Je suis l’écorce de cannelle dite de Ceylan

baton-de-cannelleDans le but de compliquer la vie à tous ceux qui cherchent à m’identifier, je dois me différencier de ma cousine de Chine qui présente les mêmes caractéristiques biologiques, moins actives, et qui est considérée comme le succédané de celle de Ceylan.

L’histoire de la cannelle :

Présente en ancienne Egypte, la cannelle était utilisée pour donner une odeur parfumée aux momies. Ses vertus médicinales ont été mentionnées dans le papyrus d’Ebers (1500 ans avant JC). Elle est mentionnée plusieurs fois dans la Bible pour l’apport bénéfique de ses fragrances. Les Arabes la considéraient comme une richesse commerciale et inventaient des légendes fantastiques pour conserver le monopole de ce marché. L’empereur romain Néron, se sentant coupable d’avoir fait assassiner son épouse Poppée, est supposé avoir saisi tous les stocks de cannelle de Rome et de les avoir fait brûler pendant une année.

Les croisades ont relancé le commerce des épices, puis au XVème siècle les grandes puissances européennes luttèrent pour obtenir des comptoirs d’épices en Inde. un monopole hollandais se créa et tenta d’améliorer les conditions de culture, de rehausser les prix des échanges, de cultiver des espèces provenant de falsifications … mais il cessa, en banqueroute, lors de la reprise des « vrais » cultures par les français : Un gouverneur français de l’île Maurice, Pierre Poivre, réussit en 1770 à voler des plants de cannelier et à les implanter sur l’île Maurice (dans le jardin des pamplemousses) et l’île de la Réunion.

Quelques précisions botaniques :

La cannelle est connue depuis plus de trois milles ans. Les deux espèces du genre du cannelier furent longtemps indifférenciées :

833px-casse__cannelle

Ø  Casse de Chine ou Kasia pour les Grecs, postérieurement identifiée en botanique sous le nom de Cinnamomum cassia Nees ou Cinnamomum aromaticum Nees.

Ø  Cannelle de Ceylan ou Kinnamon pour les Grecs, postérieurement identifiée en botanique sous le nom de Cinnamomum zeylanicum BLUME ou Cinnamomum verum Nees

 

 

Le cannelier de Ceylan Cinnamomum zeylanicum présente de nombreuses caractéristiques communes avec le cannelier de Chine Cinnamomum cassia. Certains critères tels que l’écorce plus foncée et les feuilles petites et étroites, des caractéristiques organoleptiques faibles chez celui de Chine qui n’est récolté que sporadiquement et localement.

Composition … de la vraie cannelle, celle de Ceylan :

L’écorce est composée d’huile essentielle (0,5-2,5%), de tanins condensés (oligomères procyanidiques : catéchine, épicatéchine …), des flavonoïdes (kaempférol, orientine, rutinosides …), des acides phénols (acide protocatéchuique, vanillique, gentisique …) d’oses et de polyols (mannitol, L-arabino-D-xylane), des mucilages (α-D-glucanes) et du β-sitostérol.

On peut distinguer les deux espèces de cannelle car le taux d’aldéhyde cinnamique de l’huile essentielle de cannelle de Ceylan se situe entre 65 et 80% tandis que celle de Chine avoisine les 90%, l’eugénol est présent (5-10%) dans l’huile essentielle de cannelle de Ceylan et en très faible quantité, voire absent dans celle de Chine.

Un dérivé phényl-propnique : l’acétate de cinnamyle est un marqueur de l’âge de l’arbre, avec 2% quand l’arbre est jeune, son taux diminue vers 0% au vieillissement du cannelier.

L’huile essentielle de feuilles est composée à 70-83% d’eugénol, de benzoate de benzyle, d’acétate d’eugényle, d’acétate et d’aldéhyde transcinnamique.

La présence d’eugénol, de benzoate de benzyle, d’α-humulène caractérisent la cannelle de Ceylan alors que l’α-humulène est absent dans celle de Chine qui par contre renferme de la coumarine absente dans celle de Ceylan.

Un remède traditionnel :

De nombreuses cultures ont adopté la cannelle comme un antidote à de nombreuses maladies. Certains placent deux gouttes d’huile essentielle sur un sucre pour traiter une gorge irritée, d’autres mélangent l’huile essentielle à une huile végétale, l’appliquent sur la tête pour traiter la gale et les poux. Deux pincées de cannelle dans un verre de lait peuvent stopper une diarrhée, un vin médicinal composé de 40g d’écorce de cannelle et de 30g d’écorce de quinquina, macérées dans un vin doux pendant 12 heures est un fortifiant qui permet de traiter les états de faiblesse …

La cannelle en aromathérapie :

L’huile essentielle de cannelle est très plébiscitée par les aromathérapeutes avec pour condition indispensable que les essences soient définies sur le plan production et traçabilité, biochimique et composition, absence d’adultération. L’usage de l’huile essentielle de cannelle demande une grande prudence chez les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées, les patients atteints de troubles cardiovasculaires. L’huile essentielle de cannelle de Ceylan est principalement utilisée pour son action antibactérienne, pour énergiser le métabolisme, augmenter la vitalité. Elle est souvent conseillée pour aider à la digestion, pour lutter contre l’épuisement nerveux, stimuler la circulation sanguine, diminuer les crampes menstruelles. Les aromathérapeutes préconisent de la diluer avec de l’ylang-ylang, de l’orange ou de la myrrhe.

