Plantes à effets physiologique sur la mobilité articulaire

mobilite

Le froid va finir par arriver et les douleurs articulaires vont se réveiller.

L’arthrose est-elle une manifestation de la « viellitude » ?

Non, l’arthrose se manifeste chez les jeunes et chez les moins jeunes, chez les hommes et chez les femmes.

Elle est conditionnelle à de nombreux facteurs de risques, que ce soit d’origine génétique, suite à une pathologie, suite à un excès de sport ou de mouvements répétitifs … les douleurs articulaires se manifestent en général aux changements de saison et en particulier avec un climat froid et humide.

L’arthrose est une maladie des articulations qui associe des problèmes mécaniques et biologiques. Dégénérescence des cartilages, douleurs, raideurs et pertes de mobilités …

Si l’arthrose est une maladie chronique à expression mécanique, l’arthrite par contre est d’origine inflammatoire. Si l’arthrose entraîne des déformations osseuses, l’arthrite par l’intermédiaire des effets de l’inflammation peut entraîner une dégradation de l’état général.

Comment soigne-t-on les symptômes de l’arthrose ?

Soit par la médecine classique avec un traitement symptomatique aux antalgiques (type paracétamol, codéine) soit aux antiinflammatoires (AINS), prescrits en cas de douleurs, mais d’utilisation très controversée. Soit enfin par des produits de type « insaponifiable de soja et d’avocat », « chondroïtine sulfate », « glucosamine sulfate » … soit enfin par des injections de corticoïdes ou d’acide hyaluronique … des résultats ? Un effet momentané sur les symptômes et un lot de contre-indications.

Les plantes dans tout ça ?

En première approche pour traiter le terrain par voie orale

harpagophytumfleur-harpagophytum

L’Harpagophytum procumbens ou griffe du diable ou harpon végétal est une plante médicinale qui appartient à la famille des Pédaliacées. Cette plante pousse en Namibie et dans les régions semi-désertiques d’Afrique du Sud.

 

L’harpagophytum est inscrit à la pharmacopée européenne, il est reconnu par l’ESCOP et par la Commission E, mais actuellement il est en danger pour cause de surexploitation et de culture difficile.

Quels sont ses principes actifs ?

Ils appartiennent à la famille des iridoïdes : l’harpagoside, l’harpagide et la procumbine. Ces molécules antiinflammatoires majeures inhibent la production de NO et de médiateurs pro-inflammatoires, par l’intermédiaire de la bêta-glucosidase. Il est aussi composé de polysaccharides, d’acides phénoliques et de flavonoïdes.

Quelles sont les parties utilisées, les préparations, les propriétés ou allégations ?

C’est la racine secondaire tubérisée, coupée et séchée qui est principalement utilisée. L’harpagophytum est préférentiellement utilisé en usage interne sous forme d’infusion, de gélules de poudre ou d’extraits secs (titrées ou non en harpagoside), d’ampoules buvables, de teinture mère … mais il existe aussi des préparations à application topique de type : crèmes, pommades ou gels.

Il est nécessaire de faire des cures d’au minimum 15 jours pour ressentir les effets analgésiques du « phytomédicament » non soumis à prescription médicale. Des cures d’entretien sont conseillées. Il est recommandé pour son activité antiinflammatoire et le soulagement qu’il apporte aux douleurs de l’arthrose (en particulier pour le dos, d’après le résultat des études cliniques), mais il possède aussi des propriétés antioxydantes, hypoglycémiantes et antimicrobiennes.

L’harpagophytum, présenté sous forme de médicament (plus dosé) ou sous forme de complément alimentaire associé à d’autres plantes, substances, vitamines ou minéraux ne semble présenter aucune contrindication d’emploi.

cassisLe cassis – Ribes nigrum est aussi appelé groseillier noir ou cassissier ou gadellier noir. Il appartient à la famille des Grossulariacées. Originaire des régions tempérées d’Europe, on le retrouve en culture en France.

L’ESCOP reconnaît l’usage des feuilles de cassis pour accompagner des traitements médicaux pour les troubles rhumatismaux, les feuilles de cassis sont également inscrites à la pharmacopée française XIème édition.

Quels sont ses principes actifs ?

La feuille de cassis contient des flavonoïdes (glucosylquercétol, rutine, kaempférol, myricétol, catéchol) qui sont connus pour leurs effets analgésiques. Elle contient également des tannins (proanthocyanidines et prodelphinidines : composés phénoliques) capables de jouer le rôle d’antioxydants et d’empêcher la formation des NO. Il existe aussi des traces d’huile essentielle.

