Citrus et Covid-19

Quand la tradition rejoint les dernières découvertes sur le SARS-CoV2.

Dans la même veine que les articles cités précédemment, où sont identifiés grâce à une technique de « docking moléculaire », deux composés d’huiles essentielles (le 1-8 cinéole et la jensemone) ayant un effet in silico d’inhibiteur de protéase du SARS-CoV-2, d’autres équipes dans le monde ont entrepris un travail similaire, en testant des bases de données virtuelles de molécules.

Trois études, toujours « in silico » viennent d’être publiées et listent un certain nombre de produits qui pourraient présenter un réel intérêt contre le SARS-Cov2, dont, entre autres, l’hespéridine.  

L’hésperidine est un produit naturel, que l’on trouve en abondance dans la peau des citrus (citrons, orange).

Déjà utilisée dans certains médicaments l’héspéridine est connue depuis longtemps, ne présente pas de toxicité aux doses recommandées, et possède un grand nombre de propriétés pharmacologiques.

En simplifiant, dans une des publications, il est montré que l’hespéridine empêche l’accrochage des pointes virales (spikes) sur les récepteurs ACE2, qui représentent la porte d’entrée du virus dans la cellule humaine en s’interposant entre ces deux entités. 

Dans une autre publication, il est dit que l’hespéridine inhiberait l’action d’une protéase essentielle à la réplication du virus, et enfin, la troisième publication confirme que plusieurs produits présents dans la peau des citrons et oranges  (hespéridine, tangerétine, hespéretine, nobiletine et naringine) bloquent l’accrochage des pointes virales sur les récepteurs ACE2 des cellules humaines.

Enfin, selon une dernière étude, l’hespéridine montre un effet intéressant sur le système immunitaire, en prévenant les « orages cytokiniques » , soit l’emballement inflammatoire du système immunitaire, présent dans les cas graves de Covid-19.

Pour tous ces chercheurs, la conclusion est que l’hésperdine (conjointement aux autres produits cités) « pourrait probablement être utilisée pour traiter le SARS-CoV2 », et d’ores et déjà, des sociétés italiennes se proposent de mettre au point des protocoles rapides d’extraction en grande quantité de ces molécules à partir de peau de citrons ou d’oranges.

Bref, si l’on en croit ces résultats qui, je le rappelle sont « in silico » et ne sont pas des résultats obtenus sur des malades dûment diagnostiqués Covid +, il y aurait peut être un bénéfice à consommer… des peaux d’orange ou de citron (bio, évidement!).

L’idée me paraissant surprenante, je suis allée rechercher auprès d’un grand naturopathe, Raymond Dextreit (1908-2001) ses préconisations en cas de grippe.

Sur ce sujet, R. Dextreit décrit les mesures préventives à prendre, comment faire baisser la fièvre avec des méthodes naturelles afin de ne pas employer de médicaments qui perturbent le système immunitaire, liste des plantes qu’il est bon de prendre en tisane (le thym en décoction longue et concentrée est pour lui un allié extraordinaire), et écrit la chose suivante :

« Il est comme cela des préventifs et des remèdes très simples, pourtant d’une efficacité bien démontrée : ainsi le citron dont on utilise, outre le jus, la peau comme suit :

Crédit photo Laurence Lebrun

-1- à titre préventif l’hiver en temps d’épidémie :

Un morceau de peau de citron grand comme un timbre poste, le matin, avant de sortir. A répéter après le repas de midi, pour les personnes vivant dans des locaux confinés, ou en contact avec des grippés.

-2- à titre curatif :

Un morceau de peau de citron grand comme un timbre poste, dès les premiers symptômes (fièvre, mal de gorge, picotement dans le nez, etc.). Puis 3 fois par jour durant 48 heures.

Le morceau de peau de citron doit être maché longuement (le fait de laisser un peu de pulpe facilite la mastication par le déclenchement de la salivation), et c’est seulement quand la peau aura été réduite en bouillie liquide qu’on peut l’avaler.

Crédit photo Laurence Lebrun

Bonne santé à tous!

Geneviève

genevievebourdy.home.blog

Références d’où proviennent les informations citées dans ce texte :

Francesco Meneguzzo, Rosaria Ciriminna, Federica Zabini,  Mario Pagliaro, 2020. Accelerated production of hesperidin-rich citrus pectin from waste citrus peel for prevention and therapy of COVID-19, doi:10.20944/preprints202003.038

Dextreit R. 1964. Les voies respiratoires et leurs troubles. Vivre en harmonie, Paris.

Cet article, publié dans antioxydant, Aromathérapie, covid-19, maladies respiratoires, plantes aromatiques, système immunitaire, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Citrus et Covid-19

  1. malyloup dit :

    et comme par ‘hasard’, j’ai regardé ce matin, une vidéo dans laquelle la fille de Raymond Dextreit parle des citrons (ainsi que de l’argile bien-sûr 🙂 )

    Aimé par 1 personne

  2. commins dit :

    super la peau de citron !
    et comme qui dirait…
    boire ce que l’on mange

    merci gen’
    mariedo

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.