Douce Mélisse, le piment des abeilles, l’amie du sommeil et du lâcher prise

Bravo à tous ceux qui on trouvé  la Mélisse (Melissa officinalis)
image

Mélissa ou Piment des Abeilles car les Abeilles aiment la Mélisse.

Melissa, signifiant “ plante mellifère ”. Son nom est issu de melissophyllon, composé de melissa “ abeille ” et phullon “ feuilles ”.

Appelée aussi Herbe de Citron ou Citronnelle, ou encore Herbe de citraire voire Herbe des jeunes filles.

C’est un sous-arbrisseau vivace à tiges dressées et ramifiées, pubescentes, pouvant atteindre 60 à 80 cm de hauteur. Ses feuilles opposées deux à deux, sont ovales, cordiformes et finement dentées. De couleur vert-jaunâtre, elles ont un aspect gaufré et sont rugueuses au toucher. Blanches ou roses pâles, groupées à l’aisselle des feuilles, les fleurs offrent comme beaucoup de plante de la famille des Lamiaceae, des pétales en forme de lèvres. La floraison a lieu de juin à novembre, période d’intense activité pour ses partenaires les abeilles, qui assurent sa reproduction.

Connue dans le tout le bassin méditerranéen, le «piment des abeilles», comme l’appelait les anciens, ne se répand en Europe qu’au Moyen-âge, transporté par des moines itinérants. Elle est alors cultivé dans les monastères et les cloitres. Pour les médecins de cette époque, la Mélisse était un « cordial ».

On la déclarait alors :  » propre à rendre l’esprit joyeux, à aider la digestion, à ranimer en cas de défaillance et surtout à fortifier le cœur quand il suscite des insomnies et des palpitations ».

Au XVIe, on la considère «excellente pour fortifier le cerveau et la mémoire». Ces multiples propriétés ont valu à la mélisse d’entrer dans la composition de  » L’eau de mélisse des Carmes » créée en 1611 et dont la célébrité est aujourd’hui universelle.

C’est la plante du lâcher prise, celle des personnes qui ruminent sans arrêt ou qui broient du noir. Elle détend, favorise le sommeil et la digestion et apaise la fièvre des enfants comme des adultes.

Forte de sa réputation ancestrale, la mélisse a suscité de nombreux travaux tant phytochimique que pharmacologique.

Les feuilles de Mélisse contiennent des flavonoïdes (dérivés de la lutéoline et du quercétol), des acides phénols (acides caféique, chlorogénique, protocatéchique, rosmarinique), des acides terpéniques (acide ursolique, oléanolique, hydroxyoléanolique), des mucilages uroniques, tanins catéchiques (4 à 5%) et des composants volatils.

La Mélisse officinale possède une action spasmolytique neurotrope.

Dans les affections digestives, la Mélisse est une plante qui à la fois, calme les douleurs et les spasmes tout en favorisant la digestion. Elle calme les colites spasmodiques, les ballonnements épigastriques avec flatulences et éructations ainsi que les nausées.

La Mélisse a des propriétés stimulantes sur le système digestif, elle accroît les sécrétions biliaires, les sécrétions de l’estomac et favorise la motilité intestinale.

La Mélisse a des propriétés  anti-inflammatoires et analgésiques, elle est utilisée pour soulager les migraines digestives ou les règles douloureuses.

La Mélisse a aussi une action calmante du système nerveux central et favorise la qualité du sommeil.

Elle possède un effet tranquillisant s’effectuant selon un mécanisme d’action comparable à celui obtenu avec les benzodiazépines.

Une autre étude, a montré qu’un extrait aqueux de Melissa officinalis, favorisait l’induction du sommeil. Fleurentin, Mortier et Pelt ont démontré qu’un extrait hydro-alcoolique lyophilisé de Melissa officinalis avait, à doses faibles, une action sédative et à plus hautes doses, une activité analgésique périphérique.

