La rhumatologie / Les douleurs … et l’aromathérapie  

Squelette

Environ 1/3 de la population française souffre de rhumatismes

Douleur et inflammation.

Douleurs d’intensité légères et légère inflammation : en général tout le monde se jette sur l’aspirine, le paracétamol, les ibuprofènes, la cortisone … un peu et l’inflammation s’en va (ok), beaucoup et l’estomac et la reconstitution cellulaire s’en vont (pas ok, c’est comme cela qu’on génère des maladies auto-immunes).

Alors pourquoi ne pas être au moins en phase avec les nouvelles portes ouvertes par la biodiversité végétale.

Un peu de vocabulaire

Si on souffre d’une douleur à la mobilité sans inflammation, on emploie les termes de rhumatismes, d’arthrose …

Si par contre, on déclare tous les symptômes d’une inflammation, on va parler d’arthrite, de tendinite …

Si on parle de rhumatologie on englobe l’arthrose, l’ostéoporose, les entorses, les affections ligamentaires et tendineuses, la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, le rhumatisme psoriasique, l’algodystrophie, la sciatique, les tendinites, les bursites, la fibromyalgie, les ostéites …

Quels sont les composants actifs majoritaires des huiles essentielles en rhumatologie ?

Des exemples … avec des HE qui ont montré leur action en études in vivo

Les hydrocarbures monoterpéniques et sesquiterpéniques

cannabisc’est-à-dire les α-pinène (HE de noix de muscade), le β-myrcène (HE de Cannabis ou de Houblon), le limonène (HE de vergerette du Canada), le ¥-terpinène (HE de cumin). Ils apportent une activité antalgique, une activité antiinflammatoire, souvent une action antioxydante, et une aide à la reconstitution cellulaire.

Le β-caryophyllène (HE de chanvre, HE de camphrier, HE de poivre noir) :l’ α-humulène  (HE houblon). Ces HE apportent en plus une action anti-œdémateuse.

 

Les aldéhydes  et cétones monoterpéniques

CamphrierOn trouve dans cette classe du citronellal (HE eucalyptus citriodora), du citral (HE Cinnamomum insularimontanum, HE myrte citronnée d’Australie), myrtenal (HE Fragonia). Elles agissent sur les contractions douloureuses en impliquant une action sédative, antalgique et anti agrégante.

Les cétones amènent en plus une action antiinflammatoire, anesthésique, un exemple très actif mais à utiliser avec précautions car très irritant si administré pur sur la peau, le camphre (camphrier du Japon).

Les alcools mono- et sesquiterpéniques

basilicIls apparaissent comme une des classes les plus répandues chez les aromatiques surtout dans le cas de traitements contre les poussées arthrosiques. On trouve le bornéol (HE d’inule odorante, HE achillée de Corse) le menthol (HE menthe poivrée), le linalol (HE Cinnamomum camphora CT linalol), le géraniol (HE sarriette des montagnes, HE basilic du Kenya),  ils sont antiinflammatoires, anesthésiques, antalgique.

L’α-bisabolol  (HE camomille sauvage), Le nérolidol (HE niaouli) ; elles sont en plus antiagrégantes plaquettaires.

Les phénols mono et les dérivés du phényl-propane

sarrietteLa classe des phénols est celle qui correspond à une activité très importante mais qui peut également être irritante. Le carvacrol (HE de sarriette des jardins, HE de sarriette des montagnes), le nérolidol (HE de Niaouli). Ils sont antiarthritiques, antiinflammatoires

 

L’eugénol (HE de clou de girofle), La myristicine (noix de muscade). Ils présentent des effet anti-agrégant plaquettaire, des activités antiinflammatoire in vitro et in vivo, des effets anesthésiques et antioxydants.

Les époxydes monoterpéniques et les esters

laurierAntiinflammatoire, antalgique, on retrouve en particulier le 1,8-cinéole dans l’HE de laurier noble.

Le salicylate de méthyle, classiquement représenté dans les HE suivantes (Gaulthérie odorante, gaulthérie couchée, bouleau jaune) ; L’acétate de bornyle (HE romarin officinal, solidage du Canada). Ces composés présentent des activités antiinflammatoires, antalgiques.

 

Quelles sont les huiles végétales, macérâts, qui sont recommandées comme vectrices des huiles essentielles en rhumatologie .

  • Huile végétale de calophylle

Cette huile végétale contient des stérols antiinflammatoires (comme le β-sitostérol, le stigmastérol ou encore le campestérol)

  • L’huile végétale de macadamia

Traitement de fond et des poussées aiguës de douleur en rhumatologie

  •      Le macérât d’arnica

Traditionnellement utilisées comme traitement des contusions, des douleurs et des ecchymoses, cette huile pour être conforme à la Pharmacopée européenne doit contenir au moins 0,4%  de sesquiterpènes lactoniques

  • Le macérât de calendula

Elle ne pose pas de « souci » cette huile qui permet de soigner tous les types d’irritations cutanées.

  •      Le macérât de millepertuis

Elle est riche en composés phénoliques, notamment en flavonoïdes ; elle permet un effet antiinflammatoire et calmant.

Quelles sont les huiles essentielles habituellement recommandées en rhumatologie ?

 

  •     HE d’achillée
  •     HE de bouleau
  •     HE de chanvre
  •     HE de cèdre
  •     HE de camomilles
  •     HE de camphre
  •     HE de copaïfera
  •     HE de curcuma
  •     HE d’eucalyptus citriodora
  •     HE de gaulthérie
  •     HE d’immortelle
  •     HE de houblon
  •     HE de genévrier
  •     HE de laurier noble
  •     HE de lavande vraie
  •     HE de menthe poivrée
  •     HE de noix de muscade
  •     HE de basilic
  •     HE de romarin camphré
  •     HE de sarriette
  •     HE de gingembre

 

Vous avez dit Biodiversité végétale ?

Vous aimez des traitements de fond non chimiques ?

Vous voulez sortir des sentiers battus en ne ronronnant plus sur les huiles essentielles habituelles ?

Nous allons vous en donner les possibilités !

Cathy

 

Cet article a été publié dans Aromathérapie, plantes aromatiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour La rhumatologie / Les douleurs … et l’aromathérapie  

  1. entresoi dit :

    Bonjour et merci pour cet article fort intéressant. Mon mari souffre depuis quelques jours d’une douleur à la mobilité sans inflammation. Pas de gonflement, pas de rougeur. mais il ne peut pas se servir de son genoux. Il masse 2 fois par jour avec HE de gaulthérie, HE d’eucalyptus citriodora, HE de menthe poivrée avec HV Arnica. Les effets se font ressentir au bout de combien de jours ? Cordialement Claudia

    Aimé par 1 personne

    • catherinebonnafous dit :

      Bonjour Claudia, étant donné que je suis le cobaye de mes recherches (arthrite: genoux, épaules), je peux dire que la récupération de mobilité se fait sentir au bout d’une à deux semaines. Bon courage à votre mari, dites lui aussi qu’il faut qu’il muscle tout autour pour compenser des faiblesses ligamentaires … Belle journée. Cathy
      .

      Aimé par 1 personne

      • entresoi dit :

        En effet, je comprends pourquoi il doit se muscler ! Il a maintenant mal à la cuisse et à l’autre genoux. Il continue les HE

        J'aime

  2. Carole dit :

    Merci pour cet article !
    Je donne le lien à deux amies, elles vont être ravies.
    Bon dimanche.

    Aimé par 1 personne

  3. Moi aussi, je fais passer. Merci

    Aimé par 1 personne

  4. entresoi dit :

    A reblogué ceci sur blogentresoi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s