L’onagre , le jambon végétal , la primevère du soir , la belle de nuit : Un trésor pour les femmes et les jardiniers !!!

 

onagre

L’onagre bisannuelle (Oenothera biennis) que l’on appelle aussi œnothère, appartient à la famille des Onagracées  comme le fuchsia. Le genre Œnothera  regroupe environ 80 espèces.

Le nom scientifique  »œnothera » vient du grec ‘oïnos » signifiant vin et ‘ther », bête sauvage, ce qui désignait chez les Anciens, une plante dont la racine infusée dans le vin servait à apprivoiser les bêtes. Le mot  »œnothera » avait aussi pour synonyme  »onagra », d’où le nom français d’onagre.

Le nom usuel ou vernaculaire de cette plantes est  :  le jambon des jardiniers, l’herbe aux ânes ou la primevère du soir.

Le nom de jambon du jardinier est dû principalement à la couleur rose de la racine. Les amateurs de légumes anciens  lui trouvent également un véritable arrière-goût de jambon.

Ses fleurs ont la particularité de s’ouvrir le soir vers dix-huit heures, d’où son surnom de « Primevère du Soir » et son nom en anglais  » Evening primose« .

Originaire d’Amérique du Nord, elle a été introduite Europe au 18ième siècle par les marins de retour du nouveau monde .

La petite histoire raconte que c’est en jetant sur les rivages de l’Atlantique les sacs de terre qui stabilisaient les navires que des marins de retour d’Amérique ont importé, sans le savoir, les premières graines d’onagre.

Cette plante robuste était connue des Amérindiens, ils la cultivaient pour se nourrir et surtout pour ses propriétés médicinales :
– en usage externe pour soigner les blessures, les abcès, les furoncles …
– en usage interne, en infusion, pour calmer la toux, traiter l’asthme et les douleurs gastriques.
En Europe , cette vivace est devenue très vite envahissante, actuellement elle est classée  comme une plante « invasive »,  elle colonise le littoral Atlantique, les dunes de sable et  de manière générale les talus et les terrains incultes, car elle apprécie les sols rocailleux et sablonneux.

L’onagre est une plante herbacée velue, mesurant entre 50 cm et 1m50.

Les feuilles de la base naissent en large rosette, puis sont de plus en plus petites en allant vers le haut de la tige. Elles sont lancéolées, vertes légèrement bleutées, et finement dentées. Leurs nervures rougissent en vieillissant.

En été les fleurs apparaissent en apportant de belles touches jaunes principalement au crépuscule, à leur ouverture et diffusent un agréable parfum.

Usage alimentaire

Les jeunes pousses sont consommées en salade.

La racines d’onagre est  un légume ancien qui revient à la mode.

Elle peut être consommée à la fin de la première année de croissance de la plante, lorsqu’elle est gonflée de réserves nutritives. On peut alors la manger crue, éventuellement en la râpant, ou cuite, à la façon des salsifis ou des panais.

On l’utilisera comme accompagnement des viandes et son gout subtil d’artichaut et de noisette vous étonnera !

Les fleurs, d’un beau jaune,  sont également comestibles et agrémentent d’une belle couleur les salades vertes par exemple.

L’huile d’onagre

L’usage médicinal traditionnel a laissé la place à un usage bien différent : l’onagre est aujourd’hui  utilisée pour  sa richesse en l’acide gamma-linolénique (AGL), un acide gras essentiel de la famille des omégas 6 de son huile.

L’huile d’onagre provient des minuscules graines contenues par centaines dans les fleurs de la plante. Elle est extraite par première pression à froid, de sorte que les principes actifs ne sont pas dégradés.

Elle est constituée de :
70% d’acide linoléique : acide gras essentiel insaturé, premier précurseur dans la synthèse des prostaglandines, notamment de la prostaglandine E1. Il ne peut être synthétisé par l’organisme et doit donc être apporté dans l’alimentation par une huile végétale (tournesol, maïs, soja,…)
8 à 10% d’acide gamma-linolénique ou AGL, un précurseur direct des prostaglandines E1 et qui agit en s’opposant aux effets de la prolactine, une protéine impliquée dans l’apparition de troubles associés au syndrome prémenstruel.
– 11% d’acide oléique.

Usage médicinal

– Anti inflammatoire  ( efficace en cas de arthrite rhumatoïde)
– Traitement des troubles prémenstruels, tels que la tension mammaire, les ballonnements abdominaux, la migraine ou les troubles de l’humeur (irritabilité, insomnie, dépression,…) : symptômes physiques et psychiques se manifestant jusqu’à 10 jours avant les règles
– Traitement de l’eczéma

La dose conseillée est de 3 gr à 6 gr par jour d’huile d’onagre normalisée à 8% d’acide gamma-linolénique, par voie orale.

Répartir la prise dans la journée, de préférence au milieu du repas, pour une meilleure assimilation.

A noter que les effets de l’huile d’onagre peuvent mettre plusieurs mois avant de se faire sentir.

Lorsqu’il s’agit de traiter les différents troubles associés au syndrome prémenstruel (tension mammaire, irritabilité, rétention d’eau,…), il est conseillé de faire des cures de 10 jours par mois pendant la seconde moitié du cycle.

Usage cosmétique 
– Action anti-rides
Hydratant
– Maintien de la souplesse et de l’élasticité de la peau
– Protection des ongles et des cheveux
– Traitement de l’eczéma.

On la recommande  particulièrement pour les peaux sèches pour favoriser la souplesse et la régénération de l’épiderme.

Laurence

Pour le plaisir des yeux

 

Source :

http://lesjardinsdepomone.skynetblogs.be/archive/2010/08/25/l-oenothere-ou-l-onagre-le-jambon-du-jardinier.html

http://www.guide-phytosante.org/veinotoniques-articulations/onagre/

 

A propos Laurence Lebrun

Pharmacien, herboriste, depuis plus de 25 ans, ma passion pour les plantes médicinales m’a permis de voyager à travers les cinq continents et de m'intéresser tout particulièrement aux savoirs traditionnels des plantes médicinales et aromatiques. J'ai acquis une bonne part de mon expérience botanique, en étudiant pendant plus de 10 ans les savoirs traditionnels des amérindiens d'Amazonie Equatorienne, en Amérique du sud.
Cet article a été publié dans comestible, ethnobotanique, Fleurs, huile cosmétique, huiles végétales, phytohérapie, plantes comestibles, plantes utiles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour L’onagre , le jambon végétal , la primevère du soir , la belle de nuit : Un trésor pour les femmes et les jardiniers !!!

  1. Salut Laurence !!
    Dans ton titre tu dis « Belle de nuit ». Il s’agit de la belle de nuit traditionnelle des jardins ou il s’agit d’une autre plante ?

    Aimé par 1 personne

  2. Carole dit :

    Je ne connaissais pas l’usage alimentaire.
    Merci Laurence et bonne soirée 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Agnès dit :

    Oh l’onagre râpée ce doit être génial!
    Merci Laurence!
    Je prends de l’huile d’onagre chaque matin en complément alimentaire avec de la bourrache!
    Bon we !

    Aimé par 1 personne

  4. entresoi dit :

    A reblogué ceci sur blogentresoiet a ajouté:
    Excellente huile pour la peau, je l’utilise 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. prada Jocelyne dit :

    bonjour j ai une plante qui pourrais être le jambon du jardinier mais j ai aucune idée pouvez vous me dire si oui ou non

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s