Quelles sont les parties utilisées, les préparations, les propriétés ou allégations ?

Si le fruit est uniquement considéré comme un aliment, la feuille est considérée dans la médecine populaire comme une solution aux douleurs liées aux rhumatismes, mais aussi pour faciliter les fonctions d’élimination digestive et urinaire. Certaines études ont montré une action « vitamine P » sur la microcirculation, une augmentation de l’acuité visuelle (amélioration vision crépusculaire, diminution fatigue oculaire et amélioration dans certains cas de glaucomes).

Complément alimentaire, médicament, gemmothérapie, les feuilles et bourgeons de cassis rentrent dans le cadre d’un traitement de fond, utilisable pendant une à deux semaines plusieurs fois dans l’année. Infusions ? Gélules ? Macérâts glycérinés ou médicaments sans ordonnance plus dosés ou titrés (médecine allopathique ou homéopathique). Ceci reste au jugement de chacun, aucune contre-indication n’a été émise à ce jour.

vergeretteLa vergerette du Canada – Erigeron Canadensis cette « mauvaise herbe » est une plante herbacée annuelle que l’on appelle aussi conyze du Canada, fausse camomille ou herbe des François, fait partie de la famille des Astéracées. Venant d’Amérique du Nord, elle s’est implantée dans toute l’Europe et peut parfois être considérée comme invasive (exemple : en Normandie). Elle est inscrite à la pharmacopée universelle, la pharmacopée européenne et sur la version juillet 2016 de la pharmacopée française.

 

Quels sont ses principes actifs ?

Principalement composée de polyphénols et flavonoïdes tels que l’apigénine et la rutine, l’acide gallique, des résines et tannins, des polyènes, des polyines, une huile essentielle riche en limonène et en terpinéol.

La vergerette du Canada présente des propriétés antiinflammatoires apportées principalement par la rutine, elle est aussi antiagrégante plaquettaire et anticoagulante. Elle est diurétique et agit sur les crises de goutte.

Par son odeur forte de type térébenthine, elle éloigne ainsi les sorcières … les mouches, les moustiques et autres insectes.

Quelles sont les parties utilisées, les préparations, les propriétés ou allégations ?

Les parties aériennes séchées (feuilles, fleurs, fruits) sont utilisées en phytothérapie. Elle est en général employée en synergie avec l’harpagophytum ou le cassis comme traitement de fond des crises d’arthrose ou d’arthrite. La médecine populaire indique qu’elle assouplit et améliore la mobilité articulaire.

En général, utilisée sous forme d’infusion ou de décoction, ou sous forme de complément alimentaire ou de médicament vendu sans ordonnance : poudre dans des gélules.

On ne lui connaît pas d’effets secondaires aux doses normalement employées. Par contre, ses propriétés peuvent varier selon le moment de la récolte et les moyens de séchages.

Cathy

 

Cet article a été publié dans adaptogènes, antioxydant, phytohérapie, plantes médicinales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Plantes à effets physiologique sur la mobilité articulaire

  1. Carole dit :

    Je prends du macérat de cassis mais je ne trouve pas que cela soit très efficace.
    Bonne journée 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Le curcuma et la reine des près sont également très efficaces…! Bel après-midi Cathy

    Aimé par 2 people

  3. Aïe aïe aïe, sujet douloureux s’il en est!!! Sujet d’actualité traité avec pertinence et précision.
    Sujet dont j’ai la chance de ne pas souffrir mais je retiens tout de même les qualités de la vergerette du Canada, anti-moustique et anti-sorcière, super!!! Il paraît que certaines sorcières se métamorphosent en moustiques, ça explique…

    Aimé par 1 personne

  4. Très intéressant !…Je ne vais pas parler ici de mes douleurs articulaires, ça ne passionnerait pas grand monde 😉 Bel article !
    Bonne journée,
    Olivier

    Aimé par 1 personne

  5. emi34500 dit :

    Bonjour, quelqu’un a déjà essayé les gellules de moules vertes de Nouvelle zélande?… https://www.sante-bio.eu/complements-alimentaires-bio/articulations/moule-verte-de-nouvelle-zelande.html
    Merci d’avance… Emilie

    J'aime

    • Bonsoir, non je n’ai jamais essayé les gélules de moules vertes de Nouvelle Zélande. En regardant dans la bibliographie, cela pourrait être intéressant car elles sont riches en GAGS (Glycosaminoglycanes), composants naturels du tissu conjonctif, des tendons et du cartilage articulaire qui retiennent l’eau dans les articulations. Si vous essayez , votre avis m’intéresse sur leur efficacité.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s