Le tilleul de Buis des Baronnies

 

Le tilleul est une plante endémique cultivée dans toute l’Europe, mais de quel tilleul parle-t-on ?

Il y a le tilleul sauvage, à petites feuilles, tilleul mâle que l’on retrouve dans les forêts pyrénéennes ou bretonnes, en compagnie des résineux. On l’appelle tilleul sauvage, tilleul des bois ou tilleul sylvestre. Son petit nom botanique est : Tilia cordata. Il fut le premier à être utilisé par les herboristes.

Il y a le tilleul à grandes feuilles, tilleul femelle cultivé, il est souvent sélectionné pour ombrager un parc, une route. Son nom botanique est Tilia platyphyllos. Il possède ses lettres de noblesse puisque le plus connu est intensément cultivé dans le Vaucluse, et qu’on l’appelle le Tilleul de Buis les Baronnies. La production donnée par ce tilleul donne une qualité très odorante appelée tilleul de Carpentras.

Ses branches ascendantes, ses feuilles à la nervure médiane garnie de poils roux, ses fleurs jaune-verdâtre qui dégagent une puissante odeur miellée, le reflet qui en émane lors de poussées de vent, font de cet arbre ancestral en forme de boule, un emblème de certaines régions de la Haute Drôme.

De nombreuses autres espèces, sous espèces, hybrides de tilleuls sont connues, mais ne sont pas associées à la phytothérapie.

Pourquoi s’intéresse-t-on  depuis si longtemps au tilleul ?

  • Il aurait des pouvoirs « magiques » : cet arbre très grand qui peut atteindre 40 mètres de haut est recherché pour sa robuste protection. Robuste, il est symbole de fidélité. En planter un dans son jardin assure la protection contre les malédictions. Parfois, ses feuilles dans certains pays, servent de symbole d’immortalité, un morceau de son écorce porté sur soi est un annonciateur de chance, un rameau accroché à sa porte fait fuir les sorcières …
  • Ses constituants d’intérêt : de rares études scientifiques ont été menées sur les capacités phytothérapiques du tilleul, mais des analyses ont été récemment menées pour voir si l’on pouvait associer les propriétés antioxydantes, antiinflammatoires et potentiellement antitumeur des composés phénoliques présents (flavonoïdes de type dérivés de quercétine et de kaemférol, acides phénoliques, protocatéchuiques, coumariniques, chlorogéniques et caféiques. Des mucilages, des tannins, une huile essentielle (pour mémoire : de 0,02% à 0,1%).
  • Les extraits de tilleul sont inscrits à la Commission E : l’indication thérapeutique annoncée est ciblée sur les refroidissements et la toux. La prescription est préférentiellement orale (type infusion). Il est considéré comme diaphorétique (diminue la fièvre). Décrit par les cahiers de l’Agence, inscrit à la pharmacopée française, à la pharmacopée européenne il porte les indications :

-traditionnellement utilisé en usage interne dans les traitements symptomatiques des états neurotoniques des adultes et des enfants (plus simplement des problèmes de sommeil, d’endormissement, d’insomnie). En usage externe, il est considéré comme traitement d’appoint des affections dermatologiques (adoucissant, antiprurigineux), dans les traitements des petits bobos : écorchures, griffures, lèvres gercées, piqûres d’insectes.

-Utilisation de l’aubier de tilleul (écorce du tronc partiellement privée de liège) en médecine familiale pour ses propriétés diurétiques, dépuratives, cholérétiques et cholagogues. Il est souvent conseillé dans des troubles biliaires, mais sans appui scientifique.

  • Qu’en est-il de l’huile essentielle ? Au vu de son faible rendement, de sa difficile récupération lors de la distillation des feuilles et des fleurs, elle n’est pas au cœur des intérêts d’aromathérapie. Des monoterpènes à fonctions alcools, cétones, phénols … ont été identifiés : (eucalyptol, géraniol, linalol, camphre, carvone, thymol, anéthole, eugénol, camphre …). Quelques chercheurs ont mis en évidence que l’odeur dégagée par les fleurs serait due à la présence d’indole et de phényléthylacétate …
  • Mais la distillation des parties aériennes du tilleul n’est pas inutile ! on obtient un hydrolat au parfum doux, ressemblant au miel. Cet hydrolat est totalement sans danger pour les enfants et les personnes sensibles, et un petit verre avant de se coucher donne rapidement un effet sédatif et délassant. De même, en spray il apaisera les coups de soleil, les démangeaisons …
  • Des utilisations très diverses dans les grimoires des grands-mères : si les infusions pour dégager les bronches, apaiser les tensions nerveuses, diminuer les fièvres, augmenter l’élimination (rein et sueur), le tilleul avait d’autres missions :

-Diminuer les spasmes lors de la digestion des personnes hyper nerveuses

-supprimer la fatigue en faisant une décoction pour un bain

-Bloquer les saignements de nez en ayant préparé un vinaigre aromatique en écrasant des graines de tilleul dans du vinaigre

-Fabriquer une liqueur pour la pâtisserie (macération d’alcool, de fleurs de tilleul, de fleurs de thé, de vanille, d’huile essentielle d’écorce de cannelle, d’une pincée de noix de muscade .

Cathy

 

Cet article a été publié dans arbres utiles, herboristerie, phytohérapie, plantes médicinales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le tilleul de Buis des Baronnies

  1. Merci Cathy, je n’ai jamais pensé au tilleul en hydrolat! C’est celui de fleurs d’oranger qui me vient en première intention ! Bonne nuit

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s