Le plantain ou plutôt les plantains : lancéolé ou majeur ?

Vous l’avez reconnu le plantain , mauvaise herbe pour les jardiniers inexpérimentés et  herbe aux ombreuses vertus pour les herboristes.

Sur  la photo c’était le plantain lancéolé (Plantago lanceolata)

Ne  pas à confondre avec le plantain majeur ou herbe à cinq côtes (Plantago major) mais les deux espèces très communes dans les prés s’utilisent de façon identique.

Le plantain appartient à la famille botanique des Plantaginacées  qui compte plus de 200 espèces mais les plus courantes se trouvent sur les chemins et dans les lieux incultes.

Ces deux espèces de plantain renferment des tanins, du mucilage, des flavonoïdes, des acides phénols et des iridoïdes.

Propriétés médicinales

Dans les affections respiratoires, en particulier en cas de bronchite chronique, de toux sèche et d’allergie, le plantain montre des effets anti-inflammatoires, anti-allergiques, antispasmodiques et antimicrobiens particulièrement intéressants.

Il a aussi une action sur les gorges irritées, les amygdales inflammées et les irritations oculaires.

Ce sont les vertus apaisantes, cicatrisantes et astringentes du plantain qui le rendent également intéressant en usage externe sur la peau pour soulager les brûlures ou les piqûres d’insectes, soigner les plaies, resserrer les tissus.

Le plantain se présente et s’utilise de différentes façons :

  • en infusion : 1,5 g environ de plantain séché / 150 ml (3 tasses maximum / jour) pour soulager les voies respiratoires,
  • en extraits fluides : 1 cuillère à café / jour, pour l’appareil respiratoire,
  • en cataplasme de feuilles fraiches broyées pour calmer piqûres, brûlures, coups,
  • en décoction : 50 g de feuilles / 1 l à laisser macérer une nuit puis à faire bouillir 1 mn, pour utiliser sur les yeux par une compresse ou en gargarisme contre l’angine ou en lotion contre l’acné.

Usage culinaire

  • Les feuilles et les jeunes inflorescences ont un bon goût de champignon. On les récolte presque toute l’année mais préférez le printemps : elles sont plus tendres! Dégustez-les crues en salade (les jeunes sont moins amères) ou cuites, en soupe ou accompagnement. On peut aussi les faire lactofermenter et concocter une choucroute originale !
  • Cueillies au printemps, les inflorescences se mangent crues en salade ou rapidement poêlées.
  • Les graines cueillies l’été peuvent servir à épaissir les soupes ou à faire du pain ou des galettes en les mélangeant à de la farine.

Laurence

 

A propos Laurence Lebrun

Pharmacien, herboriste, depuis plus de 25 ans, ma passion pour les plantes médicinales m’a permis de voyager à travers les cinq continents et de m'intéresser tout particulièrement aux savoirs traditionnels des plantes médicinales et aromatiques. J'ai acquis une bonne part de mon expérience botanique, en étudiant pendant plus de 10 ans les savoirs traditionnels des amérindiens d'Amazonie Equatorienne, en Amérique du sud.
Cet article, publié dans comestible, cuisine santé, ethnobotanique, herboristerie, plantes comestibles, plantes médicinales, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le plantain ou plutôt les plantains : lancéolé ou majeur ?

  1. Agnès dit :

    Génial !!!
    Tout ça!
    Et ma tortue adore !

    Aimé par 2 personnes

  2. mosa dit :

    ça m’intéresse pour les yeux ….merci infiniment
    M

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.