Une huile essentielle contre le marasme de l’hiver : L’ylang-ylang de Madagascar  

 

ylang

L’ylang-ylang (Cananga odorata, famille des Annonacées) est principalement originaire de Madagascar, des Comores et de Mayotte.

Type biologique : arbre cultivé.

Le nom d’ylang-ylang vient d’un dialecte des Philippines (le Tagalog) : dlang-ilang qui veut dire « fleur de fleurs ». Cette appellation vient du fait que la fleur évoque des sentiments de langueur, d’apaisement, de sensualité. L’huile essentielle est aussi parée de vertus médicinales.

La cueillette des fleurs a lieu toute l’année, mais le rendement obtenu en huiles essentielles est plus élevé pendant la saison sèche (juin à octobre).

L’huile essentielle obtenue à partir d’une distillation des fleurs (fraîches et matures), est de couleur jaune pâle à jaune foncé. Son odeur est très caractéristique, de type fleurie jasminée.

L’huile essentielle d’ylang-ylang est très importante pour l’économie des producteurs des îles de l’océan indien, elle représente une source de revenus importants rapportés par son utilisation en parfumerie, en cosmétique. Les huiles essentielles de girofle et d’ylang-ylang représentent 98% des revenus d’exportation malgache.

Les huiles essentielles malgaches provenant de l’île de Nosy-Be sont en général des produits de qualité reconnus de notoriété internationale. La Côte Ouest de Madagascar est aussi une région riche en plantes aromatiques endémiques ou spontanées, utilisées pour l’extraction par exemple de l’ylang-ylang (mais également : de patchouli, de géranium, de basilic, de poivre vert et de girofle).

L’huile essentielle d’ylang-ylang est obtenue par hydrodistillation ou entrainement à la vapeur des fleurs matures de l’arbre.

distillaLa distillation de l’huile essentielle est particulière car elle est fractionnée de façon à obtenir des fractions aux propriétés propres :

  • Extra supérieure, extra, première, seconde, troisième pour les Comores et Mayotte
  • Extra, première, seconde, troisième pour Madagascar.

Les différences entre les fractions sont caractérisées par des caractéristiques organoleptiques différentes, dues à la diminution de l’indice d’ester plus on avance dans la distillation.

Les fractions extra supérieure, extra et première sont des fractions de tête qui sortent en début de distillation, la seconde est une fraction « de corps », la troisième une fraction « de queue ».

L’huile essentielle obtenue par distillation non fractionnée est appelée « complète ».

Avis personnel, je préfère les fractions II et III plus légères dans le développement de leur fragrance.

L’huile essentielle malgache (toutes fractions confondues) est plus riche en : Éther de p-crésyl méthyle, Benzoate de méthyle, Linalol, Acétate de géranyle, en Géraniol, en Acétate de géranyle, en β-caryophyllène, en (E, E) -farnésol, en Benzoate de benzyle et en Salicylate de benzyle

L’huile essentielle malgache est la plus recherchée par les parfumeurs et les aromaticiens, car elle présente un grade aromatique supérieur par rapport à celle des Comores. Sa fragrance est plus « longue » dans le temps, ses notes sont chaudes.

La distillation à Madagascar :distillation

Parfois les unités de distillation peuvent apparaître « hors du temps ». Certaines distilleries représentent une menace écologique par la demande en bois pour alimenter le foyer de l’alambic (3 à 4 m3 par alambic de 200 litres) ainsi que pour l’approvisionnement en eau en saison sèche.

Des projets financés par des ONG, des financements privés-publics ont vu le jour pour former les paysans aux règles de distillation, de récupération de l’eau, de reforestation. Des alambics en inox sont implantés dans certains villages pour une utilisation collective, avec une aide à la mise en relation avec des clients potentiels.

Des usages traditionnels de la fleur et des huiles essentielles d’ylang-ylang :

Les pétales sont porteurs d’une image sensuelle, ainsi en Indonésie, ils sont dispersés sur le lit des nouveaux mariés tandis qu’aux Philippines les fleurs de jasmin et les fleurs d’ylang-ylang sont tressées pour faire des colliers sensuels portés par les femmes.

Beaucoup moins romantique mais pratique, les pétales sont utilisés dans certains pays pour traiter les piqûres d’insectes, les morsures de serpent. Il est par contre possible de verser quelques gouttes de l’huile essentielle d’ylang-ylang dans de l’huile végétale de calophylle et d’appliquer sur les zones douloureuses. Des études scientifiques ont démontré l’action répulsive mais également insecticide de ces huiles essentielles contre 3 variétés de moustiques.