Des études récentes montrent que dans le traitement de la maladie d’Alzheimer débutante, les patients traités avec l’extrait de Mélisse avaient une amélioration du comportement et étaient moins agité.

Dans d’autres études, les auteurs ont montré que l’administration de 600 mg d’extrait standardisé de Mélisse officinale améliorait l’exactitude et le soutient de l’attention, ainsi qu’une réduction du temps de réponse tant sur la mémoire secondaire que sur la mémoire temporaire.

En usage externe, des essais cliniques, conduits sur plus d’une centaine de patients, ont montrés qu’une pommade à base d’extrait aqueux de Mélisse était actif dans le traitement de l’herpès. Selon les conclusions de cette étude, le temps de l’affection est considérablement réduit, les récidives espacées et les effets secondaires insignifiants.

Comme beaucoup de plantes, la Mélisse ne doit pas être prise par cure excédant 3 semaines. Elle possède une action hormonale de type anti-oestrogénique pouvant modifier un cycle menstruel.

Formes d’emploi et posologie

  • Infusion de plante fraîche: 5 grammes / litre (15 mn) – 500 ml / jour
  • Infusion de plante sèche: 10 grammes / litre (15 mn) – 500 ml / jour
  • Teinture Mère: 50 à 150 gouttes / jour
  • Huile essentielle: 2 gouttes 2 à 3 fois / jour

En cuisine

Les jeunes feuilles de mélisse sont délicieuses mélangées à la laitue ou aux carottes râpées. Je vous conseille de les ciseler pour éviter que leur texture légèrement râpeuse heurte le palais.

Les feuilles au goût subtil de citron, parfument les volailles, les champignons, les potages, les farces et relèvent les viandes blanches et les poissons.

Elles sont également  utilisées en pâtisserie, dans les gâteaux et les entremets à base d’orange ou de citron.

pour plus de recettes et de petites anecdotes sur la mélisse , je vous invite à aller voir le site de Gille,  booksofdante.

Bonne lecture

Laurence 🙂

Source : Alain TESSIER, Ethnobotaniste (Extrait de «Plantes Médicinales de Provence»)

https://booksofdante.wordpress.com/2013/07/16/la-melisse-officinale-melissa-officinalis/

A propos Laurence Lebrun

Pharmacien, herboriste, depuis plus de 25 ans, ma passion pour les plantes médicinales m’a permis de voyager à travers les cinq continents et de m'intéresser tout particulièrement aux savoirs traditionnels des plantes médicinales et aromatiques. J'ai acquis une bonne part de mon expérience botanique, en étudiant pendant plus de 10 ans les savoirs traditionnels des amérindiens d'Amazonie Equatorienne, en Amérique du sud.
Cet article a été publié dans Aromathérapie, comestible, cuisine santé, eau florale, herboristerie, phytohérapie, plantes aromatiques, plantes comestibles, plantes médicinales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Douce Mélisse, le piment des abeilles, l’amie du sommeil et du lâcher prise

  1. Agnès dit :

    Merci Laurence!
    Je vais aller en cueillir pour la tisane de ce soir.
    En boisson fraîche c’est aussi très bon.

    J'aime

  2. Carole dit :

    Il faut que j’en plante dans une de mes cours !
    Merci Laurence.
    Bon après midi.

    J'aime

  3. malyloup dit :

    qu’en est-il des doses et des cures quand on est ménopausée, laurence?

    J'aime

  4. C’est vrai que la mélisse a des phytohormones, mais dans le cas de la ménopause, c’est un plus, un avantage pour réquilibrer

    Aimé par 1 personne

  5. Aromadou dit :

    Merci Laurence! Vraiment très intéressant, que penses-tu de mélanger la mélisse avec de l’avoine pour des problèmes d’insomnie? Bonne journée!

    J'aime

  6. zookd dit :

    Merci pour cet article, je vais essayer la mélisse car j’ai tendance à beaucoup bloguer au détriment du soleil 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s