

A suivre … car il faut au minimum 2 mois de traitement avant de pouvoir considérer s’il y a un léger mieux !

Cathy

Cet article a été publié dans antioxydant, épices, Madagascar, plantes aromatiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Et si une fragrance odorante venue d’ailleurs était apte à soulager les symptômes d’une maladie ?

  1. Carole dit :

    Je mets du curcuma dans beaucoup de plat, c’est un régal.
    Bonne soirée 🙂

    Aimé par 2 people

  2. C’est mon épice préférée, j’en mets de partout… j’en suis jaune 😹… Plus sérieusement, les nouvelles recherches sont très intéressantes et son côté anti-inflammatoire est époustouflant… j’ai hâte de voir également les retours sur la maladie de crohn . Belle journée Cathy.

    Aimé par 2 people

  3. engelsfrance dit :

    Super article…j’adore quand on met en avant les plantes médicinales. En effet, il y a beaucoup de publications au sujet du curcuma…il semblerait qu il faille la synergie d’une huile végétale et de la piperine ( du poivre) pour totalement développer son potentiel anti inflammatoire… Le seul inconvénient réside dans le fait qu il faut beaucoup de temps d utilisation avant d obtenir des effets… Un petit détail…les indiennes utilisent le circuma pour éviter aux poils de repousser…donc attention au applications en masqué sur le visage… 😀😀😀, les sourcils sont à éviter…..😉…on attend avec impatience le feed-back sur la maladie de crohn!!!!!!

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s