A Java et au Vietnam, les fleurs séchées sont utilisées pour traiter la malaria et ses symptômes. Une pâte de fleurs pilées peut aider à traiter l’asthme. Fleurs et écorce de l’ylanguier sont utilisés pour traiter pneumonie et douleur stomacale par des communautés des îles Mariannes du Nord.

En Inde et sur les îles de l’Océan indien, les feuilles de cananga odorata sont utilisées en application topique directe pour traiter les pellicules, les maux de tête, les inflammations oculaires, la goutte. En Nouvelle Guinée des décoctions d’écorce interne de l’arbre sont également utilisées pour traiter la goutte. En Inde, la décoction de l’écorce est utilisée pour traiter rhumatismes, fièvres, fatigues chroniques et ulcères.

A l’époque victorienne, les personnes bien soignées utilisaient une huile de Macassar (mélange huile d’ylang-ylang et d’huile de noix de coco) pour embellir et parfumer leur chevelure. Cette pratique fut vite arrêtée car elle impliquait de disposer des « anti macassar » sur tous les fauteuils, oreillers … qui devenaient immédiatement très gras.

Les pétales sont utilisés pour faire des macérâts huileux, les huiles essentielles rentrent dans la composition de parfums de luxe, de cosmétiques, de mélanges pour diffusion, de parfum de bains, d’huiles de massages aphrodisiaques …

Mode d’utilisation :

Principalement par diffusion à froid, par massage vectorisées par une huile végétale. Elles peuvent être mélangées à du lait en poudre pour parfumer un bain et le rendre relaxant. L’utilisation par voie orale est moins conseillée et moins référencée, elle doit se faire sur conseil d’un professionnel. Il faut éviter de les conjuguer avec des huiles essentielles contenant des cétones.

Les huiles essentielles d’ylang-ylang sont dermocaustiques, il ne faut pas les employer pures. Elles sont déconseillées aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants de moins de 7 ans, aux personnes souffrant de crises d’épilepsie.

Quels sont les effets apportés par l’huile essentielle d’ylang-ylang ?

Leur composition riche en molécules d’esters leur confère des activités antispasmodique, antiinflammatoire, neurotoniques.

Conformément à l’usage traditionnel, les huiles essentielles d’ylang-ylang ont été rapportés pour être utilisés comme antidépresseur, pour traiter l’anxiété et la nervosité. Il a également été signalé qu’elles pouvaient entraîner un effet abaissement de la pression artérielle suggérant une utilisation potentielle dans la gestion de l’hypertension

Du fait de leur réputation d’aphrodisiaque et de stimulant sexuel, les huiles d’ylang-ylang sont recommandées par les aromathérapeutes dans les cas d’impuissance, frigidité.

Elles sont reconnues pour leurs actions positives sur les dépressions, le stress, les angoisses et l’anxiété, les insomnies … grâce à la richesse en Benzyl benzoate de leur composition.

De récentes études scientifiques ont permis de mettre en évidence un certain nombre de bioactivités pour les huiles essentielles d’ylang-ylang seules ou en synergies : par exemple des activités anti staphylocoque doré si elles sont employées (études in vitro) avec des huiles essentielles de thym.

L’extrait méthanolique des bourgeons de l’ylanguier exercerait un effet inhibiteur contre la mélanogénèse.

Une veille bibliographique au cours des dernières décennies a apporté la preuve qu’il existe un large spectre d’activités pharmacologiques pour l’huile essentielle ou les extraits d’ylang-ylang.

Cathy

 

Cet article a été publié dans Aromathérapie, Huiles essenteilles, Madagascar, plantes aromatiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Une huile essentielle contre le marasme de l’hiver : L’ylang-ylang de Madagascar  

  1. Carole dit :

    J’ai acheté cette HE pour mes cheveux.
    Je ne connaissais pas toutes ses vertus.
    Bonne soirée 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. mélangée à de la rose…divin.

    Aimé par 1 personne

  3. Je l’utilise dans la crème de nuit …un vrai réconfort ….! Très intéressant ces recherches avec LE thym….MERCI Cathy.. belle soirée

    Aimé par 1 personne

  4. Sais tu de quel thym il s’agit ? Merci

    J'aime

  5. J’aime bien l’idée que l’apparence sexuelle de la fleur la destine à être aphrodisiaque. Par contre, je trouve son odeur trop lourde pour être sensuelle. Pourtant, elle participe à bien des parfums.
    Merci pour toutes ces informations.

    Aimé par 1 personne

  6. Agnès dit :

    J’ai un peu de mal avec son odeur trop entêtante pour moi.
    Néanmoins, je l’ai utilisée pour de l’hypertension ancienne due au stress, en massage sur le plexus solaire, et en 3 jours j’ai vu ma tension revenir à la normale.
    J’en garde toujours un flacon avec moi.
    Merci pour ce bel article!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s