Le Figuier

J’ai pensé vous parler du figuier, après avoir passé quelques heures à préparer ces chères figues en confiture.

Le figuier : Cet arbre de la famille des moracées, compte plus de 70 espèces. Le plus connu est le Ficus carica appelé ainsi car il est originaire d’une région d’Asie mineure appelée Carie.ficus-carica

 

Le figuier se présente comme un arbre très ramifié à l’écorce grise et aux grandes feuilles vertes un peu rugueuses, caduques et lobées, contenant une abondante substance : le latex.

C’est un arbre fruitier rustique, qui supporte très bien les grands écarts de température.

Ce qu’on appelle généralement le fruit n’est que le réceptacle charnu ou sycone (nom de la figue en grec) en forme d’outre qui se referme sur lui-même en emprisonnant les fleurs dans la cavité interne. Elles donnent les fruits quand la fructification est réalisée et que la partie charnue se développe. Ce sont les graines qui sont les véritables fruits.

Les « figues-fleurs » se récoltent du mois de juin au mois d’août, les « figues d’automne » du mois d’août au mois d’octobre.

Les parties de la plante utilisées à but thérapeutique sont les fruits et les feuilles.

Des actifs d’intérêt : Quel que soit le cultivar, les fruits du figuier montrent un taux très élevé de composés phénoliques. Les quantités de rutine, par exemple, sont plus élevées que celles que l’on trouve dans les pommes. Les différents polyphénols, flavonoïdes et anthocyanines démontrent d’un fort potentiel antioxydant. Les feuilles contiennent un latex riche en une enzyme protéolytique (Ficine) aux propriétés hépato protectrices. Les fruits séchés ont une valeur médicinale dans le système médical traditionnel pour leurs actions dans les désordres gastro-intestinaux et inflammatoires. Certaines études scientifiques ont montré la présence d’une activité spasmolytique médiée par l’activation des canaux K+ATP avec action antiplaquettaire, qui ainsi fournissent les bases de l’utilisation médicinale pour les problèmes de péristaltisme intestinal et de désordres inflammatoires.

Des utilisations « galéniques » variées :

o   Ficus carica est un médicament homéopathique (non soumis à prescription médicale) qui est traditionnellement utilisé pour normaliser la sécrétion de suc gastrique et aider à la cicatrisation des ulcérations gastriques et duodénales. Il se présente sous forme de gouttes buvables (macérât alcoolique de bourgeons).

o   Il est utilisé en gemmothérapie (macérât glycériné de bourgeons) pour les dystonies neurovégétatives (névroses obsessionnelles et angoisse). Il est inducteur de sommeil et calme les troubles émotionnels.

Quelques recettes à préparer :

o   Inflammation de la bouche (gingivites, aphtes) et de la gorge : couper deux figues sèches en morceaux, les plonger ¼ d’heure dans un verre de lait mis à bouillir avec une cuillère à café de miel. Filtrer et après refroidissement faire des gargarismes et bains de bouche.

o   Bronches, grippe, rhume, toux : 250g de lait additionné de 20g de figues sèches, faire bouillir ¼ d’heure. Filtrer, ajouter une cuillère de miel et boire le mélange lacté bien chaud.

o   Constipation : faire tremper le soir dans un bol d’eau chaude (bouillie) plusieurs figues, les manger le matin à jeun et éventuellement boire l’eau de trempage.

o   Ulcérations gastriques : mettre 80 gouttes de macérât glycériné dans un grand verre d’eau deux fois par jour jusqu’à la fin des symptômes.

o   Piqûres d’insectes (abeilles en particulier) et morsures de serpent : faire couler le latex de la feuille sur la zone piquée, la douleur se stoppe.

o   Sciatique : faire macérer pendant quelques jours des figues sèches coupées en morceau dans de l’alcool de fruit (type eau de vie) puis appliquer en mouvements circulaires autour de la névralgie, un tampon imbibé de ce mélange pendant plusieurs minutes. Efficacité anti névralgie garantie, odeur d’alcoolique également garantie !

o   Taches de rousseur : sortir quelques gouttes du latex de la feuille du figuier, les étaler sur les taches de rousseur, répéter pendant plusieurs jours, elles s’éclaircissent et se distinguent moins.

o   Verrues : quelques gouttes de latex de feuilles de figuier à appliquer plusieurs fois par jour sur la verrue jusqu’à ce qu’elle devienne molle. Humecter la verrue d’eau chaude, elle va tomber toute seule.

o   Mes confitures « plus » : en fin de cuisson, je rajoute de l’écorce d’orange confite ou bien des petits pignons, cela change, personnalise et c’est délicieux !

Cet article a été publié dans arbres utiles, comestible, ethnobotanique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Le Figuier

  1. Ton article est très intéressant. Je ne connaissais pas du tout ses propriétés.

    J'aime

  2. Carole dit :

    Merci beaucoup !
    J’ai un figuier dans ma cour mais je vais aussi acheter quelques figues séchées.
    Bonne soirée 🙂

    J'aime

  3. Pescalune dit :

    Super !
    Très chouette topo sur notre ami le figuier – moi j’aime y rajouter une point de cannelle dans ma confiture 😉
    Allez hop je m’en vais diffuser l’article sur mes réseaux ! Merci et beau dimanche

    J'aime

  4. Agnès dit :

    Merci. Très intéressant.
    Le figuier est un arbre très beau, son port, ses feuilles,ses fruits…. je l’adore.

    J'aime

  5. Changeonsnotrevie dit :

    Article très intéressant, comme toujours 🙂
    Le figuier est un bel arbre je trouve, et ses fruits sont tellement bons. Merci

    J'aime

  6. J’adore les figues sous toutes ses formes et j’en fait une grande consommation et encore plus après ce bel article. Bon dimanche

    J'aime

  7. Un bel article savant et pertinent qui honore cet arbre modeste et millénaire. J’ai encore de la curiosité si c’est possible d’avoir une-deux réponses. On parle de figue-fleur en été puis de figue d’automne ensuite. La fleur serait-elle stérile en septembre? Ou quoi?
    Autre question sur l’usage, on dit que manger une figue avant le repas permet d’éviter les brûlures d’estomac. Est-ce que ça a du sens?
    Pour ma part, je trouve la confiture de figues trop sucrée, je préfère les fruits frais ou encore poêlés dans un peu de beurre avec une gousse de vanille et une boule de glace. Un chaud froid de gourmande.
    Merci Cathy pour toutes ces informations.

    J'aime

    • Bonjour Nadine.
      Un grand merci pour ce commentaire. Il existe des figuiers auto fertiles, d’autres qui nécessitent la présence d’un petit insecte vecteur des pollens et ne vivant que dans le sud (blastophage). La figue fleur selon les conditions climatiques apparaît en août et septembre, La figue d’automne entre fin août et octobre (donc pas de stérilité en septembre). Certains figuiers présentent les deux productions, d’autres une seule (selon espèce). Les figues sont sucrées (surtout en période de sécheresse) et elles permettent de réguler la libération des sucs gastriques acides (en début de repas, lorsque la sensation de faim apparaît). Pour les confitures, en diminuant la quantité de sucre, et éventuellement en rajoutant un fruit à pectine (pomme, poire, prune) on peut obtenir du « pas trop sucré »
      Peux tu intervenir ? Et ensuite j’aurais besoin d’un cours pour savoir comment faire
      Merci beaucoup
      Bonne continuation de découverte des splendeurs de ce beau pays.

      Cathy

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s