La cardère sauvage, cabaret des oiseaux



Je pique mais je ne suis pas un chardon !!!!

La cardère sauvage (Dipsacus fullonum ou sylvestris) appartient à la famille des Caprifoliaceae , même famille que le chèvrefeuille ou le câprier.

Son nom vient du grec dipsa qui évoque la soif, allusion aux feuilles opposées et soudées entre elles inférieurement de manière à retenir l’eau de pluie, permettant aux oiseaux de venir s’abreuver. Ceci explique qu’on l’ait appelée aussi « Cabaret des oiseaux » !

Les feuilles sont ainsi disposées par paires sur des tiges dressées, elles forment une touffe la première année.

 

 

La cardère ou plutôt, sa « cousine méditerranéenne », Dipsacus sativus, était cultivée, pour ses capitules,  utilisés pour séparer et filer les brins de laine.

La Cardère  sauvage est une plante médicinale peu connue, elle est utilisée depuis le XIIème siècle pour ses racines, ses feuilles.

Elle était consommée autrefois en décoction pour traiter les troubles cutanés (verrues, eczéma, psioriasis, …). en médecine chinoise on attribue à la cardère de nombreuses propriétés comme l’amélioration de l’immunité.

Certains utilisent la racine de cardère pour soigner les rhumatismes articulaires.

La racine de cardère stimule la vessie, la vésicule biliaire et favorise l’élimination de nos déchets de cellule du foie par la transpiration.

Dans certains pays, comme l’Allemagne, la teinture mère de Cardère est utilisée depuis de nombreuses années pour aide à soulager la borréliose de Lyme.

Une particularité appréciable de la Cardère serait sa capacité de déloger les bactéries de la borréliose de Lyme, laissant ensuite le système immunitaire jouer son role.

La cardère contiendrait de l’iridoïde, de la saponine et un cytotoxique de la famille des Glycosides scabiosides qui pourraient aider à lutter contre la borréliose de lyme.

Autres usages

En cosmétique l’extrait de cardère favorise la production d’ATP qui est une molécule énergisante  et permet de lutter contre les radicaux libres. Un excellent anti fatigue pour la peau.

En cuisine : Les jeunes feuilles peuvent se consommer en  salade, attention à son amertume, elles se récoltent au stade de rosette.

Vous pouvez aussi faire de jolis bouquets secs

Laurence

A propos Laurence Lebrun

Pharmacien, herboriste, depuis plus de 25 ans, ma passion pour les plantes médicinales m’a permis de voyager à travers les cinq continents et de m'intéresser tout particulièrement aux savoirs traditionnels des plantes médicinales et aromatiques. J'ai acquis une bonne part de mon expérience botanique, en étudiant pendant plus de 10 ans les savoirs traditionnels des amérindiens d'Amazonie Equatorienne, en Amérique du sud.
Cet article, publié dans ethnobotanique, herboristerie, plantes comestibles, plantes médicinales, plantes utiles, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La cardère sauvage, cabaret des oiseaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.