Des propriétés biologiques :

Ø  Activité sur le système nerveux par l’intermédiaire de l’aldéhyde cinnamique qui entraîne un effet relaxant, précédé d’une période très courte d’augmentation de l’état d’éveil et de concentration.

Ø  Activité sur le système cardiovasculaire par l’intermédiaire de l’aldéhyde cinnamique qui provoque une libération de catécholamines, un relâchement des fibres du muscle lisse et une stimulation de la fréquence cardiaque.

Ø  Activité antispasmodique par l’intermédiaire de l’aldéhyde cinnamique qui diminue les spasmes digestifs, aide à protéger contre les inflammations gastriques. Des extraits éthanoliques d’écorce de cannelle semblent efficaces pour atténuer la multiplication de la bactérie Helicobacter pylori.

Ø  Activité antiinfectieuse des huiles essentielles d’écorce et de feuilles de cannelle de Ceylan : l’aldéhyde cinnamique présente dans l’huile essentielle d’écorce de cannelle est très active sur le plan antifongique (différents Aspergillus, Fusarium monoliforme …) et sur le plan bactérien (Streptococcus faecium, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa, Staphylococcus aureus …). L’huile essentielle de feuilles de cannelle de Ceylan dont le composé majoritaire est l’eugénol est très active sur les germes buccaux, ce qui explique son intégration (parfois associée au clou de girofle) dans les dentifrices, chewing-gums, bains de bouches …

Ø  Activité insulinique provoquée par une molécule appelée méthylhydroxychalcone, qui potentialiserait l’utilisation du glucose sans la présence d’insuline. Cette hypothèse est venue après que des chercheurs aient remarqué que des diabétiques ayant mangé une tarte aux pommes contenant de la cannelle avaient malgré tout une glycémie stabilisée.

Ø  Activité antioxydante, autrement dit activité concernant la captation, chélation, destruction des radicaux libres oxygénés, molécules hautement réactives accélérant les processus de vieillissement cellulaire, d’altérations des membranes des cellules et de l’ADN. Cette action semble due à des composés phénoliques présents dans l’extrait aqueux de la poudre de cannelle de Ceylan.

Ø  Des activités possibles mais non suffisamment référencées qui concerneraient l’inhibition de l’angiogenèse, une protection anti thrombose, des effets immunomodulateurs …

Une utilisation dans l’industrie de la cosmétique et de la parfumerie :

Une senteur orientale pour faire caractériser un parfum, des propriétés tonifiantes, nourrissantes, hydratantes, chauffantes pour des produits d’hygiène cosmétique (produits pour la douche, le bain, shampoings), pour le démaquillage du visage et des yeux, pour l’hygiène bucco-dentaire et même dans des produits antisolaires !

Conservateur utilisé en agroalimentaire :

Cette utilisation permet d’argumenter sur la protection naturelle assurée par la cannelle de Ceylan contre des champignons ou des parasites. Elle est également une épice très suave et très prisée.

En conclusion, et au vu du nombre de brevets concernant cette épice, hormis odeur et saveur, la recherche d’activités médicinales est au top !

Cathy

Cet article a été publié dans arbres utiles, épices, plantes aromatiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Je suis l’écorce de cannelle dite de Ceylan

  1. MERCI pour ton article et pour ce BON vin chaud à la cannelle que je vois se profiler…😉…
    Cette huile essentielle m’a été d’un grand secours en Inde ainsi que l’origan… BON dimanche.

    Aimé par 2 people

  2. Carole dit :

    Je vais pouvoir me régaler de biscuits à la cannelle en sachant que je me fais du bien 😉
    Bon dimanche.

    Aimé par 1 personne

  3. Que de qualités et quelle histoire riche!!! En cuisine, elle est très présente en Europe et en Asie et au magrheb, mais la gastronomie traditionnelle française ne l’utilise qu’avec parcimonie. Elle domine facilement les plats aussi bien salés que sucrés. Il y a ceux qui ne savent pas faire un gâteau aux pommes sans elle et ceux qui n’en mettent surtout pas. C’est un fort caractère. Merci Cathy.

    Aimé par 1 personne

  4. Agnès dit :

    Passionnant !
    Merci Cathy!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s